Science

L’homme peut-il vraiment vivre sur Mars ?

La Planète Mars semble être le nouveau centre d'intérêt de la Nasa et SpaceX qui travaillent à y rendre une visite humaine possible... Mais ce ne sera pas pour 2021 !

Et si, puisque la vie sur Terre en ce moment est difficile, nous allions réveillonner sur Mars ? Utopie bien sûr puisqu’aucune vie n’y semble possible mais avouons que ce serait une excellente idée pour échapper à ces mesures nécessaires mais pesantes !

Si l’homme devait vivre sur Mars, il y aurait une série d’obstacles qui se dresseraient devant lui ! Les rayons du soleil presque directes, le vent brûlant… Bref, la vie n’y serait peut-être pas impossible mais malgré tout, bien moins facile que sur notre bonne vieille Planète Bleue. La dinde aux marrons dégustée sur Mars, ce n’est donc pas pour tout de suite ! Explications.

À LIRE AUSSI :  Terraformation : selon ce scientifique, la vie sur Cérès pourrait être meilleure que sur Terre

L’eau sur Mars ?

Quant à la présence d’eau, elle existe mais uniquement sous forme de glace souterraine, il y fait bien trop chaud pour que l’eau reste à l’état liquide. Pas d’eau, trop de chaleur, le cocktail parfait qui empêche toute vie martienne. D’après Michel Blanc, astronome à l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (Irap) « Tout est à construire. Il faudra disposer d’un écosystème complet » Le seul moyen de fouler le sol de la planète rouge serait donc à l’intérieur d’un vaisseau spatial puisque la vie que l’on connaît n’y serait pas possible.

Pas de champ magnétique martien

Concrètement, sur la Planète Mars ou planète rouge la gravité est trois fois plus faible que sur Terre. Sans protection, le soleil irradie directement Mars de ses rayons cosmiques, contrairement à l’atmosphère de la Terre qui est protégée par un champ magnétique ! Pour vivre sur la surface de Mars, il faudra donc se déplacer avec des protections blindées, de plomb ou de béton !

Vue d'artiste de la magnétosphère terrestre.
Vue d’artiste de la magnétosphère terrestre. Crédit photo : Par NASA —  Domaine public,

L’air serait-il respirable ?

Difficile à imaginer lorsque l’on sait que l’air de la planète Mars contient 96% de CO2 contre seulement 0.13% d’oxygène… Sur Terre nous sommes à 21% ! Il faudrait donc embarquer Moxie, un robot inventé par la Nasa capable de transformer le CO2 en oxygène sur Mars ! Ou alors vivre continuellement dans des bases hermétiques…

Base martienne. Éléments de cette image fournis par la NASA
Base martienne. Éléments de cette image fournis par la NASA. Crédit photo : Shutterstock / u3d

Quelle tâche pour les éventuels colons ?

La première des choses à faire serait de produire de l’énergie pour leurs propres besoins. Mais ce ne serait pas de l’énergie solaire tant le nombre de panneaux serait important. Ce ne serait pas non plus l’éolien, la pression atmosphérique est trop faible… Il ne resterait alors que l’énergie nucléaire. La Nasa a d’ailleurs construit le Kilopower, une centrale miniature qui fonctionne à l’uranium-250… Elle permettrait de subvenir aux besoins énergétiques d’une petite base…

Prototype de réacteur Kilopower.
Prototype de réacteur Kilopower. Crédit photo Wikipedia / NASA / GlennDomaine public,

Une vie souterraine

Il faut savoir que sur Mars, la température peut avoisiner les -150°C ! La Nasa envisage donc une base souterraine avec seulement une sortie vers l’extérieur pour les explorations martiennes. L’absence de magnétosphère et les rayons cosmiques provoqueraient des cancers sur les organismes humais tant ils sont forts. Une grotte située à 50 cm sous le sol permettrait de réduire de moitié les radiations. Ce n’est donc pas demain la veille que nous nous envolerons pour Mars, mais la NASA y travaille, c’est sûr !

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page