Le gouvernement autrichien pourrait autoriser les véhicules électriques à rouler plus vite que les autres…

Les gouvernements européens s’accordent sur un point : les voitures électriques sont moins polluantes que les véhicules à essence ou diesel ! Bien que le problème du recyclage des batteries puisse se poser dans quelques années, elles ne rejettent pas de carbone et sont donc plus propres.

L’Autriche étudie donc une sorte de code de la route spécial véhicule électrique qui permettrait aux véhicules propres de ne plus respecter les vitesses autorisées en cas de pic de pollution et de rouler plus vite que les véhicules classiques. Deux poids deux mesures en fonction du véhicule possédé, et un espoir pour le gouvernement d’accroître les ventes de véhicules électriques.

L’Autriche s’est déjà fait remarquer il y a quelques mois en augmentant les limitations de vitesse de certains réseaux autoroutiers, passant de 130 km/h à 140 km/h. En partant donc du principe qu’un véhicule électrique ne pollue pas, il serait possible de rouler à 130 km/h quand les véhicules classiques seront, eux, limités à 100 km/h lors des pics de pollution notamment. Evidemment il n’est pas question de « No Limit » tout de même. Il y aurait tout de même 440 kilomètres de route qui entreraient dans le nouveau dispositif.


A lire également :


Même si la démarche peut sembler intéressante, nous nous demandons quand même s’il est normal d’accroître encore un peu les différences entre les pseudos bons élèves qui roulent à l’électrique parce qu’ils en ont les moyens et les pseudos mauvais élèves qui roulent au carburant parce qu’ils n’ont pas le choix.

De plus, les constructeurs de véhicules électriques prônent une conduite souple et écologique et donc une adaptation de la vitesse et l’utilisation du limiteur. Or ici, les véhicules électriques ne polluent peut être pas, mais elles utiliseront forcément plus d’énergie électrique et donc demanderont un rechargement plus fréquent et une production d’électricité plus conséquente !

Il s’agit bien là de doper les ventes de voitures électriques en faisant miroiter des vitesses plus élevées aux futurs acquéreurs mais est-ce là une vraie manière d’être plus écologique ? Nous ne sommes pas certains que les raisons écologiques soient les plus importantes aux yeux du pouvoir… Le côté mercantile peut être un peu plus en revanche !

Source : presse-citron

94 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez
+1