Briket : un meuble en pommes de terre et en sciure qui devient du bois de chauffage en fin de vie

Qui aurait cru que les pommes de terre et la sciure de bois pouvaient devenir un tabouret ? Le designer suisse Renaud Defrancesco nous présente le Briket, un meuble révolutionnaire à découvrir absolument.

Cet hiver, nous vous avions parlé à maintes reprises du bois de chauffage. Nathalie avait notamment expliqué que certaines palettes pouvaient être utilisées comme bois de chauffage, mais que les vieux meubles étaient déconseillés. Nous étions plus de 7 millions à nous chauffer au bois, selon l’ADEME, l’hiver dernier, et cela devrait encore augmenter. Néanmoins, il sera toujours impossible de brûler vos vieux meubles, sauf si vous optez pour le Briket, l’invention d’un designer suisse, Renaud Defrancesco, qui casse les idées reçues. En effet, il est à l’origine d’un étrange tabouret, fabriqué avec des restes de pommes de terre, et de la sciure. Découverte.

Un tabouret en pomme de terre, vraiment ?

Le Briket ressemble à un tabouret classique, même s’il dispose de neuf pieds au lieu des quatre habituels. Ce n’est pas un tabouret de bar, mais plutôt un petit tabouret de 43 cm de haut seulement, de forme carrée puisqu’il mesure 29 cm de large et 29 cm de long. Les neuf pieds sont plutôt massifs et se cachent évidemment sous l’assise, qui est une épaisse planche de bois. La conception est plutôt minimaliste, le design étant à l’appréciation de chacun. Son secret ? Le Briket est fabriqué à partir de pommes de terre et de sciure de bois. En fin de vie, vous ne l’apporterez pas à la déchetterie ou en recyclerie, mais le découperez et l’utiliserez comme bois de chauffage.

Fabriqué à partir de sciure de bois et de pomme de terre, ce tabouret à 9 pieds est destiné à finir en bois de chauffage.
Fabriqué à partir de sciure de bois et de pomme de terre, ce tabouret à 9 pieds est destiné à finir en bois de chauffage. Crédit photo : Renaud Defrancesco Studio sur Instagram

Un meuble à brûler, pourquoi pas ?

Comme nous vous le répétons chaque hiver, les meubles, qu’ils sont peints ou vernis, ne sont pas considérés comme du bois de chauffage. Les peintures et les vernis contiennent des produits chimiques, qui, en brûlant, dégagent des fumées nocives pour la santé et pour l’environnement. Le Briket, sauf si vous décidiez de le peindre, est fabriqué à partir de deux matières naturelles : la pomme de terre et la sciure de bois. Il ne comporte ni métal, ni produits chimiques et ressemble, en termes de composition, à celle des granulés de bois. Le designer envisage désormais de produire son tabouret à grande échelle, pressentant peut-être un succès commercial. De plus, les coûts de fabrication sont faibles puisque les matières premières sont récupérées et qu’il suffit d’une simple presse, comme pour les pellets, pour le mouler.

Un étonnant concept

« Le processus de fabrication des meubles est à la fois simple et neutre pour l’environnement », explique Renaud Defrancesco. Pour le fabriquer, « les déchets de bois sont compressés aux côtés des pommes de terre, un autre composant naturel qui n’est pas entièrement consommé par l’industrie alimentaire ». Néanmoins, étant conçu avec des « matières vivantes », il faudra encore quelques savants mélanges pour obtenir la matière parfaite, qui ne moisit pas, et qui ne s’altère pas avec le temps. Le designer envisage de fabriquer quelques autres objets en « bois de pommes de terre » afin de tester la résistance et la durabilité. En savoir plus ? Rendez-vous sur le site du designer : Renaud Defrancesco Studio. Que pensez-vous de cet étonnant concept ? Nous serions ravis de lire vos impressions ou de connaître votre expérience à ce sujet. Et, si vous constatez une erreur dans cet article, n’hésitez pas à nous l’indiquer. Vous pouvez cliquer ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonnés nous suivent sur les réseaux, pourquoi pas vous ?
Abonnez-vous à notre Newsletter et suivez-nous sur Google Actualité et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Via
Renauddefrancesco.ch

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page