Frelons Asiatiques : la lutte commence dès le mois de février avec le retour anticipé des reines

Le printemps s'annonce dangereux pour les abeilles avec le réveil prématuré des reines de frelons asiatiques. Les apiculteurs appellent à l'action immédiate, découvrez pourquoi et comment agir dans notre article.

Le retour des frelons asiatiques s’annonce plus précoce que les autres années ! Depuis quelques jours, des centaines de publications paraissent dans la presse pour alerter sur ces insectes nuisibles, qui envahissent la France, toujours plus nombreux chaque année. Les apiculteurs sont en alerte maximale et craignent le pire, avec ce réveil d’hibernation précoce des reines. Tous sont unanimes, l’été sera catastrophique pour les abeilles, et ils exhortent les particuliers, à poser des pièges dans leur jardin pour les aider dans leur lutte sans fin. Cela fait 20 ans cette année que le frelon asiatique est apparu en France, et c’est un bien triste anniversaire pour les apiculteurs qui redoutent le pire. Philippe Fauché, apiculteur en Gironde, s’est confié au journal 20 Minutes et vous explique pourquoi il faut piéger les reines dès maintenant. Suivez aussi ses conseils pour fabriquer votre propre piège avec trois fois rien. Découverte.

Piéger les reines : une nécessité capitale !

La prolifération des frelons asiatiques n’inquiète pas seulement les apiculteurs, mais jusqu’aux plus hautes sphères de l’État. Ainsi, le conseil départemental de Gironde, alerte sur la nécessité de poser des pièges dès à présent. Pourquoi ? Lors du dernier automne, en 2023, les frelons asiatiques étaient plus nombreux que les autres années. Cette période de l’année correspond généralement à une accalmie au niveau des attaques de ruches. Or, cette année, ce fut « une prédation exceptionnelle de la part du frelon asiatique sur les colonies d’abeilles à l’automne 2023 », selon une étude publiée par le Syndicat apicole de la Gironde (SAG) et le Groupement de défense sanitaire de l’abeille. Les apiculteurs pensent, à juste titre, que cela a permis de donner naissance à un « surplus » de reines fondatrices. De plus, l’hiver ayant été beaucoup plus chaud que les années précédentes, les reines auront toutes, ou presque, survécu au froid.

Piéger une reine, c'est éviter la prolifération de 5 000 à 13 000 frelons et leur conséquence sur les abeilles.
Piéger une reine, c’est éviter la prolifération de 5 000 à 13 000 frelons et leur conséquence sur les abeilles. Crédit photo : Capture d’écran Amazon

Comment Philippe Fauché fabrique-t-il ses pièges ?

Il existe des modèles disponibles dans le commerce et certaines municipalités en distribuent même gratuitement aux résidents. Cependant, si vous préférez une option « zéro coût », l’apiculteur langonnais Philippe Fauché propose une solution simple et abordable. Il suffit de couper une bouteille en plastique en deux, de préparer une mixture composée d’un tiers de bière, un tiers de « mauvais vin blanc » et un tiers de sirop (cassis, framboise, grenadine ou fraise), et votre piège est prêt. Selon Philippe Fauché, l’objectif est d’attirer les frelons avec le côté sucré tout en repoussant les abeilles grâce au vin blanc. Concernant les autres insectes qui pourraient être attirés, Philippe Fauché propose une astuce : « on fait de petits trous sur les côtés pour permettre aux petits insectes, mouches qui seraient piégées, eux aussi, de ressortir ». Quel que soit le piège choisi, l’important c’est d’agir TOUT DE SUITE et MAINTENANT, pour éviter le pire !

Faut-il piéger les frelons asiatiques dès le mois de février ?

La réponse est sans équivoque pour tous les apiculteurs de France : OUI et le temps presse ! Piéger une reine, c’est donc entre 5.000 et 13.000 frelons en moins, explique Philippe Fauché ! Si l’on reprend l’étude menée par les apiculteurs de Gironde, les reines seront plus nombreuses cette année ! Et, ces reines vont bientôt, si ce n’est pas déjà le cas, sortir de leurs cachettes ! Rappelons que plusieurs journées à plus de 20 °C ont été enregistrées dans le sud de la France, en plein mois de février ! Une reine ressort dès que la température avoisine les 13 °C, et à moins d’un changement radical de température dans les prochains jours, il est fort probable, qu’elles puissent déjà se croire au printemps !

Empêchez dès maintenant la formation des nids primaires, et par conséquent, la ponte des futurs frelons, relève donc d’une importance capitale pour les apiculteurs et leurs abeilles chéries ! Aidez-vous déjà les apiculteurs dans leur lutte ? Et, si oui, quelles sont les méthodes que vous employez ? Donnez-nous votre avis, ou partagez avec nous, votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

PromoMeilleure Vente n° 1
BSI Piège à Guêpes et Frelons - Professionnel -
  • Fonctionnement : Remplissez le piège, jusqu'au trait signalé, avec l'attractif guêpes BSI (non fourni : Cet attractif est naturel).

Cet article contient un ou plusieurs liens d'affiliation. Neozone.org touche une commission au pourcentage sur la vente des produits affiliés, sans augmentation de prix pour l'utilisateur. Pour plus d'informations consultez nos mentions légales.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
20minutes.fr

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page