L’hydrolienne made in France Sabella établit de nouveaux records de production grâce aux grandes marées

L’entreprise française Sabella affirme avoir enregistré des performances sans précédent avec son hydrolienne installée au large de l’île d’Ouessant.

Pour contrer les effets du changement climatique, le monde doit rompre avec sa dépendance aux combustibles fossiles. L’utilisation de ces derniers entraîne effectivement une pollution de l’air, du sol et de l’eau. À cela s’ajoute une production de gaz à effet de serre supérieure à ce que l’atmosphère peut gérer, sans parler des conflits politiques et armés qui en découlent. Depuis quelques années, l’indépendance énergétique est devenue un sujet de discussion de premier plan aussi bien au niveau national qu’international. C’est justement pour toutes ces raisons que la start-up quimpéroise Sabella développe des hydroliennes pour convertir les courants marins et océaniques en électricité.

Des hydroliennes pour alimenter en électricité les zones côtières

Ayant été fondée en 2008, Sabella a pour ambition de concevoir des systèmes de production d’énergie propre et renouvelable destinés aux zones côtières et à la production d’hydrogène vert. Son installation pilote alimente actuellement en électricité l’île d’Ouessant où elle contribue au mix énergétique de cette localité située à l’ouest de la partie continentale de la Bretagne. Auparavant, l’île dépendait de groupes électrogènes fonctionnant au gazole pour assurer son approvisionnement en électricité. Néanmoins, il s’avère que la solution déployée par la jeune entreprise basée à Quimper commence à faire ses preuves.

« Avec les grandes marées du weekend dernier, les vitesses d'eau étaient telles que notre hydrolienne D10 a battu tous les records depuis sa mise en service », explique l'entreprise sur Linkedin.
« Avec les grandes marées du week-end dernier, les vitesses d’eau étaient telles que notre hydrolienne D10 a battu tous les records depuis sa mise en service », explique l’entreprise sur Linkedin. Crédit photo : sabella.bzh

Un prototype ultra-efficace

Pour l’anecdote, le prototype de turbine hydrolienne de 1 MW, baptisé D10, avait été déployé pour la première fois sur place, en 2015, avant d’être remonté à la surface en 2020, pour subir des modifications dans les ateliers de Sabella. Elle a ensuite été replacée sur son site d’origine, dans le passage de Fromveur à plus de 50 m de profondeur, en juin 2022. Il s’avère que les travaux d’amélioration de la conception et des performances de la turbine ont porté leurs fruits. Selon les données mises en ligne par l’entreprise, du 28 septembre au 2 octobre 2023, grâce à des coefficients oscillant entre 100 et 111, l’hydrolienne D10 a établi de nouveaux records de production.

Les projets d’hydroliennes se multiplient dans l’Hexagone

Concrètement, au cours de cette période, l’installation a contribué à hauteur de 25 % du mix électrique local, avec un pic à 50 %. Cet exploit a été établi alors que les projets de conception d’hydroliennes de nouvelle génération se multiplient en France et ailleurs dans le monde. Récemment encore, nous avons appris que l’entreprise française EEL Energy cherchait des bailleurs de fonds pour financer le développement et le déploiement de sa technologie de générateur hydroélectrique révolutionnaire à conception biomimétique.

La manœuvre d'immersion de l'Hydrolienne Sabella.
La manœuvre d’immersion de l’Hydrolienne Sabella. Crédit photo : sabella.bzh

Par ailleurs, sachez que le site de Paimpol-Bréhat, dans le département des Côtes-d’Armor, est devenu un emplacement privilégié pour les tests d’hydroliennes. Plus d’infos : sabella.bzh. Que pensez-vous de cette innovation ? N’hésitez pas à partager votre avis, vos remarques ou nous signaler une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
revolution-energetique.com

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page