La malbouffe est l’un des fléau de notre époque, surtout chez les jeunes et cela n’est pas sans danger pour notre cerveau expliquent des chercheurs de l’université de Yale.

Le « junkfood » ou malbouffe est l’un des fléaux de notre société actuelle, et elle est encore plus parlante chez les jeunes de 18 à 26 ans qui se nourrissent de kebabs, hamburgers et autres tacos très en vogue dans nos villes. Aujourd’hui il est bien plus facile de trouver un vendeur de kebab qu’un vendeur de fruits et légumes…

Pourtant cette malbouffe à haute dose à de graves conséquences sur la santé de ceux qui en usent et en abusent, jusqu’à l’addiction parfois. Trop sucrés, trop salés, pauvres en apports en fibres et en vitamines et évidemment bourrés de produits chimiques. Il faudrait en consommer le moins possibles mais ça nous le savons depuis longtemps…

Aujourd’hui, des scientifiques de l’université de Yale (États-Unis) nous expliquent également, dans ce rapport, qu’un régime trop riche en graisses et en glucides provoque une inflammation d’une partie du cerveau (l’hypothalamus), en seulement trois jours… Les chercheurs ont en effet découvert que des modifications structurelle se produisaient parmi les cellules microgliales explique le site Futura Science. Il faut rappeler également qu’une consommation quotidienne de “malbouffe” présente de nombreux risques comme…

  • Surpoids – Obésité

Aujourd’hui en France, il y a environ 20% des jeunes qui sont déjà en surpoids voire en obésité. Ce n’est pas un secret, le junkfood est très riche en graisses de toutes sortes et va donc venir s’installer insidieusement dans le corps de nos ados. Qui plus est, ces adolescents ne sont pas très enclins à se dépenser physiquement et n’élimineront pas les graisses accumulées par des repas trop fréquents au fast-food du coin !

Vidéo : Comment notre alimentation influence notre santé mentale (ARTE)

  • Les maladies cardiovasculaires :

Les graisses saturées contenues dans la malbouffe empêchent le fonctionnement normal des artères et finissent par les boucher. Une étude menée par des chercheurs de l’Institut de Cardiologie de Montréal en 2012 montre que les artères se dilatent 24% moins bien après un repas de malbouffe. Le sang coagule donc plus facilement, forme des caillots qui bouchent les artères et entraînent au mieux un accident cardiaque se résolvant par la pose de stens dans les artères, au pire par une crise cardiaque fatale !

  • Le diabète :
A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Les médicaments homéopathiques ne seront plus remboursés à partir du 1er janvier 2021

Les repas servis dans ces restaurants sont souvent trop riches en graisses et en sucres, cela peut provoquer des désordres métaboliques dont le diabète. En ingérant trop de sucre, l’organisme ne produit plus assez d’insuline pour réguler le taux de glycémie. Le diabète se dévoile en général vers 40 ans mais touche malheureusement de plus en plus d’enfants et d’adolescents « victimes » de leur époque et donc de la malbouffe.

  • L’hypertension artérielle :

En plus du gras et du sucre, les repas sont souvent également chargés en sel, ce qui augmente la pression du sang, détériore les parois des vaisseaux sanguins et donne de l’hypertension.

  • Les risques de cancer :

Tous les facteurs énoncés ci-dessus peuvent à terme provoquer le cancer de certains organes comme la prostate, le pancréas, l’intestin ou l’utérus. En affaiblissant l’organisme par le manque de vitamines, protéines ou encore fibres dont ces en-cas sont souvent dépourvus.

Pas de morale guerrière dans ce descriptif juste une mise en garde pour les plus jeunes (et les plus vieux aussi) qui pensent que manger rapidement et ce genre de nourriture n’a pas d’influence sur leur santé… Dans l’immédiat peut-être mais dans dix ou vingt ans, rien n’est moins sûr !

Photo de WAYHOME studio / Shutterstock

D'après cette étude, une mauvaise alimentation affecte notre cerveau en trois jours seulement...

Photo de couverture de T. L. Furrer / Shutterstock
Art de manger sainement au XXIè siècle
  • 276 Pages - 02/27/2008 (Publication Date) - Grancher (Publisher)