Innovation

Cette hydrolienne “biomimétique” produit de l’électricité en imitant le mouvement des poissons

La jeune entreprise française Eel Energy a développé une hydrolienne inspirée du mouvement des poissons. Le dispositif produit de l’électricité grâce à une membrane ondulante qui se déclenche sous l’effet des courants marins.

C’est une invention qui pourrait nous aider à améliorer l’efficacité de nos infrastructures de production d’énergie. Basée à Paris, la start-up Eel Energy travaille sur un projet qui s’annonce à la fois prometteur et fascinant. Elle a effectivement mis au point une technologie totalement nouvelle pour produire de l’électricité. Ce qui est d’autant plus intéressant, c’est le fait que celle-ci peut fonctionner aussi bien en mer que dans une simple rivière. Le principal atout de cette hydrolienne réside dans le fait que son fonctionnement est inspiré par la nature. La façon dont elle ondule lui confère l’apparence d’une créature sous-marine. Qui plus est, le dispositif n’entraine aucune nuisance sonore pour les animaux aquatiques, et encore moins une pollution atmosphérique ou marine.

Plus efficace que les hydroliennes traditionnelles

Comme vous l’aurez sans aucun doute deviné, l’hydrolienne d’Eel Energy est équipée d’une membrane qui ondule sous l’effet de la pression de l’eau. Grâce à un réseau de câbles électriques et de capteurs, le mouvement est transformé en électricité. Selon les explications d’un responsable de l’entreprise, leur technologie promet plus d’efficacité par rapport aux hydroliennes traditionnelles à turbine. La raison en est que, tout comme le rendement des panneaux photovoltaïques qui dépend fortement de l’intensité du rayonnement solaire, celui des turbines hydrauliques classiques est tributaire du débit de l’eau. Or, ce n’est pas du tout le cas avec la nouvelle technologie bio-inspirée.

des tests de l'hydrolienne
Crédit photo : EEL Energy

La membrane EEL Energy optimise le transfert d’énergie par couplage fluide/structure. Cela induit une ondulation de la membrane. ELL Energy

Pouvant fonctionner même dans un courant aquatique à faible débit

D’après Franck Sylvain, fondateur de la start-up, la membrane s’active dès lors que le courant marin atteint 1 m/s. Le fonctionnement optimal est obtenu à partir de 2,5 m/s. À titre de comparaison, une hydrolienne classique nécessite au moins un débit de 4 à 5 m/s pour produire de l’électricité. Compte tenu de cette capacité à fonctionner avec un courant de faible intensité, la membrane d’Eel Energy pourra être installée dans divers environnements aquatiques, d’autant qu’elle ne représenterait aucune menace pour la faune et la flore de ces milieux. Les zones d’implantation potentielles seraient ainsi largement supérieures à celles des hydroliennes à turbine.

La membrane ondule sous la pression du fluide en mouvement. On transforme ces déformations périodiques de la structure en électricité via un système électromécanique. ELL Energy

Les avantages de cette technologie

Des essais prometteurs

Avec sa technologie d’hydrolienne bio-inspirée, Eel Energy espère à terme pouvoir procurer de l’électricité à une agglomération de plus d’un million d’habitants. Il faut savoir que les membranes doivent être accouplées à un générateur pour que l’énergie électrique soit produite. Des essais ont été déjà menés; l’un d’entre eux, qui s’est déroulé dans le bassin expérimental de l’Ifremer à Boulogne-sur-Mer en 2019, a permis d’atteindre une puissance de 1 kW. Quelques mois plus tard, au même endroit, un record de 4 kW a été établi. Bien entendu, la firme continue à viser encore plus loin… Plus d’infos : eel-energy.fr

une hydrolienne biomimétique
Crédit photo : EEL Energy

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page