Mobilité / Santé

Maladie d’Alzheimer : des tests sanguins pourraient anticiper l’apparition de la maladie…

Une équipe de chercheurs affirme avoir mis au point un test sanguin permettant de détecter la maladie d'Alzheimer environ 5 ans avant son apparition. La signature génétique des personnes atteintes seraient différentes de celle des patients non porteurs.

En 2020, la maladie d’Alzheimer touchera 1 275 000 personnes ! Cette maladie neuro-dégénérative atteint de plus en plus de personnes âgées ou jeunes d’ailleurs. Mais pour le moment elle n’est pas détectable en amont et il n’existe pas de traitement pour la soigner.

Tout au plus une thérapie cognitive et médicamenteuse qui permettent d’en ralentir les effets tels que perte de mémoire ou désorientation. Deux études (américaine et chinoise) estiment que la maladie d’Alzheimer pourrait être détectée par un dépistage sanguin en amont.  Un premier dépistage qui mettrait en avant le taux de protéine Tau plasmatique. Ce taux serait plus présent dans le sang des patients atteints.

À LIRE AUSSI :
Epilert, le bracelet connecté qui détecte en amont les crises d'épilepsie

Cette nouvelle méthode de dépistage corrobore une étude australienne de 2014 qui mettait en évidence cette différence de protéine Tau. Cette prise de sang devra probablement être confirmée par une IRM qui établira le diagnostic de la maladie d’Alzheimer.

En revanche, elle pourrait permettre aux personnes souffrant de troubles de mémoire de s’assurer qu’ils ne sont pas en début de maladie. Cela permettrait de diriger le patient vers un établissement spécialisé ou vers un médecin de ville. Aujourd’hui, seuls des tests de mémoire existent et ils doivent être confirmés par des imageries cérébrales invasives.

Pour réaliser cette étude, ce sont environ 800 patients qui ont été testés. Parmi eux, des malades d’Alzheimer et d’autres non malades. Le résultat semble convaincant puisque le taux de protéine Tau est trois fois plus élevé en cas de maladie d’Alzheimer.

Les médecins espèrent gagner 5 ans sur la maladie.

En détectant cette protéine Tau, les chercheurs estiment pouvoir anticiper le début de la maladie de 5 ans, et donc, mettre en place des thérapies cognitives. Ces thérapies permettant de faire reculer l’apparition des premiers symptômes et d’éviter une dégradation trop rapide des fonctions neuronales de la personne. Il faudra attendre environ 5 ans pour que ces tests soient disponibles. Mais c’est une superbe avancée dans la recherche sur cette maladie si destructrice.

Photo d’illustration De WathanyuSowong / Shutterstock

Tags

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer