Insolite

D’après ce météorologue, les aurores boréales auraient joué un rôle dans le naufrage du Titanic le 15 avril 1912

Dans la nuit du 14 avril 1912, le naufrage du Titanic a coûté la vie à près de 1500 personnes. Les années se sont écoulées, mais cette tragédie fait encore parler d’elle. Une nouvelle théorie expliquant les raisons de cet accident a émergé sur la toile et elle implique des aurores boréales.

En 1912, le paquebot britannique Titanic a heurté un iceberg alors qu’il voguait dans l’océan Atlantique Nord. Pendant longtemps, les chercheurs ont tenté d’expliquer les raisons de cet accident, mais en vain. Récemment, la météorologue Mila Zinkova, de l’université de Californie à San Francisco, a publié une étude dans la revue Weather qui suggère que les aurores boréales seraient à l’origine de ce naufrage.

Les interférences générées par les tempêtes solaires ont-elles mené au naufrage ?

Les aurores boréales offrent un spectacle fabuleux à tous ceux qui ont la chance d’en voir. Ce phénomène est le produit des particules chargées, générées par les tempêtes solaires, qui entrent en contact avec l’atmosphère terrestre.

En dehors des aurores boréales, les tempêtes solaires peuvent également être à l’origine de fortes interférences sur Terre. En effet, si elles sont trop puissantes, elles peuvent modifier les propriétés de l’ionosphère et brouiller les instruments de navigation. D’après Mila Zinkova, c’est ce qui serait arrivé au Titanic.

Une théorie confirmée par de nombreux témoignages

Pour étoffer ses déclarations, Mila Zinkova a étudié les témoignages des survivants et des membres du navire Carpathia, qui sont venus en aide au reste des passagers. L’étude de ces documents a permis de confirmer la présence d’aurores boréales dans le ciel durant la nuit du naufrage.

Par exemple, James Bisset, second officier du Carpathia a déclaré qu’ « il n’y avait pas de Lune mais l’aurore boréale scintillait,  les rayons jaillissant depuis l’horizon nord. » Il dit avoir vu « les faisceaux verts des aurores alors que Carpathia  s’approchait des canaux de sauvetage du Titanic. »

À LIRE AUSSI :  Là où elle va, cette DeLorean aéroglisseur n'a pas besoin de route

Le survivant Lawrence Beesley a également confirmé les dires de James Bisset. D’après lui, une lueur « s’est propagée en éventail dans le ciel nordique, avec de faibles serpentins s’étendant vers l’étoile Polaire. »

Une erreur infime qui aurait coûté la vie à de nombreuses personnes

À en croire les propos de Mila Zinkova, le Titanic n’aurait pas été le seul à subir les effets de la tempête solaire. La trajectoire du Carpathia aurait aussi dévié de 11 km de l’endroit où s’est déroulé l’accident du Titanic. Elle se serait aidée des fusées de détresse pour se diriger.

Mila Zinkova a indiqué qu’un écart de 0,5 degré dans les estimations du système de navigation aurait pu entraîner le naufrage du Titanic. « Cette erreur apparemment insignifiante aurait pu faire la différence entre entrer en collision avec l’iceberg et l’éviter », a indiqué Mila Zinkova. Bien qu’intéressante, cette théorie reste encore à vérifier.

Photo de couverture Everett Collection / Shutterstock

Via
livescience.com

Andy RAKOTONDRABE

Il n’y a pas de réussites faciles ni d’échecs définitifs.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page