Science

La Terre pourrait être piégée dans un énorme tunnel magnétique

La situation de la Terre par rapport au reste de l’Univers reste au coeur de nombreuses interrogations et recherches; selon ces dernières, il semblerait qu'il existe un tunnel magnétique géant dans lequel notre planète serait emprisonnée.

La science astrophysique et l’industrie astronautique ont connu des avancées majeures ces dernières années: la première a permis de mieux comprendre le fonctionnement de notre Univers. La deuxième a donné à l’humanité les moyens d’explorer l’espace extraterrestre. Les scientifiques et les esprits curieux vouent une véritable fascination pour les éléments qui composent l’Univers.

Nous avons construit des engins spatiaux capables de visiter d’autres mondes et de collecter de précieuses données. Malgré sa fascination pour ce qui se trouve dans les cieux, l’humanité nourrira toujours un sentiment particulier pour la Terre. Cette dernière reste à ce jour sa seule maison. De ce fait, les origines de notre planète nous intéressent, ainsi que sa place dans l’Univers.

Une étude ciblant deux zones différentes de la Voie lactée

Les galaxies baigneraient dans le vide cosmique, à en croire les astronomes. La question sur ce qui sépare tous les éléments à l’intérieur d’une galaxie se pose aussi. Jennifer West travaille au Dunlap Institute for Astronomy and Astrophysics à l’université de Toronto, au Canada. L’astrophysicienne apporte une réponse dans un papier récemment publié sur l’archive en ligne de prépublication arXiv. La recherche devrait paraître dans la revue scientifique The Astrophysical Journal après validation.

L’étude menée par West se base sur deux zones précises de notre galaxie: le North Polar Spur, ou l’Éperon polaire nord, et la Fan Region, ou la région de l’Éventail. Chaque élément se situe d’un bout à l’autre de la Voie lactée. Toutefois, ils possèdent en commun la même structure: l’Éperon polaire nord et la région de l’Éventail sont deux gigantesques amas gazeux. Ils font partie des nuages cosmiques les plus brillants de notre galaxie.

De minuscules cordes chargées de particules

Rappelons que la découverte des deux structures remonte aux années 60; ces dernières sont surtout connues pour émettre des ondes radio. Le North Polar Spur se présente sous la forme d’un immense amas gazeux jaune; sa structure est aussi une source de rayonnement électromagnétique à haute fréquence. Par contre, les données collectées sur la région de l’Éventail restent insuffisantes, et ne permettent pas de bien comprendre le fonctionnement de la structure gazeuse. Néanmoins, il est connu que celle-ci émet beaucoup d’ondes radio polarisées.

Une carte de la Voie lactée avec un gros plan sur le soleil (point rouge) piégé entre les cordes magnétiques.
Une carte de la Voie lactée avec un gros plan sur le soleil (point rouge) piégé entre les cordes magnétiques. Crédit image : NASA/JPL-Caltech/R. Hurt/SSC/Caltech/Jennifer West

Les deux structures seraient ainsi liées, à en croire les travaux de West. Un gigantesque réseau de filaments magnétiques ferait le lien entre le North Polar Spur et la région de l’Éventail. Ces cordes très fines seraient chargées de particules et posséderaient un champ magnétique. L’astronome de l’université de Toronto décrit dans son article qu’elles s’organisent pour constituer une sorte de tube ou de tunnel.

À LIRE AUSSI :  L’intérieur de la terre semble se refroidir beaucoup plus rapidement que prévu

Des cordes magnétiques à travers la Voie lactée

La proposition d’un tunnel magnétique qui parcourt notre galaxie est assez audacieuse, mais l’auteur de l’hypothèse va encore plus loin en évoquant une taille gigantesque. Le tube de filaments serait suffisamment large pour envelopper tout le Système solaire et d’autres objets de la Voie lactée. La Terre se trouverait donc dans ce tunnel magnétique. Ce dernier est évidemment invisible à l’œil nu, mais avec des yeux capables de détecter les ondes radio, nous serions en mesure d’observer les filaments seulement en levant les yeux au ciel.

Le papier de la recherche ne manque pas d’apporter quelques précisions sur la taille du tunnel magnétique. Celui-ci s’étendrait sur 1 000 années-lumière; le tube de filaments envelopperait le Système solaire à une distance de 350 années-lumière. Notons que pour en arriver à ces chiffres, les auteurs de l’étude se sont appuyés sur une nouvelle méthode de simulation informatique. Plus précisément, ils ont utilisé une base de données assez fournie sur l’observation des ondes radio pour alimenter la simulation; c’est cette dernière qui a ensuite mis en évidence les filaments magnétiques du tunnel.

Les éléments de charpente de notre galaxie

Dans la mesure où la théorie de West se confirme, la découverte serait majeure pour la science: elle offrirait une nouvelle piste pour mieux comprendre la structure de notre galaxie. Les notes de recherche décrivent les filaments comme d’excellents émetteurs de lumière optique. Ils faciliteraient la localisation des explosions stellaires ou des supernovas. D’autre part, les filaments magnétiques pourraient jouer un rôle plus important dans la structure de la Voie lactée: ils constitueraient les charpentes de notre galaxie.

West et son équipe tiennent une piste intéressante. La prochaine étape pour eux sera d’améliorer la précision de leur simulation. Les observations dans les régions concernées devraient ainsi se poursuivre afin de collecter de nouvelles données. Mais en attendant, les auteurs de la recherche attendent la validation de leurs travaux par des pairs.

Source
livescience.com

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page