Un sourcier peut-il réellement trouver de l’eau dans le sol ? Que dit la science à ce sujet ?

Le métier de sourcier n'est pas reconnu scientifiquement, pourtant des milliers de puits ont été creusés grâce à ceux que certains considèrent comme des charlatans.

Vous avez peut-être déjà entendu parler d’un vieux sourcier qui aurait le « don » de trouver le passage des eaux souterraines ? Croyance ou réalisme, tout dépend de votre état d’esprit ! Certaines croyances populaires laissent penser qu’un sourcier peut « détecter » de l’eau dans un terrain. Un sourcier peut aussi être appelé un radiesthésiste ou un géobiologue. Ces spécialistes de la recherche en eaux souterraines prétendent pouvoir localiser les sources souterraines, les veines d’eau, voire la profondeur des nappes phréatiques grâce à des outils spécifiques : baguettes de sourcier ou pendule. Les esprits rationnels ou scientifiques ne valident généralement pas ces méthodes, et pourtant, de nombreux témoignages attestent de la capacité des sourciers à identifier les passages d’eaux souterraines. Nous ne nous ferons ni juge ni partie, car la science n’approuve pas la véracité du savoir d’un sourcier. Cependant, ils existent et il est intéressant de savoir comment il procède pour trouver de l’eau.

Comment travaille un sourcier ?

Les sourciers utilisent habituellement des outils tels que des baguettes en métal, en bois ou des pendules pour détecter la présence d’eau dans le sol. La méthode la plus courante consiste à tenir les baguettes ou le pendule de manière qu’ils puissent réagir aux flux d’énergie ou aux champs magnétiques émis par les sources d’eau souterraines. Lorsque le sourcier se déplace lentement sur le terrain, les baguettes peuvent s’écarter ou se croiser, et le pendule oscille potentiellement. Ce qui est interprété comme une indication de la présence d’eau. L’activité de sourcier n’est pas reconnue par la communauté scientifique, qui assimile ces pratiques à de la pseudoscience.

Un sourcier qui cherche de l'eau avec des baguettes en bois.
Un sourcier qui cherche de l’eau avec des baguettes en bois. Crédit photo : Neozone

Avec quelles baguettes travaille un sourcier ?

La baguette de sourcier peut être en bois ou métal, mais les sourciers traditionnels privilégient le bois. Elle se présente sous la forme d’une tige flexible en bois et la plupart du temps en forme de Y.  Le sourcier tient les deux parties parallèles entre ses deux mains et avance de long en large sur le terrain examiné. Pour plus de résultats, le sourcier utilise généralement une baguette fabriquée avec le bois disponible sur le terrain à détecter. Cependant, le noisetier (ou coudrier), l’hamamélis de Virginie, le saule ou encore le pêcher sont les bois les plus utilisés pour ce type d’exercices. Ces bois sont légers et poreux, ce qui leur permettrait de mieux détecter l’énergie naturelle des nappes phréatiques.

Un sourcier au travail, tiré de Pierre le Brun, Histoire critique des pratiques superstitieuses, (Jean-Frédéric Bernard, 1733-1736).
Un sourcier au travail, tiré de Pierre le Brun, Histoire critique des pratiques superstitieuses, (Jean-Frédéric Bernard, 1733-1736). Par Inconnu, Domaine public

Comment utiliser une baguette de sourcier (selon les croyances) ?

Une fois votre baguette de sourcier fabriquée, il va falloir la tester, et par ailleurs, tester votre potentiel don pour trouver de l’eau. Pour ce faire, selon la théorie, vous devez tenir la baguette par les branches supérieures du Y et laisser la troisième branche (ligne droite) libre. En parcourant votre terrain, laissez la baguette libre et tenez-la parallèle au sol, tout en ayant les bras détendus. Parcourez le terrain très lentement et soyez à son écoute, elle doit normalement bouger si elle parvient à détecter de l’eau. La baguette peut réagir en s’inclinant vers le bas (en pointant vers le sol) ou en s’écartant (en pointant vers le haut), lorsque vous vous trouvez au-dessus d’une zone potentiellement riche en eau. Certaines personnes « pourraient aussi ressentir » une traction ou une résistance quand le « bois rencontre la veine d’eau ».

Que dit la science à ce sujet ?

