Innovation

Le développement d’une pale d’hydrolienne « monolithique » plus légère, plus résistante et moins coûteuse

Cette nouvelle conception de pales de turbine marémotrice permet d’utiliser moins de matériaux, selon ces chercheurs écossais. Ce qui entraîne une réduction de leur poids, de leur volume et, surtout, de leurs coûts de production. Cette avancée pourrait révolutionner l’industrie de l’énergie marine.

Dans le cadre de la transition énergétique mondiale, les ingénieurs cherchent tous les moyens possibles pour puiser l’énergie présente dans des ressources renouvelables et sans carbone (lumière du soleil, vent, courants d’eau…). L’énergie produite par les mouvements de la marée figure notamment parmi les plus prévisibles et les plus constantes. Cependant, elle reste encore peu exploitée. Jusqu’à présent, les entreprises qui se lancent dans la production d’énergie marémotrice sont peu nombreuses, car ce type d’activité nécessite un investissement colossal. Les coûts de fabrication, d’installation et d’entretien des hydroliennes sont particulièrement élevés. Mais aujourd’hui, avec le succès des travaux de développement de pales de turbine innovantes et moins coûteuses à l’Université d’Édimbourg, en Écosse, la donne pourrait complètement changer. Découverte.

Une hydrolienne marémotrice à faible coût

Ce travail a été effectué par un groupe d’ingénieurs de l’Université d’Édimbourg, en collaboration avec l’entreprise Tocardo Turbines, afin de fournir des pales d’hydrolienne à moindre coût à la société QED Naval. Il s’inscrit dans le cadre du projet « European Tidal Stream Industry Energiser ». Ainsi, l’équipe a réalisé les conceptions et les tests à FastBlade, un site d’essais rapides pour les aubes d’hydroliennes, situé à Rosyth, dans le comté de Fife. Elle a pu fabriquer des lames de turbine plus abordables, tout en maintenant une grande efficacité.

Une gigantesque turbine hydraulique aux États-Unis.
Une gigantesque turbine hydraulique aux États-Unis. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

D’après Eddie McCarthy, chercheur à l’école d’ingénierie de l’Université d’Édimbourg, cette avancée contribuera à réduire le coût actualisé de l’énergie (LCOE) d’une technologie marémotrice. L’objectif est, d’ailleurs, d’atteindre à long terme un LCOE similaire à celui de l’énergie éolienne offshore. Il est à noter qu’aujourd’hui, le prix contractuel pour l’énergie marémotrice au Royaume-Uni est d’environ 178 £ par mégawattheure, contre 65 £ pour l’éolienne offshore. Par conséquent, cette grande différence de coût constitue un frein majeur à la croissance du secteur de l’énergie marémotrice.

Une structure monolithique nécessitant moins de matériaux

Ce projet a été assuré par une équipe de treize chercheurs et étudiants, selon le docteur Eddie McCarthy. Il a permis à ces personnes de développer et de partager des compétences uniques dans le domaine de la conception de pales marémotrices. Les résultats obtenus seront certainement un grand pas vers un avenir énergétique propre et durable au niveau mondial. En effet, cette équipe a utilisé pour la première fois un nouveau type de structure dans la construction de lames de turbine, permettant de réduire les matériaux nécessaires. Ainsi, les pales de nouvelle génération sont plus légères, moins volumineuses et plus accessibles en termes de coût. Grâce à leur structure monolithique, il n’est pas nécessaire d’utiliser des joints adhésifs, renforçant ainsi leur résistance aux conditions de courants puissants.

Lors de l’étude, ces ingénieurs ont démontré leurs outils de conception et leurs processus. Ils ont essayé leur nouvelle méthode de construction sur un modèle de pale plus petit (T1) avec un rotor de 6,3 m de diamètre. Par la suite, ils ont prévu de l’appliquer à leurs pales T3 avec un rotor de 14 m. Ils ont ainsi réussi à fabriquer cinq lames de turbine, dont quatre ont été installées sur la plateforme marémotrice Subhub de QED Naval. Celles-ci sont actuellement à l’étape d’essai en mer, dans un site situé près du port de Langstone, sur la côte sud de l’Angleterre. La cinquième lame se trouve à FastBlade et l’équipe espère recevoir un nouveau financement pour pouvoir le tester prochainement. Plus d’informations : The University of Edinburgh. Que pensez-vous de cette innovation ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
edininnovationsinceptivemind

Tsiory Laurence

Titulaire de Licence en communication et en langue française, j’exerce le métier de rédactrice francophone web depuis une dizaine d’années. Avant de rejoindre l’équipe de rédaction de Neozone, j’ai collaboré avec quelques agences de communication web locales, ce qui m’a permis de consolider mon expérience et mes connaissances en matière de création de contenus web. J’accorde une grande attention à chaque article que j’écris afin de vous fournir des informations, des solutions, des conseils ou des idées pour nous faire avancer. Je suis capable de traiter divers thèmes, mais je préfère surtout les sujets autour de l’innovation, de la technologie, du voyage, de l’immobilier et des actualités en général. À travers les articles que je rédige pour Neozone, j’espère vous faire connaître des inventions et des produits utiles au quotidien, ainsi que des inventeurs et des entreprises novatrices en France, en Europe et dans le monde entier. « La vie est une grande école où à chaque instant l’Homme s’enrichit et tire une leçon de ses propres expériences ». Cette citation de Maude Anssens m’inspire dans tout ce que j’entreprends au quotidien. J’aime aussi suivre les actualités politiques et économiques internationales. Je pense que donner le meilleur de soi et s’adapter aux évolutions du monde autant que possible sont des valeurs importantes qui peuvent nous aider à progresser et à rester toujours efficace. Je suis sur Linkedin si vous voulez me faire passer un message.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page