Innovation

Vélo électrique : une start-up bordelaise invente une batterie réparable (en moins de 10 minutes)

Réparer une batterie de vélo électrique n'est pas encore entré dans les moeurs, mais cela pourrait changer grâce à Gouach, qui vient de lever 3.3 millions d'euros de fonds pour en développer une qui lutterait contre les déchets liés aux batteries jetées.

Dans un document récemment publié en février dernier, la CONEBI (Confédération Européenne de l’Industrie du Vélo) s’est dite préoccupée par la la façon dont peuvent être réparées les batteries de vélos électriques. Cette confédération est acquise à la cause de l’utilisation des batteries certifiées d’origine OEM et déconseillent l’intervention de réparateurs sur les batteries. De son côté, Gouach, un fabricant de vélos électriques dont la conception écologique permet le remplacement des composants endommagés, a levé 3.3 millions d’euros pour commercialiser sa nouvelle batterie annoncée comme totalement réparable, si cela est fait dans « les règles de l’art » !

Une étude menée sur les batteries en fin de vie

L’entreprise a mené une enquête sur plusieurs centaines de batteries électriques et prouvé que 80% de leurs composants pouvaient être réutilisés, recyclés et réinjectés sur le marché, limitant ainsi l’utilisation de produits neufs, et privilégiant le recyclage des matières. En 2020, grâce, en partie, à cette étude, Alexandre Vallette, Maxime Agor et Maël Primet créent la startup Gouach, basée à Bordeaux, et proposent un concept de batteries breveté qui permet de remplacer les composants très simplement, en 10 minutes seulement, et de la réutiliser comme si celle-ci était neuve. Et, surtout, sans que cela n’ait jamais de conséquence sur la sécurité des usagers.

Des modules à changer pour réparer la batterie électrique
Crédit photo : Gouach (capture d’écran vidéo Facebook)
La batterie réparable Gouach
Crédit photo : Gouach (capture d’écran vidéo Facebook)

Quelle est donc cette batterie réparable ?

La batterie imaginée par Gouach intègre en fait une connexion réseau qui va permettre de suivre son cycle de vie. Tout cela se fait en temps réel grâce à une application dédiée, qui permet le suivi des éléments de la batterie, mais permet également d’optimiser le temps d’utilisation et recevoir des notifications en cas d’alerte sur l’un des composants. La collecte des données peut également se faire dès le point de charge, ce qui la rend pratique pour ceux qui possèdent une flotte de batteries.

À LIRE AUSSI :
Tesla et Our Next Energy (ONE) dévoilent une batterie de1200 kilomètres d'autonomie, en une seule charge !

Une phase test vient de débuter

Après 18 mois de recherche et développement, et l’obtention des certifications requises, Gouach, en partenariat avec Pony (trottinettes et vélos électriques), débute une phase de test. Pony étant un fabricant de vélos et trottinettes électriques qui se situe plutôt dans le haut-de-gamme ! Cette batterie fabriquée en France se répare donc en 10 minutes à peine grâce aux informations fournies par l’application. Grâce à cette batterie innovante, les fondateurs de Gouach espèrent réduire de 70% les déchets électroniques provenant des batteries non recyclées. Cela réduirait, de facto, l’empreinte carbone de la fabrication des batteries. De plus, Gouach envisage de faire travailler des entreprises locales, en économie circulaire, de créer des emplois… Par ailleurs, en réparant ces batteries, Gouach lutterait également contre l’obsolescence programmée, une pratique malheureusement très courante !

« Notre objectif est de construire et de commercialiser à grande échelle la première batterie électrique pour vélos et scooters entièrement réparable en moins de 10 minutes. C’est un grand défi mais nous sommes convaincus que nous pouvons le faire. » Alexandre Vallette, PDG de Gouach.

Une commercialisation prochaine ?

La levée de fonds de 3.3 millions d’euros réalisée dernièrement devrait permettra à Gouach de commercialiser la batterie et d’agrandir sa masse salariale. La levée de fonds a été menée par Breega et a reçu le soutien de régions françaises, de la Nouvelle-Aquitaine et du BPI France. Un beau projet français non ?

Source
Hibridosyelectricos.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page