Comme nous vous l’avons dit, il n’existe aucune preuve scientifique des « pouvoirs » d’un sourcier. Cependant, à la suite d’une question posée par une lectrice de Sciences et Vie, un éminent physicien français a décidé de tenter l’expérience. Roger Guérin, professeur en géophysique à Paris 6, note que les chercheurs d’eau, qu’ils soient sourciers ou géophysiciens, sont avant tout des experts capables de décoder les indices révélateurs de la présence d’eau dans un terrain. Selon lui, ils seraient aptes à détecter les affleurements ou les puits. Scientifiquement parlant, les sourciers détecteraient les ions ferreux, qui donneraient la même sensation qu’une boussole, rendant finalement l’eau « magnétique ».

Deux tiges métalliques en forme de L
Deux tiges métalliques en forme de L. By Rinus, CC BY-SA 3.0, 4

Cela suggère donc que ce ne sont pas les baguettes de bois qui répondraient au champ magnétique, mais le corps de celui qui les tientYves Rocard, éminent physicien français, ancien directeur du laboratoire de physique de l’École normale supérieure, a écrit un livre « Que sais-je ? » sur le sujet. Dans ce livre, il décrit ses recherches menées en collaboration avec des médecins, au cours desquelles il a bandé les yeux de pompiers et testé leurs réactions face à des objets métalliques et de l’eau. Les résultats ont suggéré que certains pompiers réagissaient ou avaient l’impression de ressentir quelque chose. Cependant, cette méthodologie a été vivement critiquée. Depuis, d’autres études ont suggéré que la capacité des sourciers à trouver de l’eau était équivalente à celle d’une personne lançant une pièce de monnaie en l’air pour prendre une décision. Quant à l’expérience de Munich (EN / FR), la plus grande étude réalisée sur ce sujet, elle conclut ceci :

« La notion selon laquelle certaines personnes qualifiées peuvent découvrir des eaux souterraines en utilisant un talent mystérieux appelé « radiesthésie » (ou « sorcellerie » ou « divination ») est largement considérée par les scientifiques sérieux comme n’étant rien de plus qu’une relique superstitieuse de l’époque médiévale. Aucun mécanisme physique ou physiologique plausible n’a jamais été proposé pour permettre une telle détection. Néanmoins, la persistance mondiale de cette pratique à travers les siècles pourrait amener les personnes ouvertes d’esprit à se demander s’il n’y aurait pas un germe de vérité derrière ce folklore. Après tout, des ajouts précieux à la pharmacopée moderne ont parfois été dérivés de la médecine populaire, ce qui prouve que le folklore n’est pas toujours une pure superstition. » extrait traduit  « Testing Dowsing: The Failure of the Munich Experiments » publié par J.T. Enright sur le site du Committee for Skeptical Inquiry.

Nous vous laisserons juger, ou bien peut-être tenter vous-même l’expérience ?

Meilleure Vente n° 1
Les Sourciers
  • Rocard, Yves (Auteur)

https://www.youtube.com/watch?v=rGwq9xW49FI

Cet article contient un ou plusieurs liens d'affiliation. Neozone.org touche une commission au pourcentage sur la vente des produits affiliés, sans augmentation de prix pour l'utilisateur. Pour plus d'informations consultez nos mentions légales.

Plus de 900 000 abonnés nous suivent sur les réseaux, pourquoi pas vous ?
Abonnez-vous à notre Newsletter et suivez-nous sur Google Actualité et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Odac-info.org

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

5 commentaires

  1. Bonjour! Je m’appelle Stephanie et je suis sourcier. Je serai ravie de mener une vraie expérience pour démontrer que ‘non tous les sourciers ne sont pas des charlatans’. C’est un savoir qui se transmet depuis des générations, presque tout le monde en est capable! Il n’y a pas de magie, c’est juste une capacité. Même moi je trouve encore ça bluffant après 10 ans d’activité. Je suis capable avec ma baguette de vous dire précisément où sont les veines d’eau, qu’elle profondeur, quel débit. Je peux dissocier les canalisations. Une chose intéressante est dite dans l’article qui rejoint ce que je vais vous dire: pour fonctionner, une radio a besoin d’une onde, un récepteur/émetteur et une antenne. Pour trouver de l’eau c’est la même chose. L’eau émet une onde, ressentie par le corps (émetteur récepteur) grâce à une antenne (la baguette).

    Je trouve fou qu’en 2023 on se pose encore des questions, et qu’on ait toujours pas trouver un moyen de prouver ça.

    Je suis magnétiseuse, sourcier, je charme aussi le feu. Et là aussi aucune preuve n’existe mais pourtant ça fonctionne! Les hôpitaux font appel aux barreurs de feu pour les grands brûlés. Certaines entreprises aussi.

