Astuces

Comment (bien) choisir un sapin de Noël ?

Dans quelques jours, comme des millions de personnes, vous installerez votre sapin de Noël ! Mais comment le choisir, et qu'en faire après les fêtes ?

Dans un mois tout pile, c’est Noël, cela ne peut pas vous échapper, et vous ne pourrez pas y échapper. Dans quelques jours comme de nombreuses personnes, vous installerez le fameux sapin de Noël avec ses guirlandes et boules multicolores.

A l’heure où l’environnement est au centre de nombreux débats, nous entendons souvent qu’acheter un sapin n’est pas très écologique ! Mais peut-être qu’il faut juste savoir le choisir correctement ?

Plusieurs critères sont à respecter lorsque vous choisirez votre sapin de Noël, mais sachez qu’un sapin naturel coupé, c’est aussitôt un sapin replanté… Et nous possédons en France, environ 5000 hectares de plantations de sapin.

L’histoire du sapin de Noël

Noël est une fête religieuse chrétienne, lors de laquelle est célébrée la naissance de Jésus. Mais bien avant sa naissance, entre 2000 et 1200 av J-C, l’épicéa était planté le 24 décembre, il était l’arbre de l’enfantement. Le sapin dit de Noël est une tradition qui débute au Moyen Âge et s’inspire d’un rite païen dans lequel chaque cycle lunaire était associé à un arbre. En décembre, c’était l’épicéa.

AInsi, c’est au XIIIème siècle que le sapin de Noël apparait mentionné en Alsace en 1521. A cette époque, on le décorait de pommes, de friandises et de sablés. Ce serait les protestants qui auraient en 1560 continué à développer le sapin de Noël pour se démarquer des catholiques. Les premiers arbres illuminés apparaissent au cours des XVIIème et XVIIIème siècle. A cette époque, les illuminations sont faites de coquilles de noix ou de peaux d’orange remplies d’huile.

Comment faire une cure de sève de bouleau ?

Mais alors comment le choisir aujourd’hui ?

Si vous pensez bien faire pour la planète en achetant un sapin de Noël en plastique, c’est raté. La plupart des sapins artificiels sont fabriqués en PVC, donc à base de pétrole. Sans oublier les peintures toxiques qui peuvent le recouvrir. Bref, c’est pratique, il ne perd pas ses épines, mais écologiquement, c’est une très mauvaise idée.

On choisira donc un sapin naturel, et de préférence en pot quand c’est possible. Le fait de l’acheter en pot vous permettra de le conserver plus longtemps, même de pouvoir le replanter si vous avez un jardin. Ou de l’offrir à quelqu’un qui pourra le garder… Parce que, si on y réfléchit bien, mais si l’on replante chaque année un sapin pendant 20 ans, on se retrouve vite à la tête d’une exploitation forestière.

Vous pouvez adopter un sapin

Chez Treezmas, vous allez pouvoir adopter votre sapin de Noël ! C’est une solution écologique et économique. En vous rendant dans les magasins Botanic pour leur rendre le sapin que vous aurez acheté, il sera récupéré et replanté. Vous pourrez donc y retourner la saison suivante, afin de reprendre le même arbre, et le ramener après les fêtes. Vous aurez ainsi l’occasion de le voir grandir au fil des années !

Certaines forêts d'Afrique stockeraient plus de carbone par hectare que la foret Amazonienne

On choisit un sapin local

Avec 5000 hectares de forêts de sapins, la France peut fournir tout le monde. Choisissez un sapin issu de forêts durables, qui a poussé sans engrais chimique et de préférence issu de l’agriculture biologique. Si vous l’achetez en grande surface, veillez à ce qu’il ne soit pas emballé dans un filet de plastique. Ou alors veillez à bien jeter ce plastique dans votre poubelle à ordure ménagère; malheureusement, ces filets ne sont pas recyclables pour la plupart.

Et après Noël, on en fait quoi du sapin ?

Vous ne le savez peut-être pas, mais certaines chèvres adorent manger les branches de sapin de Noël ! En tapant « sapin noël chèvre » et votre département sur Google, vous trouverez forcément un éleveur qui récupèrera votre sapin après les fêtes. Un véritable festin pour ces bêtes, qui feront un fromage au goût de pin ! Attention cependant aux animaux, le sapin ne doit pas avoir reçu de bombes de flocage, ni de paillettes.

Si vous ne trouvez pas d’éleveurs de chèvres à proximité, les services de ramassage des ordures organisent en général deux sessions de ramassage en janvier. Renseignez-vous auprès de leurs services. Ah oui, évitez de l’emballer comme un cadavre, la police appréciera !

Via
treezmas.com

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page