Science

Sang séché ou en poudre : une nouvelle technique de lyophilisation pour conserver les dons de sang plus longtemps

Et s’il était possible de stocker et conserver les dons de sang pendant plusieurs années ? Des recherches menées à l’Université de Louisville sont parvenues à développer une nouvelle technique de déshydratation du sang qui permettrait de telle prouesse.

Selon les derniers chiffres communiqués par l’Organisation mondiale de la Santé, près de 118 millions de dons de sang sont collectés dans le monde. Cependant, avec la pandémie de Coronavirus, les donneurs de sang sont devenus plus rares, or, les approvisionnements ne peuvent tenir que six semaines maximum.

Des chercheurs de l’Université de Louisville, aux Etats-Unis, pourraient avoir trouvé la solution à ce problème : une nouvelle technique de lyophilisation qui permettrait de conserver le sang pendant plusieurs mois, voire des années.

À LIRE AUSSI :
PIPAC, un nouveau procédé pour insuffler la chimiothérapie par aérosol

Dans un article récemment publié dans la revue Biomicrofluidics, les chercheurs de l’Université de Louisville expliquent avoir mis au point une technique inédite pour déshydrater le sang et permettre un temps de conservation beaucoup plus long.

Rapporté par le site Digital Trend, le professeur Jonathan Kopechek, du Département de bio-ingénierie de l’université de Louisville et co-auteur des recherches a expliqué que la méthode que lui et ses collègues ont utilisée « est basée sur la méthode standard souvent utilisée pour produire des produits pharmaceutiques séchés, qui implique la congélation d’échantillons et l’évaporation de l’eau sous vide. » Les scientifiques utilisent cependant les ultrasons pour créer des pores dans les cellules sanguines et leur permettre d’y charger du tréhalose.

À LIRE AUSSI :
Epilert, le bracelet connecté qui détecte en amont les crises d'épilepsie

Comme l’explique le professeur Kopechek : « L’aspect unique de notre recherche est une nouvelle méthode pour charger un sucre protecteur appelé tréhalose dans les globules rouges afin que les cellules puissent survivre au processus de lyophilisation. » Pour rappel, le tréhalose est un conservateur utilisé dans certains produits alimentaires (glaçage, beignet…).

Une technique prometteuse mais encore à peaufiner

Si la méthode a déjà pu être testée avec succès, les recherches ne sont pas encore tout à fait au point pour l’instant. « Il reste encore du travail à faire avant que cette technique puisse être utilisée pour produire du sang séché à des fins cliniques. » a déclaré le professeur Kopechek.

« Nous travaillons à intensifier le processus pour produire de plus grandes quantités de sang séché et nous effectuons des tests supplémentaires pour caractériser la fonction et la qualité des cellules après le traitement. »

A terme, les chercheurs espèrent pouvoir proposer leur nouvelle technique de lyophilisation comme technologie de conservation dans les banques de sang. Grâce à leur trouvaille, il y aura de moins en moins de pénurie de sang, ce qui va accessoirement sauver beaucoup de vies.

Photo d’illustration De Belish / Shutterstock

Tags

Andy RAKOTONDRABE

Il n’y a pas de réussites faciles ni d’échecs définitifs.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer