Science

Le cycle de vie de l’Univers est en 5 phases, et nous sommes actuellement dans la seconde

Dans leur ouvrage intitulé The Five Ages of the Universe: Inside the Physics of Eternity, Fred Adams et Gregory Laughlin ont divisé le cycle de vie de l'Univers en cinq époques. De quoi permettre de mieux discuter du passé, du présent et du futur de celui-ci.

Malgré les technologies avancées dont nous disposons aujourd’hui, nous sommes encore loin d’avoir percé tous les secrets de l’Univers. Mais grâce aux efforts déployés par des scientifiques tels que Fred Adams et Gregory Laughlin, nous arrivons à mieux comprendre son histoire et sa nature.

En effet, le duo a publié en 1999 un livre dans lequel il divise la vie de l’Univers en cinq cycles. Le livre en question s’intitule The Five Ages of the Universe: Inside the Physics of Eternity. L’époque dans laquelle nous vivons est baptisée l’ère stellifère et il y en a quatre autres. À noter que tous les scientifiques n’adhèrent pas à ce concept. Par exemple, l’écrivain d’astrophysique Ethan C. Siegel a déclaré dans un article publié en juin dernier que nous sommes déjà entrés dans la sixième et dernière ère de l’Univers.

L’ère Primordiale

L’ère Primordiale est définie comme le début de l’Univers. Elle commence au Big Bang il y a environ 13,8 milliards d’années. Au tout début, l’espace-temps et les lois de la physique n’existaient pas encore. Cette période étrange est baptisée époque de Planck. Elle a duré 10-44 seconde. Une seconde après la fin du Big Bang, l’inflation a commencé.

Celle-ci a été marquée par une augmentation soudaine de la taille de l’univers à 100 trillions de milliards de fois sa taille d’origine. Environ 380 000 années après la gigantesque explosion, la température a suffisamment baissé pour que les premiers atomes commencent à naitre. Cela a permis la formation de la matière noire et de la matière, mais aussi des premières étoiles.

L’ère Stellifère

L’ère stellifère est l’ère actuelle dans laquelle la matière est organisée sous forme d’étoiles, de galaxies et d’amas de galaxies. Les premières étoiles étaient immenses, mais ont finalement explosé. Cela a donné naissance à beaucoup plus d’étoiles plus petites.

Celles-ci ont fusionné grâce à la gravité, formant les galaxies. Contrairement aux étoiles moins brillantes, les étoiles massives consomment leur carburant très rapidement. À la fin de l’ère Stellifère, les étoiles brillantes telles que nous les connaissons n’existeront plus. L’Univers ne comportera que des naines blanches, des naines brunes, des étoiles à neutrons et des trous noirs.

À LIRE AUSSI :  Des astronomes ont détecté plus de 1600 signaux radio provenant d'une source mystérieuse située dans l'espace
Le cycle de vie de l’Univers est en 5 phases, et nous sommes actuellement dans la seconde
Nous sommes encore loin d’avoir percé tous les secrets de l’Univers. Crédit photo : Shutterstock /vovan

L’ère Dégénérée

La prochaine étape est l’ère Dégénérée. Elle commencera environ 1 quintillion d’années après le Big Bang et durera jusqu’à 1 duodécillion d’années après. D’après Fred Adams et Gregory Laughlin, il s’agira de l’ère des naines brunes, des naines blanches et des étoiles à neutrons. Ces « étoiles dégénérées » sont beaucoup moins lumineuses que ce que nous voyons maintenant dans le ciel nocturne. Alors que cette ère se poursuit, les protons commenceront à se désintégrer. Les survivants à un tel évènement seront les trous noirs.

L’ère du trou noir

Comme son nom l’indique, l’ère du trou noir est l’ère où il n’existera plus que des trous noirs dans l’Univers. Ceux-ci attireront la masse et l’énergie qui reste. Les trous noirs eux-mêmes s’évaporeront lentement, laissant échapper de petits morceaux de leur matière par le processus de mécanique quantique du rayonnement de Hawking.

Selon l’astronome Phil Plait, un petit trou noir de 50 fois la masse du soleil prendrait environ 1068 ans à se dissiper. À la fin de cette ère, seuls les photons, électrons, positrons et neutrinos de très faible énergie continueront à exister.

L’ère Sombre

L’ère Sombre ou l’ère des ténèbres se caractérisera par une diminution considérable de l’activité dans l’Univers. Les électrons et les positrons qui dérivent dans l’espace se rencontreront et formeront parfois des atomes de positronium. Ces structures présentent toutefois une grande instabilité et leurs particules constitutives finiront par disparaitre complètement. Essentiellement, l’Univers finira par se transformer en un vide pour toujours.

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

22 commentaires

  1. Je vois le Big Bang comme une explosion, sauf que c’est pas une explosion. Une sorte de bombe, elle explose, se propage, et fini par perdre de son intensité et de se force et finalement se dissipe. Disons que c’est une parabole.