    Il est temps de comprendre que ce qu’on appelle le folklore est la base de beaucoup de choses. Les temps modernes ont relayé ces techniques au fond d’un tiroir. Mais elles ne disparaîtront jamais! Au contraire elles refont surface car les gens y portent de plus en plus d’intérêt.

    Concernant le côté sourcier j’organise des formations pour que chacun puisse trouver l’eau dans son jardin! L’eau va peut être devenir quelque chose de précieux si on continue de la privatiser. Alors formons des sourciers! Tout le monde (ou presque) sera enfin capable de trouver l’eau.

    Amicalement, Stéphanie.

    1. Bonjour.
      J aimerait avoir quelques notions
      Pour chercher l eau dans ma cour
      On reçoit. 1 fois par semaine l eau du réseau.
      Nous sommes a Antsiranana. Nord de Madagascar on aimerait votre aide.

  2. Bonjour à tous, comment peut on ignorer aujourd’hui 2023, les recherches réussies de Jean louis Crozier, de michel Hennique, les livres de Maurice légal, tous les résultats des radiesthesistes en général dont je fais partie, alors oui les explications de Yves rocard ne sont pas les bonnes, renseigner vous du côté des neurosciences et des expérienceurs comme la docteur Sylvie dethiolaz, le physicien guillemant, bobola et bien d’autres, beaucoup trop de bêtises ont été écrites par des radiesthistes sur le sujet et discrédites l’ensemble des radiesthesistes.

  3. Bonjour à tous.
    J’aimerai vous faire part de mon expérience personnelle. Je suis ingénieur en informatique et à la retraite maintenant. Donc j’ai un esprit plutôt cartésien et pour moi les sourciers c’était du folklore. Or un jour, en vacances dans une location touristique en pleine campagne, le patron du site avec qui j’aimais bien discuté me dit qu’il a un don. Ha bon ! De quoi s’agit il ? Lui demandais je.
    J’arrive à détecter les nappes d’eau avec un bâton de sourcier. C’est impressionnant car je ne sais pas comment ça marche et pourquoi j’ai ce don.
    Et il me fait une démonstration sur une partie de son terrain ou il y avait une source. « Quand je tiens les 2 bouts dans mes mains je serre très fort et quand je m’approche du point d’eau le bout de la baguette plonge et je ne peux pas la retenir. Si je recule, la baguette revient à sa position initiale  »
    Ben voyons… Tu triches lui dis je. Non non je t’assure regarde….
    Je voyais bien qu’il avait les poings serrés fortement et que la baguette bougeait. J’ai été stupéfait et j’ai voulu essayer…. hé bien moi aussi j’ai ce don.
    Je serrais de toutes mes forces les 2 bouts mais une force incroyable faisait incliné ce bout de bois en m’approchant du point d’eau.
    De retour chez moi où j’ai un grand terrain je me suis amusé à couper une branche de noisettier en Y et j’ai parcouru mon terrain. J’ai commencé par le bas du terrain en parcourant dans le sens de la largeur et à un endroit précis le bâton à plongé. J’ai mis sur ce point une marque avec une bombe de peinture et j’ai continué en remontant mon terrain et à chaque fois que le bâton plongeait je faisais une marque. A la fin on voyait très nettement que tous les points de peinture étaient parfaitement aligné comme pour désigner une vei ne souterraine. J’ai fais testé cela à ma fille qui elle aussi a reproduit le phénomène mais elle a pris peur et à lâcher l’expérience.
    Je ne sais pas expliquer ce phénomène et je ne connais pas les techniques pour connaître la profondeur comme j’ai pu lire. Je n’ai pas fais de trous non plus mais cela m’intrigue un peu… peut être un jour j’essayerai d’aller plus loin.

  4. Wilson
    Liege Belgique 22/11/2023
    A 85 ans je suis maintenant en home de retraite – il y a 40 as j’ai acheté une gite dans le Luberon/Provence. Mon voisin a découvert en moi ce « don » de sourcier – il a déclaré « Vous avez le Jus!.. » Ici je commence à m’amauser avec les résidents; ma baguette -en bois du terrain local, en »Y » parfois tenant les poignets des hommes ou femmes pour « transférer le jus » en moi vers eux – and it works!! – Being Welsh, it’s also the « Hywl » in me that has probably preserved this magic from Wales! – but discovered in rance…..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page