Innovation

Cette découverte du lien entre la dépression et l’inflammation va ouvrir la voie à de nouvelles thérapies

A première vue, on se demanderait bien quel lien il pourrait y avoir entre la dépression et l’inflammation. Pourtant, les scientifiques affirment que l’une peut provoquer l’autre, et vice versa.

Il existe bel et bien un lien entre la dépression et l’inflammation, et cela fait l’objet de plusieurs débats dans la communauté scientifique. Afin de prouver leur théorie, les chercheurs ont effectué des examens de dossier médicaux de patients atteints de dépression et ceux qui souffrent d’inflammation, afin de prouver leur étroite corrélation. En effet, certains scientifiques affirment que la relation qui existe entre la dépression et l’inflammation peut être bidirectionnelle. En d’autres termes, il est possible de développer des signes d’inflammation si la personne est atteinte de dépression; mais les personnes souffrant d’inflammation peuvent à priori être plus disposées à devenir dépressives.

Quelques définitions

La dépression est une maladie causée par un trouble mental suivi d’un état dépressif aigüe et persistant. Cela entraîne un désintéressement envers tout type d’activité, ce qui provoque de nombreux effets néfastes dans la vie de l’individu. Ce sentiment dépressif donne naissance à des symptômes physiques et psychiques graves, puisque cela se répercute sur le comportement. Pire encore, les personnes atteintes de dépression peuvent rapidement avoir des pensées suicidaires.

Quant à l’inflammation, c’est une réaction normale du corps qui se protège en cas de blessure ou d’infection, par exemple suite à une entorse qui cause douleur et gonflement. L’inflammation se caractérise souvent par de la rougeur suivie d’un enflement au niveau de la partie concernée. L’inflammation correspond aussi à un ensemble de réactions générées automatiquement par l’organisme à la suite d’une agression ou d’un traumatisme; cela peut être interne et externe.

“La relation entre les scores polygéniques de dépression et le nombre de globules blancs était statistiquement forte (… )Les personnes ayant des scores polygéniques plus élevés pour la dépression avaient un nombre de globules blancs plus élevé, mais le nombre était encore considéré comme dans la plage “normale”. Cela suggère qu’une activation soutenue, mais non anormale, du système immunitaire pourrait contribuer à la dépression.” explique Lea Davis, auteur de la nouvelle étude du Vanderbilt Genetics Institute

Le lien entre l’inflammation et dépression

Les scientifiques ont affirmé, dans une étude publiée sur JAMA Psychiatry, qu’il existe un lien entre ces deux maladies, que ce soit au niveau psychologique ou immunitaire. La dépression présenterait une corrélation avec certaines maladies inflammatoires, et cela en est de même pour certaines maladies qui causent des symptômes de dépression chronique pour la personne.

À LIRE AUSSI :
Votre bébé est-il plus intelligent que la moyenne ? 5 signes pour détecter un enfant précoce

D’ailleurs, notre système immunitaire nous aide à combattre le stress, et l’inflammation fait partie du processus d’éradication de la dépression. Elle se caractérise par l’augmentation du débit sanguin et augmente aussi le nombre de globules blancs qui défendent le système immunitaire. En effet, les globules blancs sont des cellules immunitaires qui aident à combattre les maladies, quelles que soient leurs origines.

“Je pense que notre recherche contribue aux preuves croissantes d’un état pro-inflammatoire dans la dépression et crée une opportunité passionnante de réfléchir à une nouvelle classe de thérapies antidépressives axées sur la réduction des marqueurs pro-inflammatoires (…) Nous pouvons maintenant commencer à nous demander si la réduction des marqueurs pro-inflammatoires entraîne un effet antidépresseur. Si c’est le cas, cela pourrait entraîner un changement de paradigme dans le traitement de la dépression, qui ne serait plus axé sur la modification de la chimie dans le cerveau mais sur la modification des biomarqueurs à la périphérie.” Expliquent Davis et Julia Sealock sur le site news.vumc.org

Source
news.vumc.orgVidéo : Fondation FondaMental

Arielle Lovasoa

Je me retrouve dans les mots de Françoise Giroud dans Lou: Histoire d'une femme libre: "C'est une fille irréductible qui n'en fait et n'en fera jamais qu'à sa tête, non pas par caprice mais par nature". A cela, j'ajouterai le sage conseil de Confucius, mon leitmotiv: "Si tu veux profiter de ta vie, apprends à profiter de ta simple journée"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page