Les crèmes solaires, un véritable poison pour l’environnement, mais pas une fatalité…

Chaque année, des milliers de tonnes de crèmes solaires sont déversées dans les océans, entraînant des conséquences néfastes pour les écosystèmes marins et il faut absolument arrêter ce massacre !

Lorsque l’on aborde le sujet de la pollution des océans, le sujet revient inexorablement sur le plastique. Pour preuve, on parle souvent du 7ᵉ continent, qui fait référence à une immense accumulation de déchets plastiques dans l’océan. Il s’agit d’une zone de concentration de débris en plastique flottants, principalement composée de fragments de plastique, de filets de pêche abandonnés, de bouteilles, de sacs en plastique et d’autres déchets qui se sont accumulés. Dans la liste des déchets qui polluent les océans, nous oublions souvent un produit que nous sommes des millions à utiliser chaque jour : la crème solaire ! Et pourtant ! Près de 25 000 t de crèmes solaires en tous genres sont déversées chaque année dans les océans de la planète ! Un fléau pour les eaux, la faune et la flore. Quel est l’impact de la crème solaire sur les océans ? Et quelles crèmes choisir pour limiter la pollution ? Découverte.

Des chiffres assez alarmants !

Chaque année, des dizaines de milliers tonnes de crème solaire sont déversées dans les océans, ce qui équivaut à 48 l déversés chaque minute à l’échelle mondiale. Ces chiffres alarmants ont été révélés par la Fondation pour la nature et l’homme et sont confirmés par Jérôme Labille, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) d’Aix-en-Provence. Les recherches de Jérôme Labille ont permis d’estimer qu’une seule plage de Marseille voit approximativement 52 kg de crème solaire se déverser chaque jour dans la Méditerranée pendant la saison estivale. Des chiffres qui nous amènent à réfléchir sur l’impact des crèmes solaires. Il est impératif de prendre conscience que les choses doivent absolument changer pour éviter la pollution et l’extinction de certaines espèces animales ou végétales marines.

Les récifs coralliens, qui sont formés par l'assemblage de coraux, abritent environ 25% de la biodiversité marine de notre planète. Cependant, si des mesures urgentes ne sont pas prises pour faire face au changement climatique, à la pollution, à la surpêche et à d'autres menaces qui les guettent, ces magnifiques écosystèmes où la vie prospère pourraient malheureusement disparaître.
Les récifs coralliens, formés par l’assemblage de coraux, abritent approximativement 25 % de la biodiversité marine de notre planète. Cependant, si des mesures urgentes ne sont pas prises pour faire face au changement climatique, à la pollution, à la surpêche et à d’autres menaces qui les guettent, ces magnifiques écosystèmes où la vie prospère pourraient malheureusement disparaître. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Quels sont les impacts des crèmes solaires sur les océans ?

Les impacts des crèmes solaires « chimiques » sont nombreux sur les océans. À commencer par le fait que certaines substances chimiques présentes dans les crèmes solaires, notamment les filtres UV, peuvent contribuer au blanchissement des coraux, un phénomène qui nuit à leur santé et à leur survie. De plus, les crèmes contenant des ingrédients chimiques comme les oxybenzones et les octinoxates, les nanoparticules de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc peuvent être toxiques pour les organismes marins tels que les poissons, les crustacés et les microorganismes. Ils peuvent perturber leur système hormonal, entraîner des malformations, altérer leur comportement et affecter leur reproduction. Enfin, lorsque les crèmes solaires sont appliquées sur la peau et rincées dans l’eau, les substances chimiques qu’elles contiennent peuvent se disperser dans l’environnement marin. Cela peut entraîner une pollution de l’eau, des sédiments et des écosystèmes côtiers, ayant des effets néfastes sur la biodiversité et les chaînes alimentaires.

Mais alors, quelles crèmes solaires faut-il absolument choisir ?

Notre peau humaine est incapable de résister aux UV du Soleil. Il est donc indispensable de se protéger pour éviter les mélanomes (cancers de la peau) ou plus simplement les douloureux coups de soleil et l’utilisation massive de Biafine pour apaiser les brûlures. Bientôt une crème solaire qui nourrit et protège les coraux devrait être commercialisée, la Reef Relief. En attendant, vous devez ABSOLUMENT choisir une crème estampillée « protectrice des océans ». Les crèmes solaires protectrices des océans utilisent des filtres UV physiques plutôt que chimiques tels que l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane.

La crème solaire Reef Relief est également pionnière en introduisant une certification novatrice dans le monde : non seulement le SPF (Sun Protection Factor), mais également le RPF (Reef Protection Factor), qui évalue la protection des récifs.
La crème solaire Reef Relief est également pionnière en introduisant une certification novatrice dans le monde : non seulement le SPF (Sun Protection Factor), mais également le RPF (Reef Protection Factor), qui évalue la protection des récifs. Crédit photo : Eilat

Elles agissent en formant une barrière physique sur la peau pour réfléchir les rayons du soleil. Elles privilégient également les ingrédients naturels, biodégradables et respectueux de la vie marine. De plus, il est conseillé de s’enduire de crème une demi-heure avant la baignade, et non juste avant celle-ci, pour éviter que la crème solaire ne se déverse dans l’Océan. Soyons responsables aussi dans le choix de notre crème solaire, c’est aussi un geste essentiel pour la planète !

Meilleure Vente n° 1

Cet article contient un ou plusieurs liens d'affiliation. Neozone.org touche une commission au pourcentage sur la vente des produits affiliés, sans augmentation de prix pour l'utilisateur. Pour plus d'informations consultez nos mentions légales.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
francetvinfo.fr

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page