Aérospatiale

Fallen Astronaut, l’unique œuvre d’art présente sur la Lune en hommage aux cosmonautes morts en mission

Fallen Astronaut, c'est la seule oeuvre d'art actuellement présente sur la Lune. Elle y a été déposée secrètement le 2 août 1971. Découvrez son histoire !

Saviez-vous qu’à ce jour, il n’existait qu’une seule œuvre d’art visible sur la Lune ? Le Fallen Astronaut, produite par le sculpteur belge Paul Van Hoeydonck: une toute petite structure en aluminium de 8.9 cm qui commémore 14 astronautes et cosmonautes décédés en cours de mission, au beau milieu d’empreintes de pas, laissés par les voyageurs de l’espace.

Aucune médiatisation à l’époque

Les hommes de la mission Apollo 15 ont eu la charge de transporter l’œuvre jusqu’à la Lune. Mais, à l’époque aucune communication publique n’a été souhaitée. Une fois déposée sur la Lune, le Musée National de l’Air et de l’Espace voulut une réplique de la statue, mais Van Hoeydonck a refusé, estimant que l’accord conclu avec la NASA n’était pas celui-ci. Il a donc tenté de vendre lui-même 950 répliques de son œuvre, mais sous la pression de la puissante NASA,  qui possède une politique commerciale stricte et ne souhaite aucune exploitation de son programme spatial, il a renoncé.

Comment l’idée de cette statue est-elle née ?

Lors d’une rencontre entre le sculpteur et l’astronaute David Scott, il avait été décidé de cette œuvre « secrète ». D’après ce que l’on sait, l’astronaute devait simplement placer cette statuette en souvenir des disparus. Van Hoeydonck, de son côté, devait concevoir une structure légère mais capable de résister aux aléas climatiques de notre satellite naturel.

Combien de temps le cerveau reste-t-il conscient après une décapitation ?

Malgré le souhait de la non-exploitation commerciale du programme spatial américain, Scott obtient l’accord de la NASA pour l’emporter sur la Lune, à condition de garder le projet secret et que cette statue ne représente rien ni personne en particulier.

La version de Van Hoeydonck

De son côté, l’artiste explique que sa statue devait représenter toute l’humanité, et pas seulement les astronautes disparus. Il explique alors qu’il ne savait pas que cette statue serait utilisée comme mémorial, et qu’il n’a ni choisi le nom de Fallen Astronaut, ni le positionnement de la statue. Il la souhaitait debout: elle est finalement posée à l’horizontale, représentant des hommes morts. La statue lunaire commémore les astronautes suivants :

  • Théodore C. Freeman (31 octobre 1964)
  • Charles A. Bassett II (28 février 1966)
  • Elliot M. See Jr. et Virgile I. Grissom (27 janvier 1967)
  • Roger B. Chaffee, Edward H. White II, Vladimir M. Komarov (24 avril 1967)
  • Edward G. Givens Jr. (6 juin 1967)
  • Clifton C. Williams Jr. (5 octobre 1967)
  • Youri A. Gagarine (27 mars 1968)
  • Pavel I. Beliaev (10 janvier 1970)
  • Georgiy T. Dobrovolsky, Viktor I. Patsayev, Vladislav N. Volkov (30 juin 1971)
En Indonésie, la tribu Toraja "enterre" leurs bébés morts dans le tronc d'un arbre

Une réplique inaugurée à Anvers

Pour les 50 ans de cette œuvre lunaire, une réplique a été inaugurée le 2 août dernier à Anvers (Belgique). Grandeur nature, elle se trouve dans le futur hôtel Botanic Sanctuary. Paul Van Hoeydonck, artiste anversois, est à ce jour, le seul artiste à avoir l’une de ses œuvres présentes sur la Lune; le « Fallen Astronaut » original y avait été déposé par David Scott lors de la mission Apollo 15 en 1971.

Fallen Astronaut, l'unique œuvre d'art présente sur la Lune en hommage aux cosmonautes morts en mission
La statue Fallen Astronaut. Crédit photo : NASAImage originale : Public Domain,

Paul Van Hoeydonck aujourd’hui âgé de 95 ans, était présent lors de l’inauguration de la réplique « Man In Space ». Lui et son épouse se sont dit très touchés par ce geste, même s’ils ont précisé que “l’art sur la lune ne sert à rien en soi, mais il s’agit de marquer la présence symbolique de l’homme sur la lune et dans l’espace, à travers ‘Fallen Astronaut” (Source RTBF). L’art n’a ni limite, ni frontière, l’œuvre de Van Hoeydonck en est la preuve !

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page