L’OMS reconnaît l’addiction aux jeux-vidéos comme une maladie mentale !

L'addiction aux jeux-vidéos empoisonne la vie de milliers de gens, parents et conjoints... Quels sont les symptômes de cette addiction et comment les prévenir ? On vous explique tout !

Alors vous avez découvert la PS5 sous le sapin ? Ou vous la cherchez toujours ?  En attendant, vous avez passé vos soirées de vacances sur votre vieille PS4 ou votre PC à défaut de pouvoir tester les jeux sur la PS5 ? Et si vous étiez accro aux jeux vidéo ? L’addiction aux jeux-vidéo est un constat que de nombreux parents ou conjoints peuvent faire au vu de la consommation intensive d’un proche…

Une nouvelle version de la Classification internationale des maladies de l’OMS, inclut désormais cette l’addiction dans sa liste. Comme l’alcool, le tabac ou les drogues, les addictions aux jeux sont donc reconnues comme une maladie depuis le 1er janvier 2022 en Europe; cette dépendance devient par conséquent une maladie classée dans les affections mentales, comportementales et neuro-développementales. Explications.

Quels sont les symptômes de l’addiction aux jeux-vidéo ?

Selon l’OMS, l’addiction au jeux-vidéo se caractérise par différents critères :

  • Difficultés à contrôler sa passion du jeu,
  • Jouer reste une priorité sur les activités annexes (sortir, les tâches ménagères, le sport, l’hygiène),
  • Continuer à jouer malgré les effets néfastes sur la vie familiale, l’apprentissage ou la vie professionnelle.

Le trouble peut être continu ou épisodique et récurrent; un joueur est désormais considéré comme addict si les trois critères sont réunis. Et ce, même si, les périodes de jeu se limitent à quelques mois ou semaines… Ceux qui jouent en continu, toute l’année, sont évidemment concernés par cette dépendance. Le diagnostic d’une addiction aux jeux-vidéos devra être posé par un médecin, seul habilité à traiter la maladie par une thérapie, et des substances psychotropes si nécessaire.

Comment repérer l’addiction aux jeux-vidéo ?

Des signes de l’addiction peuvent alerter les parents ou les proches: on notera par exemple que les addicts se désintéressent totalement de tout, à part des jeux… Mais également, dans le cas d’un enfant ou d’un adolescent, que les résultats scolaires ont tendance à chuter dangereusement ! Les joueurs s’isolent dans « leur monde » la plupart du temps et refusent les interactions sociales ou rencontres à l’extérieur.  Des passions qui existaient avant, comme la musique ou le cinéma ,disparaissent au profit d’heures passées devant la console.

Quels sont les risques de la dépendance ?

La première répercussion sur la santé du joueur se trouve dans le sommeil, ou plutôt le manque ou même parfois l’absence de sommeil. Jouer prend du temps, et lorsque l’on travaille ou étudie, les temps de jeux se font donc sur la nuit ! A l’évidence, les addicts grignotent sur leur sommeil pour assouvir leur passion du jeu… Certains vont même jusqu’à ne plus dormir pour pouvoir jouer.

L’addiction au jeu-vidéo peut provoquer des états dépressifs, de tristesse voire parfois d’agressivité. Et dans les cas les plus extrêmes, encourager l’addict à des actes violents envers lui-même ou envers les autres… Le joueur, déconnecté de la réalité et mentalement fragile peut vouloir reproduire certaines scènes de jeu, dans la réalité… C’est extrême, mais cela peut arriver.  En conséquence, dès le moindre doute, demandez conseil à un addictologue qui saura vous donner les directives à suivre.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Fr.sputniknews.comPasseportsante.net

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page