imprimante 3D

Coronavirus : un masque facial imprimé en 3D pour aider le personnel médical à mieux se protéger

La lutte contre le Coronavirus se poursuit. Alors que le nombre de malades continue d’augmenter à travers le monde, certaines fournitures et équipements commencent cruellement à manquer.

La pénurie de masques facials de protection se fait particulièrement sentir dans de nombreux hôpitaux, centres de soins ainsi que chez les autorités sanitaires. La situation a poussé plusieurs sociétés (tous domaines confondus) à se mobiliser pour aider à fournir ce dont le personnel médical a besoin pour combattre le Covid-19. Les entreprises de technologies 3D ont surtout fait parler d’elles en proposant des équipements médicaux imprimés en 3D, avec un approvisionnement à la fois rapide et durable.

Un projet lancé par le fabricant de kits imprimantes 3D, Prusa, a particulièrement attiré l’attention. L’entreprise a annoncé l’impression de centaines de masques dans le but d’approvisionner les hôpitaux. Jusque là rien de bien nouveau, sauf si ce ne sont les masques en eux-mêmes. Ils ressemblent à une espèce de bouclier facial transparent qui couvre complètement le visage du porteur.

À LIRE AUSSI :  Masques : 4 idées reçues et Fake News relayées par les anti-masques

Les masques recouvrent non seulement la bouche mais également les yeux. Ils offrent ainsi un maximum de protection contre la propagation des germes. Ces masques proposés par Prusa sont d’autant plus pratiques car ils peuvent être portés en tout confort par dessus un masque de protection classique.

Pour les initiateurs du projet, développer un masque imprimé en 3D qui se porte par-dessus un masque classique est une très bonne idée. Cela permet non seulement de réduire les risques de contamination mais aussi d’apaiser les doutes quant à la fiabilité sanitaire du plastique. Lorsque la respiration du porteur finit par créer une zone humide et chaude sur le plastique au niveau de la bouche, cette zone n’est-elle pas propice à la prolifération des germes ? Avec les masques imprimés en 3D de Prusa, le problème est réglé !

La société a indiqué avoir déjà envoyé quelques centaines de prototypes dans plusieurs hôpitaux tchèques pour tester l’efficacité de son masque 3D. Elle a précisé que le design de l’équipement était encore à revoir et pourrait encore changer/évoluer. En tout cas si tout est OK, Prusa prévoit de fabriquer au moins 800 masques par jour.

La marque compte également sur la communauté de « Makers » qui regroupe les personnes volontaires pour fabriquer des fournitures médicales imprimées en 3D pour l’aider à produire davantage de masques de protection contre les germes du Coronavirus. Prusa a partagé plein de précieux conseils sur son site pour que le processus d’impression soit parfaitement sûr, fiable, ainsi que réalisé dans le respect des normes de sanitaires.

Andy RAKOTONDRABE

Il n’y a pas de réussites faciles ni d’échecs définitifs.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page