Innovation

Polyter : l’invention d’un granulé innovant qui fait pousser les arbres plus vite avec moins d’eau

Il y a 25 ans, un gersois invente le Polyter, un granulé qui, au contact de l'eau, se transforme en superaliment pour les arbres...

Philippe Ouaki Di Giorno est un agronome, passionné du végétal, et de l’arbre depuis son enfance. À six ans déjà, le fait de devoir attendre des années pour voir un arbuste grandir l’interroge. Plus tard, il décidera de consacrer sa vie à étudier les arbres, de la cime jusqu’aux racines. À force de recherches, l’homme originaire du Gers trouve une solution appelée Polyter, et son invention est révolutionnaire. Polyter est une espèce de « granulé magique », qui sert de réservoir d’eau et de garde-manger à la plante. Une solution qui, avec le réchauffement climatique qui se fait déjà sentir, pourrait vraiment révolutionner les forêts. Découverte !

Quels sont les fondements de son invention ?

Les travaux de Philippe Ouaki Di Giorno portent sur ce que l’on appelle le Potentiel Génétique Latent et prouve que tout être vivant sur Terre, possède ce potentiel… Ainsi, pour lui, la capacité à se révéler dépend de son mode alimentaire et environnemental. Il explique dans une interview accordée à PresseLib : « Je suis dans son optimisation, de façon à permettre au végétal de pousser plus rapidement, même avec une très faible quantité d’eau, tout en le sublimant, sans qu’il s’agisse de dopage. »

Un hydro-fertilisant capable de restituer à la plante l’eau et les fertilisants dont elle a besoin.
Un hydro-fertilisant capable de restituer à la plante l’eau et les fertilisants dont elle a besoin. Crédit photo : Polyter

Polyter qu’est-ce que c’est ?

La solution de Philippe Ouaki Di Giorno se traduit par de petits granulés qui se composent d’une solution concentrée, secrète, biodégradable en moins de cinq ans… Les granulés viennent alors fusionner avec la masse racinaire et multiplient sa croissance par cinq. La solution consiste en des hydro-rétenteurs, des fertilisants et activateurs de croissance et l’agronome a déjà largement testé sa solution. Depuis 2012, l’homme affirme avoir reforesté une partie de la Nouvelle-Calédonie, dans des zones jugées inaptes à recevoir des végétaux. Il a aussi planté des arbres endémiques, un peu partout dans le monde : au Sénégal, sur la Grande Muraille, pour 1 million d’arbres, ou en Israël, où il a replanté du safran, considéré aujourd’hui comme l’une des plus puissantes plantations.

Polyter® permet d’économiser au minimum de 50 à 80% de la consommation d’eau, augmenter les surfaces cultivées en diminuant les apports en eau tout en réduisant la consommation des fertilisants de 30 à 50 %. Augmenter les surfaces cultivées en diminuant les apports en eau, accélérer les cycles culturaux de 1 , 5 à 3 fois et optimiser le rendement, la qualité et la tenue des productions. La reprise des jeunes arbres avoisine les 100% et ceux sous tous types de sols et de climats, en permettant aux arbres d’avoir un développement au niveau de la masse foliaire et de la production, plus rapidement qu’un arbre sans Polyter®.Polyter

Comment ça marche ?

Bien sûr, nous ne connaîtrons pas le secret de fabrication du Polyter, qui se présente comme le seul hydro-fertilisant capable de restituer à la plante l’eau et les fertilisants dont elle a besoin. Les agriculteurs ou sylviculteurs qui l’utilisent, expliquent que le granulé se gonfle au contact de l’eau pour se transformer en gélatine contenant tous les éléments de nutrition. Ils permettent d’abord un meilleur ancrage des racines au sol, mais également une meilleure résistance au stress hydrique. Un demi-litre d’eau sur les Polyter correspond à 2.5 litres d’eau en arrosage classique… Les granulés apportent donc l’eau en fonction des besoins de la plante, tout en les nourrissant par la racine.

