Innovation

Une équipe de Cambridge invente le premier ciment zéro émission de CO2

La fabrication du ciment traditionnel est une plaie pour la planète... Des chercheurs britanniques ont peut-être trouvé la formule pour fabriquer un ciment zéro émission à partir de déchets de béton tout simplement !

Dans une construction traditionnelle, la matière principale est le ciment… Et ce ciment, très consommateur d’énergie par sa fabrication, devient l’un des enjeux majeurs du futur. De nombreux ingénieurs du monde entier tentent de fabriquer des ciments à partir de matériaux moins polluants et moins consommateurs d’énergie. Lorsque l’on voit cette poudre grise à mélanger avec de l’eau, nous n’avons pas vraiment conscience qu’elle est un fléau pour le réchauffement climatique. Trois ingénieurs de Cambridge, le Dr Cyrille Dunant, le Dr Pippa Horton et le professeur Julian Allwood, viennent de déposer un brevet et ont obtenu un nouveau financement de recherche pour développer le premier ciment zéro émission au monde. Découverte.

Mais pourquoi le ciment traditionnel pollue ?

La production de ciment est une industrie complexe qui consiste à transformer le calcaire et l’argile dans des fours à très haute température (2000°C). La chaleur qui s’en dégage provoque donc d’importants rejets de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. De plus, l’extraction et le transport des matières premières provoquent également un rejet important de CO2, ce qui participe évidemment au réchauffement climatique. On estime que la fabrication de ciment représente 1 milliard de tonnes de CO2 rejeté dans l’atmosphère. Remplacer le ciment traditionnel par un produit zéro émission est donc l’un des plus grands défis de notre époque… Avec l’invention des scientifiques de Cambridge, cela pourrait bien être possible.

un camion de transport de ciment
Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Le nouveau ciment c’est quoi ?

Le ciment breveté par les spécialistes de Cambridge est en fait fabriqué dans une boucle de recyclage vertueuse. Ce qui veut dire qu’elle élimine les émissions de CO2, économise les matières premières et réduit les émissions liées à la fabrication de chaux-fondante. Le docteur Dunant a remarqué que la chimie du ciment usagé était quasiment identique à celle du flux de chaux utilisé dans le recyclage de l’acier. Concrètement, le ciment innovant est produit dans un premier temps avec des déchets de béton de démolition, qui sont ensuite broyés; le béton (pierre-sable) est ôté du mélange pour récupérer la poudre de ciment. Celle-ci est alors utilisée à la place de la chaux-flux dans le recyclage de l’acier. Au fur et à mesure que l’acier fond, le flux forme un laitier qui flotte sur l’acier liquide, pour le protéger de l’oxygène de l’air. Après soutirage de l’acier recyclé, le laitier liquide est rapidement refroidi à l’air et broyé en une poudre quasiment identique au clinker qui est à la base du nouveau ciment. L’équipe de Cambridge est parvenue à démontrer que ce ciment possède les mêmes qualités qu’un ciment traditionnel.

À LIRE AUSSI :
Le béton à base de pneus recyclés serait plus léger, ductile et offrirait une meilleure isolation acoustique et thermique

Un projet qui intéresse les autorités

Ce nouveau ciment inventé dans le cadre d’un programme multi-universitaire qui se focalise sur la transition rapide vers la zéro émission, a reçu une subvention de 1.7 millions de livres sterling pour pouvoir poursuivre la recherche et le développement de ce ciment innovant. Cette nouvelle subvention devrait permettre d’étoffer la gamme de « déchets de béton » qui pourraient servir à l’élaboration de ce nouveau ciment zéro émission. Le professeur Allwood a déclaré : « Cela pourrait être un tournant dans le voyage vers un climat futur sûr. En combinant le recyclage de l’acier et du ciment dans un processus unique alimenté par de l’électricité renouvelable, cela pourrait garantir l’approvisionnement en matériaux de construction de base pour soutenir l’infrastructure d’un monde à zéro émission et permettre le développement économique là où il est le plus nécessaire”. Et, franchement, on ne demande qu’à le croire ! Les nouvelles constructions sont omniprésentes dans notre pays, comme dans de nombreux pays d’ailleurs, et il serait peut-être temps de travailler sur ce sujet ô combien important pour la planète ! Plus d’infos : cambridgeindependent.co.uk

Source
Cambridgeindependent.co.uk

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page