Innovation

Projet NuScale : le premier petit réacteur nucléaire modulaire (de 50 à 77 mégawatts) approuvé par la NRC

La Commission américaine de réglementation du nucléaire (NRC) vient d’approuver la conception du tout premier réacteur modulaire du pays. Conçu par l’entreprise NuScale, le PRM devrait pouvoir produire de l’électricité dès 2029.

Le premier petit réacteur nucléaire modulaire (PRM) américain a été approuvé pour certification par le régulateur fédéral du nucléaire des États-Unis. Au cas où vous ne le sauriez pas encore, le PRM de NuScale a déjà obtenu la certification de son design en août 2020. Selon un communiqué diffusé le 29 juillet dernier, la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis (NRC) a demandé au personnel de publier la règle finale qui certifie la conception du petit réacteur modulaire pour une utilisation sur le sol américain.

Moins de contraintes

Dans ce projet, NuScale vise une production d’énergie neutre en carbone tout en cherchant à éviter les contraintes liées à la construction et à la gestion des grandes centrales nucléaires. Le PRM devrait entrer en service en 2029. À noter que d’autres autorisations devront être délivrées par le régulateur américain avant cette date. Ce sera dans l’Idaho, sur un site appartenant au Department of Energy (DoE), que sera mis en œuvre le projet Carbon Free Power de NuScale. Pour sa réalisation, l’entreprise a signé un partenariat avec plusieurs fournisseurs d’électricité de l’Utah.

La conception du premier petit réacteur modulaire (SMR)
La conception du premier petit réacteur modulaire (SMR). Crédit photo : NuScaleName

12 PRM sur un seul site

Le projet rassemblera 12 PRM capables de produire entre 50 mégawatts et 77 mégawatts chacun. Chaque unité sera immergée dans un réservoir d’eau aménagé dans le sous-sol du site. Cette partie de l’installation sera fortement protégée par une pièce de confinement, de manière à éviter les émanations radioactives en cas de catastrophe. Le coût de construction de l’ensemble devrait avoisiner les 3 milliards de dollars. Les PRM fonctionnent à peu près de la même façon que les réacteurs nucléaires à sels fondus. La technique est connue pour augmenter l’efficacité des réacteurs sans qu’il soit nécessaire d’utiliser un combustible solide.

À LIRE AUSSI :  Fusion nucléaire : un "pas de géant" et une "avancée historique" réalisés par un laboratoire américain

Un concept qui séduit aussi les dirigeants français

D’après NuScale, le concept pourrait constituer une aubaine pour les réseaux électriques alimentés par des sources d’énergie renouvelable. D’ailleurs, sa capacité de production de masse fera de chaque centrale une alternative avantageuse aux installations à combustibles fossiles. Le faible impact environnemental — du moins par rapport aux centrales nucléaires classiques — ainsi que les mesures de sécurité adoptées permettront également de la rapprocher de l’endroit où l’énergie sera consommée.

4 à 12 petits réacteurs modulaires nucléaires assemblés.
4 à 12 petits réacteurs modulaires nucléaires assemblés. Crédit photo : NuScaleName

Le coût de transport de l’électricité et les pertes seront alors réduits. Plus intéressant encore, d’après le document de conception, chaque réacteur pourra être fabriqué en usine et séparé en trois pièces pour faciliter le transport et la mise en place sur le site d’accueil. Comparée à la technique d’assemblage traditionnelle, cette approche serait plus économique et plus pratique. Il offre une option prometteuse pour une commercialisation à l’international. D’ailleurs, l’idée a particulièrement séduit le président français, Emmanuel Macron, qui envisage de faire figurer les PRM dans le plan France 2030. Plus d’infos : US Nuclear Regulatory Commission

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page