Environnement

Inde : les tortues de mer réinvestissent les plages et c’est magnifique !

Alors que les humains sont confinés, les animaux reprennent leurs droits originels ! 60 millions de bébés tortues pourraient voir le jour en Inde dans quelques semaines... Merci l'épidémie pour ces tortues menacées !

L’Inde compte 1.3 milliards d’habitants, tous confinés à l’heure actuelle ! Comme dans tous les pays du monde, l’économie est arrêtée, la pollution aussi et la Nature reprend peu à peu ses droits. En Inde, ce sont les tortues qui peuvent désormais marcher tranquillement sur les plages de l’Etat d’Odisha dans l’est de l’Inde !

Mais surtout, elles peuvent pondre en toute tranquillité, ce qui n’est pas le cas habituellement. Résultat : elles auraient pondu près de 60 millions d’œufs ! Les tortues souvent menacées voient certainement là une superbe opportunité d’assurer la pérennité de leur espèce… Surpopulation « tortuesque » à venir ou juste retour à la normale ?

À LIRE AUSSI :
Coronavirus : l’attestation de déplacement imprimée sur des T-shirts

Habituellement, les tortues de mer sont vulnérables. Menacées par la pollution des océans, elles absorbent bien trop souvent des plastiques qui les tuent ! Alors que l’année dernière, aucune n’avait pondu sur la plage de Rushikulya, cette année, elles sont des milliers à avoir fait le déplacement. Probablement ravies de jouir de cet espace inespéré !

Et le mieux dans tout ça, c’est qu’avec le confinement, les touristes ne viennent pas non plus faire le « cliché du siècle ». Les braconniers aussi sont confinés et les tortues ne vont pas s’en plaindre ! La plage de Gahirmatha sert aussi d’aire d’accueil pour les tortues de mer cette année. Les associations animales veillent à ce qu’elles ne soient pas dérangées. Si tous les oeufs parviennent à maturité, la terre devrait se repeupler de millions de bébés tortues… Une belle nouvelle pour ces animaux magnifiques, des rescapés du coronavirus en quelques sortes !

Cette épidémie ouvre des perspectives aux animaux, c’est un fait mais peut-être devrions nous prendre conscience du peu de place qu’ils ont quand nous, humains, vivons notre vie ! A méditer pour l’après peut-être ?

Photo d’illustration De EKTA CHAURASIA / Shutterstock

Tags

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer