Innovation

Hydrolienne : SeaQurrent invente un “cerf-volant sous-marin” innovant, sans danger pour la vie marine

Ayant été mis au point par l’entreprise néerlandaise SeaQurrent, le TidalKite est une hydrolienne qui promet d’être efficace. Zoom sur ce générateur qui, d’après son concepteur, peut produire de l’électricité même dans les eaux à faible courant.

Ces dernières années, nombreuses sont les entreprises à s’être lancées dans le secteur de l’énergie marémotrice. Parmi elles, la start-up néerlandaise SeaQurrent a développé une turbine sous-marine connue sous le nom de TidalKite. L’année dernière, celle-ci a fait l’objet d’une démonstration à grande échelle sur le canal maritime Borndiep, à Ameland, aux Pays-Bas, et les tests ont été concluants. Actuellement, SeaQurrent et ses différents partenaires, dont le Waddenfonds, travaillent à l’élargissement de leur réseau d’électricité verte. Mais quels sont les avantages de cette technologie développée par la firme néerlandaise et comment fonctionne-t-elle ?

« Durable et innovant »

Le TidalKite a été conçu pour être ancré dans les fonds marins via un monopieu. Se comportant comme un cerf-volant, il « vole » sous l’eau à travers le courant. Ce mode de fonctionnement génère une force de traction qui entraîne un hydromoteur. Ce dernier est relié à un alternateur, convertissant ainsi l’énergie mécanique en électricité. Pour une meilleure efficacité énergétique, le convertisseur d’énergie marémotrice, qui selon son fabricant est à la fois durable et innovant, présente plusieurs rangées d’ailes placées l’une derrière l’autre. Avec une telle conception, les surfaces qui entrent en contact avec l’eau sont plus nombreuses, permettant ainsi d’accumuler une plus grande quantité d’énergie avec un seul mouvement. L’ensemble du système est géré par des logiciels intelligents.

TidalKite "est sans danger pour la vie marine et les fonds marins"
TidalKite “est sans danger pour la vie marine et les fonds marins”. Crédit photo : SeaQurrent

Un système qui s’annonce pratique

Grâce à son rendement énergétique particulièrement élevé, le TidalKite convient aussi bien aux milieux marins soumis à de forts courants qu’aux zones plus calmes telles que les canaux et les cours d’eau naturels dans les hautes terres ainsi que les zones côtières. L’autre avantage de ce “cerf-volant sous marin” mis au point par SeaQurrent réside dans le fait qu’il peut être installé près du rivage, diminuant ainsi la longueur des câbles nécessaires pour transporter l’électricité produite vers sa destination. On soulignera aussi le fait que cette hydrolienne peut être installée sans avoir à recourir à un navire spécialisé. Idem pour les opérations de maintenance.

“Le TidalKite est un dispositif rigide, à flottabilité neutre et hydrodynamique, composé d’un cadre avec plusieurs ailes placées en tandem. Les ailes du cerf-volant capturent le flow de l’eau, accélérant le cerf-volant dans l’eau. Le cerf-volant crée une énorme force de portance qui est transférée via l’attache à la prise de force. La prise de force comprend un cylindre hydraulique et une combinaison hydro-moteur-générateur. Le cylindre hydraulique est extrait par la force de traction du cerf-volant et le liquide sous pression est détendu sur la combinaison moteur hydraulique-générateur, qui produit de l’électricité propre. L’électricité est transportée vers le réseau par un câble d’exportation sous-marin.” SeaQurrent

Une énergie pour plusieurs centaines de ménages

Comme nous l’avons toujours souligné, l’énergie marémotrice se distingue des autres formes d’énergie renouvelable telles que l’éolien et le photovoltaïque par le fait qu’elle est totalement prévisible grâce aux marées, dont l’intensité varie en fonction de la position de la Lune par rapport à la Terre. Dans le cas du TidalKite, les ingénieurs ont également veillé à ce que cette hydrolienne capable d’alimenter jusqu’à 700 foyers en électricité verte ne dégrade pas le paysage.

À LIRE AUSSI :  "Le kWh le moins cher d’Afrique" une hydrolienne flottante conçue dans le Finistère installée sur le fleuve Congo

L’immerger complètement sous l’eau était pour cela la solution optimale. Enfin, sachez que les observations effectuées sur le site d’essai dans la mer des Wadden, par l’université de Groningue et des écologistes, n’ont révélé aucun impact négatif sur la vie marine. À noter que SeaQurrent prévoit une commercialisation à grande échelle de sa turbine.

Source
nweurope.eu

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page