    Concernant les trous noirs, une nouvelle théorie très sérieuse vient d’être publié, elle est toujours en cours de développement, qui pourrait prouver que finalement les trous noirs ne seraient pas des trous noirs mais des étoiles qui se sont effondrés en un point intensément petit le plus petit possible. Et que c’est leur gravité qui serait à l’origine de la matière noire. La relativité n’explique pas la matière noire et donc cette théorie pourrait être en accord avec la relativité

  2. Pour ma part, je considère qu’un Point noir, pour ne pas dire un trou, n’est pas une singularité…Loin de là, mais plutôt une bulle statique que la gravité justement ne peut écraser, mais où elle s’écrase dessus…C’est l’espace dynamique qui circule sur sa surface statique, qui lui confère cette puissance dont il n’est pas l’origine….

  3. Trous noir de l énergie concentré en un seul point reliant avec d autre trous noir dans l hunivers comme une autoroute mais sans lumière car la lumière est emprisonné par elle infiniment petit quand la lumière s échapper s est l explosion final big bang naissance des planètes et l hunivers en faite les galaxie naisse du trous noir car la matière est emprisonné

  4. Et si notre univers n’était pas en réalité la singularité d’un trou noir qui s’étend de plus en plus et le big bang seulement le début de son expansion

  5. Bonjour tout cela nous dépasse ne sommes nous pas une erreur dans L’UNIVERS car nous voyons de plus en plus loin et toujours aucun signe de personne quand on parle de milliards d’années nous pauvre humain qui vivont entre 60 et 120 ans ont ne pourras jamais vérifier ça que tout le monde avance donc on connaît une infime vérité sur l univers

  6. Le passage du courant électrique continu est l’electron qui, se déplaçant, laisse une empreinte derrière qui attire de nouveau un électron. Partisan de l’inexistance du vide et du néant, j’identifie le déplacement d’un électron comme un BigBang dont l’expansion suit une compression.

  7. Jamais nous ne pourrons expliquer les lois qui
    régissent l’Univers….(qui n’est peut-être pas un seul) la science et la religion se croisent quelque part…

  8. Tout ça c’est intéressant mais avant le bigbang qu est ce qu’il y avait et si on le sait d’où cela venait ?

  9. L’espace et le temps seraient nés au big bang, donc il n’y aurait ni d’avant, ni d’ailleurs.

  10. Une fin, un début, un éternel recommencement ? Le rien est il possible ? Nous resterons à jamais , malgré toutes les avancées de nos éminents scientifiques, des béotiens face au mystère de l’univers.

    Jacques

  11. Nous n’en sommes plus à une théorie près concernant la naissance de notre univers, voici ma vue de l’esprit que je traîne depuis quelques temps. L’infiniment grand est lié avec l’infiniment petit et nous pouvons le constater de notre vivant, cependant ils se rencontrent toujours dans le même sens, la même direction, qu’en est il autrement ? Serions nous dans une dimension ou notre échelle correspondrait au fondement de la matière d’une cellule vivante gigantesque ? Peut on rapprocher la naissance d’une cellule au big bang ?

    Je suis sain de corps et d’esprit !

  12. Comment, à notre si petite échelle, peut on concevoir l’univers dans son entier? Et avant le “big bang”, qu’y avait il ?
    Je suis une simple personne, sans un niveau d’études scientifiques, mais je pense que nos grands scientifiques brassent beaucoup d’air et de théories, pour des résultats quelque peu aléatoires. Comment peut-on être sûr d’un début, d’un commencement, alors qu’on ne connaît que peu de choses sur notre seule planète. Beaucoup de théories sont mises à mal au fur et à mesure de nos avancées dans le temps.
    Je reste donc sceptique. Nous ne sommes que les minuscules poussières d’un ensemble certainement sans commencement ni fin, et sans limites dans l’espace et le temps.
    Ceci ne concerne que mon avis, chacun croit ce qu’il veut, mais qu’on arrête de nous annoncer à tout bout de champ des vérités sur notre univers qui n’en sont pas, puisque mises à mal quelques années plus tard.
    L’humain devrait arrêter de se regarder le nombril en pensant qu’il est le seul être intelligent de notre univers. Peut être sommes nous simplement un élément d’un plus grand organisme qui lui même n’est qu’une partie d’un encore plus grand organisme, etc,…… Sans fin.

  13. On ne sait pas malheureusement.. Les chercheurs bloquent toujours dessus, ils font les calculs puis arriver à un certain point le résultat est infini.. Du coup ils se retrouvent confronté à ce qu’ils appellent le mur de Planck

  14. La moindre des choses serait d’utiliser le subjonctif et non l’indicatif pour annoncer ça…

  15. La moindre des choses seraient d’utiliser le conditionnel et non l’indicatif pour annoncer ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page