Société

Projet de loi : un certificat pour posséder un animal de compagnie ? Pourquoi pas !

Un certificat visant à engager le propriétaire vis à vis de son animal pourrait voir le jour, tout comme l'interdiction de vente d'animaux en véhicules ambulants... Les sanctions pour les lâches devraient aussi s'alourdir !

Les associations de protection animale monte encore une fois au créneau pour tenter de limiter le nombre d’abandons ! Chaque année, en France, 100 000 chiens, chats ou nouveaux animaux de compagnie sont abandonnés en refuge ou sur la voie publique !

L’appel lancé il a quelques mois par la SPA pour interdire la vente des animaux en animalerie a peut-être été entendu par le gouvernement ? Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation vient de présenter un plan de lutte contre ces abandons massifs… On ne rappellera jamais assez qu’un animal n’est pas un jouet et qu’il ne se jette pas quand il n’intéresse plus !

À LIRE AUSSI :  "En Mémoire de Mon Ami", un site internet gratuit qui aide les maîtres à faire le deuil de leur compagnon

« Un animal n’est ni un consommable, ni un jouet ; en être propriétaire, c’est en être responsable », a déclaré Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. Afin de lutter contre les abandons, le Ministre vient de déposer un projet loi au Parlement. Ce projet encadre plus sévèrement la vente des animaux et punit aussi plus sévèrement ceux qui se livrent à l’acte d’abandon !

Le certificat pour posséder un animal de compagnie.

A l’image de la SPA qui propose une « charte de l’adoptant » qui engage le propriétaire à prendre soin de l’animal… Tant en termes de soins que de vaccinations ou de coût financier.  Ce certificat doit faire prendre conscience aux adoptants qu’un animal donne des responsabilités et qu’il ne s’agit pas d’un objet. On compare souvent un animal à un enfant, se sépare-t-on de son enfant dans un orphelinat quand celui-ci devient ingérable ou vieillit ?

L’interdiction de vente d’animaux en véhicules ambulants.

Les animaleries, refuges spécialisés, foires dédiées à la vente d’animaux ou enseignes de jardinerie pourront continuer à vendre des animaux. Le ministre estime que ces enseignes sont capables de fournir des informations essentielles à l’adoptant grâce au personnel formé à l’adoption (CQFD).

Un certificat pour posséder un animal de compagnie ? Pourquoi pas !
Animaux à adopter dans un refuge. Crédit photo : Shutterstock / hedgehog94

En revanche, les plateformes comme le Bon Coin devront retirer les animaux en vente de la catégorie « Jouets » ! Un projet de loi est-il vraiment nécessaire pour que l’animal ne soit pas considéré comme un jouet… Le bon sens ne suffit-il pas ?

Lutter contre les abandons !

Le projet de loi comprend une enveloppe de 20 millions d’euro destinée aux refuges et associations. Julien Denormandie ajoute :« Ils font un très gros travail avec trop peu de soutiens financiers. Ils bénéficieront désormais d’un soutien de l’État pour améliorer leurs locaux, augmenter leur capacité d’accueil. Ces investissements permettront de soutenir ces structures et d’améliorer les conditions de vie des animaux recueillis.

C’est essentiel. Nous allons par ailleurs créer un observatoire dédié à la lutte contre les abandons d’animaux de compagnie. Car si l’on dispose d’un chiffre de 100 000 abandons par an, on le sait : la réalité est sans doute bien plus terrible Enfin pour le côté sanction de l’abandon, le ministre préconise jusqu’à 3 ans de prison et 45 000€ d’amende pour les pseudos maîtres qui abandonnent leurs animaux.Le projet de loi sera examiné à partir du 26 janvier 2021, on espère qu’il sera voté, même s’il ne va sans doute pas encore assez loin dans la lutte !

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page