Innovation

Boutté, une invention pour « taper un puits » et forer soi-même une cavité pour accéder à l’eau souterraine

Profiter de l'eau qui se trouve en souterrain est possible, mais il faudra s'armer de patience et avoir de bonnes conditions physiques.

Et si vous creusiez un puits dans votre jardin pour disposer de l’eau qui se trouve dans votre sous-sol ? Grâce à la méthode Boutté, vous allez pouvoir creuser vous-même votre puits. À condition tout de même de disposer de bonnes conditions physiques, de patience, de bons outils, ainsi qu’un peu de chance ! Du choix de votre lieu de forage dépendra évidemment le débit d’eau obtenu. Creuser un puits n’est pas sorcier, mais il faut quand même que la source soit accessible (moins de 20 m). On vous explique comment creuser votre puits et profiter de l’eau de votre sous-sol. Attention, l’eau du sous-sol est à utiliser avec parcimonie, pour ne pas épuiser les nappes phréatiques ! Découverte de la méthode Boutté.

La méthode Boutté, qu’est-ce que c’est ?

La méthode Boutté est une méthode de forage de puits artisanaux, qui peut être utilisée pour obtenir de l’eau souterraine à des profondeurs allant jusqu’à 20 m. Cette méthode a été mise au point, dans les années 1940, par Raymond Boutté, un ingénieur agronome français. Elle est souvent utilisée dans les pays en développement où l’accès à l’eau potable est limité. Aujourd’hui, l’entreprise Boutté compte plus de 150 salariés dans la Somme et a inventé une solution de forage, la gamme « taper un puits ». Cette méthode consiste à faire un forage dans la terre pour arriver directement dans la nappe phréatique, ou dans ce que l’on appelle une « veine d’eau », que l’on pourrait comparer à un « affluent » de la nappe. À l’aide d’un outil appelé « tarière » servant à forer le sol et à remonter la terre au fur et à mesure, on pratique donc une « incision » dans la veine d’eau. L’eau remonte alors par le forage qu’il faut généralement gainer avec des tuyaux de PVC.

Crédit photo : Boutté

Boutté invente la machine à « taper un puits »

Si vous ne vous sentez pas l’âme d’un foreur, l’entreprise Boutté a inventé un outil qui peut vous aider à réaliser ces travaux. La gamme “Taper un puits” de Boutté, a le double avantage d’assurer la création d’un puits et de servir de canalisation pour le pompage de l’eau à l’aide d’une pompe de surface. La mise en place de la solution 2 en 1 de Boutté s’effectue à la force des bras. À l’aide d’une masse, la pointe à frapper s’enfonce dans le sol. Lorsque celle-ci est enfoncée à moitié dans le sol, selon la profondeur de la nappe, une ou plusieurs rallonges se vissent sur l’extrémité de la pointe à frapper.

La gamme « taper un puits ».
La gamme « taper un puits ». Crédit photo : Boutté

En vissant la tête de frappe sur les rallonges, ajoutées au fur et à mesure de l’enfouissement de la pointe à frapper, les coups de masse acheminent cette dernière jusqu’à la nappe phréatique. Les percements présents sur toute sa longueur permettent à l’eau de s’infiltrer dans le conduit de pompage composé de la pointe à frapper et de sa/ses rallonges.

Je profite de l’offre sur Leroy Merlin

Le kit de forage (sans pompe) Boutté est disponible sur Leroy Merlin à 299 €. Un kit Boutté avec pompe est disponible à 399 € sur le site de bricolage. Plus d’informations ? Rendez-vous sur le site officiel pour plus d’informations.

Comment forer un puits d'eau tout seul ?
Comment forer un puits d’eau tout seul ? Crédit photo : Boutté

Comment forer un puits manuellement ?

