Innovation

Vélo électrique : Schaeffler dévoile nouveau système d’entraînement qui pourrait tout changer

L'équipementier Schaeffler présente un nouveau système d'entraînement, le Free Drive. Ce système permettrait de ne plus recharger son vélo électrique et de garder une force de pédalage constante quel que ce soit le terrain emprunté.

Les vélos électriques, on le sait, ne cessent de gagner des parts de marché depuis quelques années; il faut dire que les municipalités, et l’Etat mettent tout en œuvre pour séduire les futurs acheteurs.

Ce secteur florissant est l’objet de toutes les convoitises de cerains inventeurs, dont l’équipementier Schaeffler, qui vient de présenter le système d’entraînement FreeDrive lors de l’Eurobike 2021. Celui-ci s’adapte sur les vélos électriques, mais également sur les véhicules à assistance à 3 ou 4 roues. Présentation.

Le scénario actuel

Aujourd’hui, les vélos électriques sont composés d’un système d’entraînement classique à courroie ou à chaîne: ce système permet, sur un terrain plat, de fournir moins d’effort pour pédaler. Mais, dans les côtes, ce n’est plus la même histoire: électrique ou pas, il faut forcer sur les mollets pour avancer ! Grâce à la solution Free Drive, proposée par Schaeffler, en collaboration avec Heinzmann, cela pourrait bien disparaître grâce à une étonnante stabilité de résistance au pédalage.

le système d’entraînement FreeDrive
Le système d’entraînement FreeDrive. Crédit photo : Schaeffler Technologies AG & Co. KG

Free Drive, comment ça marche ?

Le Free Drive emploie la technologie Bike-by-Wire, un système d’entraînement du vélo avec un câble électrique. Ainsi, il n’existe plus ni chaîne ni courroie à entraîner pour avancer. C’est un générateur, qui, situé au niveau du pédalier, va produire l’électricité nécessaire à l’alimentation du moteur, via le moyeu de l’une des roues. Quant au « trop-plein » d’électricité, il viendra recharger la batterie.

À LIRE AUSSI :  Un ingénieur chinois invente le vélo autonome qui tient en équilibre tout seul !

Si, en revanche, il n’y a pas assez de stock pour couvrir les besoins électriques, alors ce sera le Free Drive qui comblera le manque. Les composants communiquent via un système de connexion appelé CAN, le même qui existe déjà dans toutes les voitures thermiques ou électriques d’ailleurs.

Le moteur d’entraînement FreeDrive
Le moteur d’entraînement FreeDrive. Crédit photo : Schaeffler Technologies AG & Co. KG

Les détails du système

Le Free Drive peut fonctionner de plusieurs manières, sur le même vélo:

Soit le cycliste décide qu’il sera le seul à fournir la résistance au pédalage et l’alimentation électrique reste stable. Cependant, si ce choix est fait, il se peut que l’alimentation électrique soit insuffisante dans une côte par exemple, et le moteur s’arrêterait.

Soit le cycliste choisit de laisser le système gérer et donc de calculer en temps réel le besoin de régénération du système; l’effort de pédalage sera donc différent sur certaines périodes, mais assurera une régularité sur toute la distance.

Les avantages du Free Drive

En plus d’apporter un effort régulier au cycliste, le Free Drive possède plusieurs avantages non négligeables:

  • La batterie se recharge grâce au système, le branchement sur prise électrique n’est donc plus nécessaire.
  • Même en cas de mauvaise météo, il ne sera pas nécessaire de fournir plus d’effort pour le cycliste, ce qui n’est pas le cas actuellement. Un vent fort demande par exemple plus d’effort au cycliste, ce ne sera plus nécessaire avec le Free Drive.
À LIRE AUSSI :  BMW dévoile un puissant vélo électrique, filant à plus de 60 km/h !

Est-il conforme à la législation ?

La directive européenne 2002/24/CE du 18 mars 2002, définit un vélo à assistance électrique en tante que : « Cycle à pédalage assisté, équipé d’un moteur auxiliaire électrique d’une puissance nominale continue maximale de 0,25 kilowatt dont l’alimentation est réduite progressivement et finalement interrompue lorsque le véhicule atteint une vitesse de 25 km/h, ou plus tôt, si le cycliste arrête de pédaler ».

Un système d'entraînement révolutionnaire.
Un système d’entraînement révolutionnaire. Crédit photo : Schaeffler Technologies AG & Co. KG

Le système Free Drive peut tout à fait être programmé pour que ces données de 250 W et 25 km/h soient respectées; cependant ce moteur entraînerait le vélo, et non plus la force dégagée par nos muscles: l’assistance électrique ne pourrait donc pas être réduite progressivement.

Les engins équipés du Free Drive seraient alors considérés plus comme des scooters électriques que comme des vélos. En revanche, cette solution semble parfaitement adaptée aux vélos cargos.

Vidéo sur le même sujet

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page