Faut-il retirer les étiquettes des cartons et des bouteilles en plastique avant de les recycler ?

Devez-vous retirer les étiquettes des bouteilles en plastique avant de les recycler ? Et, que faire du bouchon ? Découvrez les réponses à ces questions cruciales pour un tri sélectif efficace.

Nos poubelles de tri regorgent de bouteilles en plastique, c’est l’un des déchets que nous rejetons le plus chaque année. Le tri des bouteilles en plastique est primordial. C’est d’ailleurs l’un des axes majeurs de la loi AGEC qui prévoit un taux de collecte de 90 % en 2029. Le gouvernement français a confié une étude du suivi du recyclage à l’ADEME, qui pour 2021 annonce un taux de recyclage de 61 % en légère progression. Deviendrions-nous plus conscients des enjeux du recyclage ? Toujours est-il que lorsque l’on jette une bouteille dans le bac de tri, nous nous posons certaines questions. Est-ce que je dois plier ou compresser la bouteille ? Et, le bouchon ? Et, l’étiquette, on la laisse ou on la jette à part ? Je vais tenter de répondre à ces questions pour vous aider à mieux trier vos bouteilles en plastiques.

Doit-on écraser, compresser ou plier une bouteille en plastique ?

L’idée de réduire le volume de vos bouteilles en plastique est surtout intéressante pour gagner de la place dans votre bac de ramassage. Malheureusement, la réponse à cette question n’est pas universelle, puisqu’elle dépend de votre centre de tri. Certaines machines reconnaissent uniquement la bouteille à sa forme, il faut donc les laisser intactes. D’autres machines identifient la matière plastique, il serait ainsi possible de compacter nos bouteilles. Les bouteilles en plastiques doivent en conséquence être laissées dans leur forme d’origine, et avec le bouchon. Si vous souhaitez tout de même les compacter, écrasez-les exclusivement dans le sens de la longueur.

Nous nous posons la question s'il faut ou non écraser ses bouteilles en plastique avant de les jeter ?
Nous nous posons la question s’il faut ou non écraser ses bouteilles en plastique avant de les jeter ? Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Et, l’étiquette de la bouteille ? On la laisse, ou on l’enlève ?

Toutes les bouteilles sont revêtues d’une étiquette, qu’elles soient en verre ou en plastique. Mais, l’étiquette, souvent en papier, n’est ni du verre, ni du plastique. Nous pouvons alors nous demander s’il serait judicieux d’ôter les étiquettes avant de jeter la bouteille. La réponse est non pour cette fois, à moins que vous ayez beaucoup de temps à perdre pour les retirer. Lorsqu’il est recyclé, le verre est fondu dans un four en fusion, à très haute température. L’infime quantité de papier représenté par l’étiquette n’a aucune incidence sur le recyclage. Et, c’est le même cas de figure pour les étiquettes des bouteilles en plastiques, elles sont aussi recyclées, avec la bouteille. Si vraiment, vous mettez un point d’honneur à enlever vos étiquettes, vous pouvez les jeter dans le bac jaune, de tri des emballages.

Et, les étiquettes des boites de conserve, on en fait quoi ?

Et, c’est toujours non, pour les étiquettes des boîtes de conserve, c’est absolument inutile et chronophage ! Il n’est pas impératif de retirer les étiquettes des boîtes de conserve. En effet, lors du processus de recyclage, le métal est fondu à une température extrêmement élevée, ce qui rend le papier insignifiant et ne pose pas de problème. Cependant, si vous préférez les retirer pour une raison quelconque, vous pouvez les placer dans le bac de recyclage du papier, où ils seront traités séparément pour un recyclage optimal. Pour une fois que le tri est facile, ce serait dommage de se compliquer la vie, non ? Et, vous ? Comment triez-vous vos bouteilles en plastique ? Avec, ou sans étiquettes ? Donnez-nous votre avis, ou partagez avec nous, votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

2 commentaires

  1. Honnêtement on s en fout car le “recyclage” ne sert qu’a enrichir les sociétés de “recyclage” et nous faire payer plus pour qu’elles travaillent moins (dans le tri). Le recyclage a la française n est que du brainwashing. Qu’ils commencent par les vidanges (consigne) comme en Belgique ou en Suisse, ce n est que du lavage, moins de fric a se faire et alors on y croira peut-être.

  2. Avez-vous une idée du nombre de gens qui exprès mettent tout dans la même poubelle (ou brûlent dans la cheminée) car en ont marre du foutage de gueule du recyclage?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page