Innovation

Une femme décédée prend la parole à ses propres funérailles en utilisant un service d’intelligence artificielle

StoryLife, une start-up américaine, a inventé le moyen d’interagir avec une personne décédée grâce à un clone numérique. Les discussions instaurées sont obtenues grâce à des enregistrements vidéo traités qui donnent l'illusion de conversations holographiques en temps réel.

Grâce à un outil d’intelligence artificielle — StoryFile — créé par le Dr Stephen Smith, co-fondateur de StoryLife, communiquer avec une personne décédée est désormais possible. Il ne s’agit pas d’une séance de spiritisme ni d’invocation d’esprit, mais tout simplement d’une interaction avec le clone d’une personne disparue. Décédée en juin dernier, Marina Smith, mère du Dr Smith lui-même, avait enregistré avant sa mort des heures de vidéo d’informations personnelles sur sa vie, dont certaines étaient inconnues de son entourage. Les enregistrements ont ensuite été traités par StoryFile puis intégrés dans les bases de données d’une IA capable de répondre à différentes questions. Ainsi, les personnes présentes durant la cérémonie funèbre ont pu expérimenter une discussion en direct avec Mme Smith, ou plus précisément avec son hologramme…

Une invention surréaliste qui fournit des réponses réelles

StoryFile est une plateforme qui permet une interaction vidéo avec un individu déjà mort. Elle s’appuie sur une technologie baptisée Conversa. Cette dernière combine des fonctionnalités vidéo et volumétriques innovantes avec un système d’intelligence artificielle conversationnelle. Grâce à des séquences vidéo préalablement enregistrées, StoryFile est capable d’analyser, repérer et associer les informations en fonction des questions posées. Elle donne alors l’impression d’une conversation soutenue en temps réel avec la personne décédée.

Plateau vidéo de Storyfile
Plateau vidéo de Storyfile. Crédit photo : StoryFile (Capture d’écran Facebook)

Des centaines de questions

Pour arriver à créer l’hologramme de la personne en question, des prises de vues préalables réalisées avec une vingtaine de caméras sont nécessaires. Le sujet devra également répondre de son vivant à des centaines de questions, avec des réponses d’environ deux minutes chacune. Par la suite, des experts analysent ces réponses, traitent les images et classent les vidéos. Le produit fini est alors téléchargé sur la plateforme StoryFile, là où il est possible d’interagir avec le clone et avoir une expérience virtuelle très similaire à une discussion réelle.

À LIRE AUSSI :  Dans cette entreprise, les salariés peuvent bénéficier d'un jour de congé à la mort de leur animal de compagnie

Disponible aux États-Unis et au Royaume-Uni

StoryFile utilise donc les véritables affirmations du défunt pour répondre aux questions. Dans le cas où il ne trouve pas de réponse correspondante, le système encourage l’auditoire à passer à une autre question. L’outil est proposé aux États-Unis depuis début 2021. Et il est disponible au Royaume-Uni depuis peu. Bien qu’il soit possible de développer davantage la technologie, Mr Smith a déclaré qu’il ne s’attendait pas à ce qu’elle permette de produire des clones numériques complets, car les gens seraient « trop compliqués ». Ainsi, il estime que l’utiliser dans son état actuel constitue déjà une solution pour créer des souvenirs durables des personnes qui nous sont chères. Pour les intéressés, il faudra débourser 39,99 ₤, soit à peu près 47 €, pour acheter un package StoryFile.

Source
nypost.com

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page