Florensac. Hérault. 40 enfants d’un centre aéré, aidés par l’association Grandir et Vieillir Ensemble récupère et rénove des fauteuils roulants jetés pour les offrir à ceux qui ne peuvent pas se le payer !

Les petites initiatives, sont parfois le départ de grandes idées ! Et c’est le cas pour ces enfants de Florensac dans l’Hérault. Ils fréquentent tous le centre aéré de leur ville et se sont donné pour mission de fauteuils roulants, de les réparer eux-mêmes pour en faire bénéficier ceux qui en ont besoin : personnes âgées pour les promenades, ou personnes à mobilité réduite dans le besoin…

Les enfants de Florensac occupent donc leurs vacances scolaires d’une bien belle manière et cela mérite au moins un grand coup de chapeau ! On espère même que d’autres municipalités leur emboîteront le pas ! Le constat est sans appel ! Alors qu’un fauteuil roulant manuel des plus classiques coûte environ 700€, des milliers de fauteuils sont jetés chaque année dès qu’un petit boulon saute. Ils sont remboursés par la Sécurité Sociale donc pourquoi les restaurer ?

Certaines familles prennent soin de recycler un fauteuil en le donnant à une association quand d’autres le jette en déchetterie ou le laisse dépérir dans un coin du garage ou du grenier. Ce sont ces fauteuils roulants laissés à l’abandon ou jetés que les élèves de Florensac ont décidé de récupérer explique le site Francebleu. Grâce à l’association « Grandir et Vieillir Ensemble » créée par Cédric Rodriguez, un sapeur-pompier, quarante enfants du centre aéré parmi les plus âgés aident à l’entretien et à la réparation des fauteuils récupérés après avoir été sensibilisés au handicap.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Revolve Wheel, le pneu de vélos et fauteuils roulants pliable et increvable

Selon Cédric Rodriguez, la plupart des fauteuils roulants mis au rebut n’ont besoin que d’un léger entretien, d’un bon nettoyage et bien sûr d’une vérification technique. Ils sont ensuite remis gratuitement aux personnes qui n’ont pas les moyens de se l’acheter ou à ceux dont le handicap ne permet pas la prise en charge par la Sécurité Sociale.

Ils ont déjà réparé 400 fauteuils roulants, et récupèrent aussi des déambulateurs ou lits médicalisés, toujours dans l’optique de les offrir aux plus démunis. Une initiative fabuleuse qui allie trois principes essentiels : l’entraide, l’économie, et l’apprentissage… Quelle belle preuve d’investissement intergénérationnel !