Innovation

Covid-19 : premiers essais cliniques sur des humains pour le vaccin de Sanofi et GSK

Le laboratoire français Sanofi et son partenaire britannique GSK ont commencé les premiers essais cliniques de leur candidat-vaccin contre le SARS-CoV-2, le virus responsable de la pandémie de Covid-19. Pour cette étape, des centaines de sujets sains seront recrutés.

Alors que la course aux vaccins anti-Covid-19 s’accélère dans les quatre coins du globe, Sanofi vient d’annoncer l’entrée en essai clinique de son candidat-vaccin. Travaillant en étroite collaboration avec le laboratoire britannique GSK dans le cadre de ce projet, le géant pharmaceutique français a lancé cette nouvelle phase la semaine dernière suite à des essais précliniques qui se seraient révélés prometteurs.

D’après Thomas Triomphe, vice-président exécutif de Sanofi Pasteur, le lancement de ces essais cliniques de phases 1 et 2 constitue une étape importante peut-on lire dans ce communiqué. Cela marque selon lui un pas de plus vers « le développement d’un vaccin potentiel » pour nous aider à lutter contre le coronavirus.

À LIRE AUSSI :  Coronavirus aux Etats-Unis : les autorités sanitaires commandent 100 000 sacs mortuaires

Plus de 400 sujets à recruter

Pour ces premiers essais de leur candidat-vaccin anti-covid-19 sur l’Homme, Sanofi et GSK vont faire appel à 440 volontaires sains. Les tests se feront de façon aléatoire, en double aveugle. Ils seront contrôlés par placebo afin d’évaluer efficacement et rapidement les résultats. Il faut savoir que ce vaccin développé par les deux laboratoires utilise une protéine recombinante qui se base sur une technologie contre la grippe saisonnière.

Si ces premiers tests sur des humains s’avèrent concluants, le programme passera au « stade 3 » d’ici la fin de l’année. Cette phase sera la dernière avant la mise sur le marché. À ce stade, Sanofi et son partenaire britannique affirment être en mesure de fournir un milliard de doses dès la première moitié de 2021.

Des commandes importantes

Le carnet de commandes est en tout cas déjà bien rempli. Les États-Unis ont par exemple réservé 100 millions de doses. Cette quantité peut aller jusqu’à 500 millions au cours des prochaines années. La Commission européenne en a commandé 300 millions, contre 60 millions pour le gouvernement britannique.

Les deux laboratoires s’engagent également à mettre une part significative de leur production totale au cours de la période 2021-2022 à la disposition de Covax. Ce dernier est en fait une initiative de l’OMS dont le but est d’acheter et de distribuer équitablement deux milliards de doses dès l’année prochaine.

À noter qu’un deuxième vaccin visant à combattre le Covid-19 est également en développement chez Sanofi. Développé en collaboration avec l’Américain Translate Bio, il devrait entrer en essai clinique de phases 1 et 2 au quatrième trimestre 2020. Rappelons qu’ailleurs dans le monde, d’autres candidats-vaccins s’apprêtent également à être homologués. Autant dire que la concurrence risque d’être féroce.

Photo de couverture Sam Wordley / Shutterstock

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page