Avant de vous lancer dans les travaux de forage et l’achat d’une tarière à main ou électrique, il faut savoir si vous disposez d’eau dans les profondeurs de votre terrain. Pour ce faire, vous pouvez faire appel à un sourcier (un pouvoir qui n’a jamais pu être démontré scientifiquement) ou à un géologue. Voici les étapes à respecter une fois la veine d’eau ou la nappe identifiée.

  • Creusez le puits avec une tarière manuelle ou une machine à tarière, aussi appelée tarière hélicoïdale, qui fonctionne sur le principe d’une vis sans fin. La tarière manuelle est une tige en acier avec une pointe en forme de spirale, vissée dans le sol. Elle est ensuite retirée pour permettre l’extraction du sol et de la boue. Si vous optez pour une tarière à main, il faudra veiller à choisir un modèle sur lequel il est possible d’ajouter des manchons afin de creuser plus profondément. Vous trouverez des tarières à main sur Castorama, Leroy Merlin ou Amazon.
  • Une fois que le puits est suffisamment profond, ajoutez une douille filtrante en plastique ou en métal à l’intérieur du puits. Cette douille empêchera le sol de s’effondrer dans le puits et permettra à l’eau de s’infiltrer. Vous pouvez aussi glisser des tuyaux en PVC de diamètre plus petit pour éviter l’effondrement des parois.
  • Au fond du puits, il faudra installer une pompe manuelle ou électrique pour extraire l’eau du puits. La pompe manuelle est moins chère, mais nécessite plus d’efforts physiques, tandis que la pompe électrique est plus chère, mais plus facile à utiliser. Vous trouverez des pompes électriques sur Amazon, Leroy Merlin ou Castorama. Attention au diamètre de la pompe qui doit pouvoir descendre au fond du puits !

L’eau pompée dans la nappe phréatique, pour quels usages ?

Vous pouvez alors utiliser l’eau pompée pour arroser votre jardin, laver votre voiture ou alimenter votre chasse d’eau. Attention, vous ne pouvez, en aucun cas, la boire. Quoi qu’il en soit, même un puits creusé à la main doit faire l’objet d’une déclaration en mairie, via ce formulaire. Cela paraît potentiellement simple à réaliser, mais en fonction de la nature de votre sol (meuble, dur, argile, calcaire), cela peut se révéler impossible. Le plus judicieux étant peut-être de faire appel à une entreprise spécialisée en forages de puits d’eau !

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Boutte.fr

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

10 commentaires

  1. Bonjour,
    Je cite votre article : “Pour ce faire, vous pouvez faire appel à un sourcier ou à un géologue. Les sourciers se font de plus en plus rares, et il faut se méfier des charlatans qui existent aussi dans ce milieu !”
    Il me semble que la question devrait plutôt être de savoir si des sorciers sont à prendre au sérieux : entre escrocs et honnête sans réelle capacité, aucune preuve n’a jamais été apportée sur une quelconque capacité à trouver de l’eau, à une profondeur donnée. Certains sont juste de bons géologues et peuvent déduire la présence d’eau en regardant “globalement” où se trouve l’herbe la plus verte, signe d’une bonne alimentation en eau. Mais des tests en aveugle n’ont jamais donné de résultats meilleurs que le hasard, en tout cas, avec tous les sourciers ayant essayé.
    Si vous avez des sources permettant de démontrer que je me trompe, j’en serai assez intéressé.
    Bonne journée.

  2. Vous rigolez quand vous proposez de faire appelez a un sourcier. C’est évidement de l’arnaque, personne ne peut trouver de l’eau avec un petit bâton de bois. Et pour les quelques retardés qui croient à la magie il y a des études scientifiques qui montrent que bien évidemment c’est de l’arnaque. C’est grave de reprendre de telles conneries

  3. « Taper » un puit ne se fait surtout pas à l’aide d’une masse…
    Utiliser une chèvre en bastings ou tubes aciers, une poulie et un bélier (tube acier fermé à une extrémité et comportant des masses en partie basse pour une masse totale d’une trentaine de kg).
    De cette façon et en soudant les tubes à l’autogène vous réaliserez un « puit percé » en deux heures maxi.
    Avant d’enfoncer le 1 er tube (crépine) l’emplir de gros sel évitera qu’il ne se remplisse de terre.
    Il faut cesser d’enfoncer l’ensemble uniquement lorsqu’on est dans la roche et après avoir enfoncé toute la crépine en roche.
    Ici ça nous donne des puits de 16 mètres alors que l’eau est à 5 mètres.
    Bon courage.