Un succès tardif…

Quand Philippe Ouaki Di Giorno a inventé le Polyter 25 ans auparavant, il souhaitait simplement améliorer la vie des peuples qui dépendent des cultures. Leur apporter plus rapidement de quoi se nourrir, exploiter, et s’assurer un revenu. Aujourd’hui, le Polyter devient un enjeu agricole primordial ! Les prix des engrais ont flambé, et des pays entiers s’intéressent à cette invention. Ne désirant pas encourager l’agriculture intensive, mais juste “fédérer des gens autour d’une agriculture raisonnable, raisonnée, et pérenne, et de garantir la sécurité alimentaire dans le monde”, il n’a pas souhaité breveter son invention… Une belle preuve d’humanisme, non ? Plus d’informations ? Rendez-vous sur le site Polyter.

Source
Presselib.comPolyter.com

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

3 commentaires

  1. Bonjour,

    ” il n’a pas souhaité breveter son invention… Une belle preuve d’humanisme, non ?”
    Bienvenue dans le monde des bisounours, vous êtes fooooOOOrmidable 🙂

    Juste pour information complémentaire, l’inventeur n’a pas déposé de brevet pour garder le secret de fabrication 😉
    mais un brevet à bien été posé en 2015, il n’est donc plus le seul à avoir cette technologie et surtout n’en est plus le dépositaire, il n’a seulement que le droit de l’utiliser 🙂

    https://patentimages.storage.googleapis.com/2f/94/12/a4356f9e0f3b4d/WO2015114273A1.pdf

    Enfin les prix pratiqués par ce monsieur sont chers, vous trouverez des concurrents nettement moins chers en vous renseignant un tant soit peu sur internet et possédants des résultats équivalent. Avec la même technologie ou bien une approche différente mais donnant les mêmes resultats 🙂

  2. Encore une publication incomplète sur ce produit et sur son “inventeur” qui est un enfumeur professionnel. Tout d’abord ce produit contient de l’acrylamide qui est un produit toxique avéré…produit qui empêche ledit produit d’être autorisé pour les cultures alimentaires…donc vous ne devez pas (c’est l’ANSES qui le dit) utiliser ce produit pour votre jardin !
    Donc quand l’inventeur prétend sauver le monde, il sait très bien que c’est un mensonge sauf si cela ne le dérange pas de polluer le sol et de risquer de faire manger de l’acrylamide aux peuples sauvés de la famine mais pas de l’empoisonnement….c’est un produit comme Davos les aime : un Mensonge dangereux…
    On dirait un article sur un médicament écrit par le laboratoire qui le produit…belle communication mais fausse.
    D’autres solutions non polluantes existent mais de grâce, écartez vous du mensonge et de l’enfumage Polyter…

  3. Cet article est incomplet et participe à mettre en avant un produit qui ne mérite pas d’être encensé. Tout d’abord l’article ne mentionne pas un élément dérangeant dans la composition du produit : l’acrylamide, ingrédient qui interdit l’utilisation de ce produit pour les cultures alimentaires (voir homologation ANSES) Donc, ce produit n’est pas autorisé pour votre jardin (fruits et légumes).
    Ceci explique également le fait que cet inventeur n’ait pas “perçé” dans ce monde qui ne comprend pas qu’il est le sauveur des affamés et qu’il dispose de LA solution pour lutter contre le manque d’eau. En fait comme il a été mentionné dans une autre commentaire, il y a un brevet qui n’appartient pas à l’inventeur mentionné ! Il y a d’autres produits sur le marché mais non toxiques comme celui présenté.
    Une telle découverte doit être validée et vérifiée sous toutes les coutures avant de présenter un espoir qui fait PLOUF !
    Et les prix de vente au public sont indécents pour quelqu’un qui veut rendre son invention disponible auprès du plus grand nombre ! N’oubliez pas que les personnes qui ont le plus besoin de ce type de produit ont un pouvoir d’achat très faible donc ces personnes n’ont pas les moyens de se payer ce produit !
    Si ce n’est pas de l’enfumage, ça lui ressemble.
    Et si la vérité autour de ce produit arrive à percer, on parlera certainement d’imposture.
    Désolé mais ce produit ne mérite pas un tel article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page