L’invention des haies solaires verticales pourrait réduire les coupures et pénuries d’électricité affirme cette étude

Lors des pics de consommation, la France consomme plus d'énergie qu'elle n'en produit... Les haies verticales solaires pourraient permettre de produire l'énergie manquante sans passer par les "supers" centrales thermiques !

Chaque jour, dans le monde entier, les réseaux électriques connaissent ce que l’on appelle des pics de consommation. Selon EDF, en France, ces pics de consommation se produisent chaque soir de la semaine entre 18h et 22h, quand les gens rentrent chez eux. Ils sont évidemment plus prononcés en hiver qu’en été… Ces fameux pics de consommation obligent donc les fournisseurs d’électricité à produire plus sur ces laps de temps, pour pouvoir assurer un apport suffisant à tous les foyers. EDF explique que des moyens de production sont alors activés en complémentarité des centrales nucléaires. Ce peut-être par exemple le cas des centrales thermiques ou photovoltaïques. Dans certaines régions, comme la Bretagne ou la région PACA, les solutions de complémentarité manquent et des coupures ponctuelles pourraient survenir dès l’hiver prochain. Une solution déjà utilisée en agriculture pourrait alors apporter une réponse à l’équilibre du réseau : les haies solaires verticales. On vous explique tout !

Les haies solaires verticales c’est quoi ?

Dans le monde agricole, les haies solaires verticales sont des panneaux bifaciaux installés à la verticale, limitant ainsi l’empreinte au sol. Grâce à un système d’ancrage simple et réversible, les haies produisent de l’énergie tout en garantissant le passage des engins agricoles et éventuellement des troupeaux de bêtes. Du fait de leur faible empreinte au sol et de leur facilité d’installation, ces haies pourraient s’imposer comme solution pour produire l’énergie supplémentaire en cas de pics de consommation et permettre la stabilisation du réseau électrique.

Les haies solaires de Next2Sun
Les haies solaires de Next2Sun. Crédit photo : Next2Sun GmbH

Pourquoi doit-on absolument apprendre à maîtriser ces pics de consommation ?

RTE, gestionnaire du réseau de transports estime que lors de pics de consommation comme en avril dernier, les Français avaient besoin de 73 000 MW aux alentours de 9 heures. Or, “la production d’électricité devrait être de 65 000 MW”; la France devait donc importer les 8000 MW manquants ou trouver une alternative pour les produire, tout en évitant d’avoir recours à des solutions polluantes… Aujourd’hui, la production manquante est fournie par des centrales électriques de pointe équipées de turbines à gaz ou de centrales hydro-électriques, quand elles sont disponibles. Les centrales photovoltaïques peuvent aussi fournir ces mégawatts manquants, mais elles sont généralement plus productives en été et ne règlent donc pas le problème des besoins en temps réel, qui sont évidemment plus importants en hiver.

À LIRE AUSSI :  Bing Klima invente un kit de toit combinant l'énergie solaire, la culture hydroponique et le stockage de l'eau

Pourquoi les panneaux solaires verticaux auraient alors un rôle à jouer ?

Des scientifiques de l’université des sciences appliquées de Leipzig se penchent sur l’intérêt de développer des installations photovoltaïques verticales pour produire l’énergie nécessaire lors des pics de consommation. Les panneaux étant bifaces, ils pourraient permettre de capturer les rayonnements solaires directs ou indirects. Pour mener à bien leur étude, les chercheurs ont utilisé un modèle développé à l’université d’Aalborg, qui simule le fonctionnement du système énergétique d’un pays en faisant varier différents paramètres.

“L’idée clé derrière le concept d’investissement de Next2Sun est le placement vertical de modules solaires spéciaux, qui peuvent utiliser le rayonnement solaire des deux côtés. Les modules bifaciaux sont orientés vers l’est et l’ouest. Cela signifie que l’électricité est produite principalement le matin et le soir. Les zones situées entre les rangées de modules Agri-PV peuvent être utilisées comme d’habitude à des fins agricoles. Les bandes fleuries qui en résultent continuent à offrir de l’espace, notamment pour le monde des insectes et de nombreuses espèces d’oiseaux en voie de disparition.” Next2sun.de

Ils ont également examiné deux scénarios différents: l’un avec stockage d’énergie en masse, et l’autre sans stockage. Enfin, ils se projettent à l’horizon 2030, en tenant compte de la croissance de la demande de 1 200 TWh par an. « En incluant des installations de stockage d’une capacité totale de 1 TW / 1 TWh dans ses modèles, et en supposant que 70% des installations solaires sont constituées de panneaux verticaux, les émissions de CO2 des centrales électriques allemandes pourraient monter à 2,1 t/an », ont déclaré les chercheurs. Les haies photovoltaïques nous permettront donc peut-être à l’avenir d’éviter les coupures d’électricité qui nous pendent au nez !

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Revolution-energetique.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

Un commentaire

  1. Les voitures les trains les velots ect vous que quelques panneaux solaires vont changer la donne non ,on rêve trop chez les chercheurs .Mettre sur les toits agricoles les maisons dont la lumière est captée il y a a faire vous croyez pas seulement ce mettre au boulot ,au lieu de se pleindre chaque jour .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page