  4. Mon voisin a fait appel à une société spécialisée,qui a envoyé son sourcier,bilan promis eau a 60m, 120plus tard,rien,un autre emplacement, prometteur lui aussi, s’est révélé nul ,bilan 6000€ pour rien refus de payer, tribunal,qui décide que le sourcier n’est pas une science exacte,et que l’on ne peut ignorer que le risque nul existe.finalement le paysan n’a jamais payé,et a creusé une bassine,et ses bêtes ont de l’eau gratuite

  5. Bonjour,les vrais sourciers il y en a heureusement,quand ont voit le nombre de puits en France…d’ailleurs pour les détracteurs ci dessus ils n’ont pas pensé que l’eau courante, Veolia par exemple n’a pas toujours existé , conclusion vous avez le Don ou pas,il ne s’agit pas de conneries.je dit cela car j’en ait la preuve formelle.j’ai eu affaire à un sourcier reconnu récemment.salutations

  6. Bonjour Bech,

    Ravi de voir que quelqu’un a des preuves formelles que des personnes peuvent avoir “le don”. Comme je le disais plus haut, si vous avez des sources (sans mauvais jeu de mot) de ce que vous avancez, je serai réellement intéressé.
    Un témoignage n’étant malheureusement (ou pas, selon les cas) une preuve en soi.
    Encore une fois, à ma connaissance (que je serai ravi de mettre à jour avec vos sources), aucun sourcier s’étant prêté à l’exercice de la rigueur scientifique n’a fait mieux que le hasard pour trouver de l’eau (stagnante ou en mouvement).

    En espérant que vous lisiez cette réponse, et en vous souhaitant une agréable journée.

    Cordialement.

  7. Avec un vrai puisatier, vous ne payez pas tant qu’il n’y a pas d’eau qui arrive.
    J’ai fait un devis en ce sens l’année dernière, et cela était bien stipulé.
    Pour ceux qui ne croient pas aux magnétiseurs, pas de soucis. Nous on en a un dans notre village qui a creusé la moitié des puits existants, et comme il dit : “les vaches non plus elles y croient pas, mais je les soigne quand même !”

  8. Alors chez nous en Alsace pas besoins de sourciers et autres, l’eau il y en as et pas très profond, mais taper à la masse, faut être cinglés, justes tube à crépine, douilles de jonction, tu es lisses et embout de frappe et un marteau à frapper electrique qui se loue dans un kiloutou ou autre, et pompe de desensablage, et au travail

  9. Dommage qu’il y ait tellement de gens qui ne connaissent pas les sourciers (et non sorciers)…
    C’est une vraie pratique efficace.
    C’est un déni de dire que c’est de l’arnaque, il y a assez de vidéos sur le web pour voir et comprendre.

    1. Mais oui, les sourciers existent ! ! ! Mais par contre, ils n’ ont jamais trouvé plus d’ eau qu’ un simple trou au hasard, ou bien guidé par le simple bon sens … Quand on se trouve au dessus d’ une nappe phréatique qui mesure plusieurs km carrés, il suffit de creuser… là ou le sol n’ est pas trop dur, et on tombe toujours sur de l’ eau ! ! ! Voilà le secret ( bien gardé) des sourciers … la magie , ni “le don” n’ existent . Reportez-vous au principe du rasoir d’ Ockam. : Quand plusieurs solutions se présentent, alors… la plus évidente et la plus simple est (généralement) la bonne. V

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page