Environnement

Les effets inattendus du confinement sur l’environnement, et si le problème c’était nous ?

Nous savions que la Terre était polluée, très polluée... Le confinement du monde entier autorise la Nature à reprendre ses droits et c'est extraordinaire !

Les humains ne se réjouissent pas de ce confinement imposé, et pour cause, nous voilà privés de notre liberté pour quelques semaines au moins ! En revanche, ce confinement a tout de même quelques aspects positifs. L’air devient plus sain, les eaux redeviennent transparentes, les dauphins réapparaissent sur les côtes.

En stoppant l’activité économique de pays entiers mais également le tourisme, les vols aériens et toute source de pollution, la Nature reprend ses droits et nous donne de magnifiques images ! Fallait-il une crise sanitaire d’ampleur internationale pour que les Hommes arrêtent de maltraiter la Planète ?

À LIRE AUSSI :
Coronavirus : Apple va fabriquer 1 million de visières de protection par semaine pour les professionnels de la santé

La pollution atmosphérique en Chine

La Chine fût le premier pays touché par l’épidémie de COVID 19 qui sévit actuellement en Europe. Cette vidéo de la NASA montre les émissions de dioxyde d’azote par la Chine entre le 1er et le 25 février 2020 par rapport à la même période en 2019… Le ciel se dégage au-dessus de la Chine à l’arrêt total (ou quasiment) depuis le 24 janvier 2020.

Les eaux de Venise en Italie

Alors que le confinement est en vigueur en Italie depuis le 9 mars seulement, les eaux de Venise retrouvent une couleur translucide. Le dioxyde d’azote aurait été réduit de 10% chaque semaine sur les quatre dernières semaines. Le programme européen de surveillance de la Terre, Copernicus publie cette photo avant-après impressionnantes.

https://twitter.com/CopernicusEU/status/1242393973559304193

Les dauphins reviennent sur les côtes méditerranéennes

En Sardaigne, cette île italienne au large de la Corse, les dauphins réapparaissent dans le port de Cagliari. Ce port voit transiter plus de 30 millions de tonnes de marchandises chaque année, ce qui laisse peu de places aux cétacés pour s’épanouir.

En constatant ce retour à la Nature, cette pollution qui s’estompe nous ne pouvons qu’espérer que l’après coronavirus soit un peu plus respectueux de la Planète… Malgré les alertes des différentes organisations écologiques, les appels sont restés sourds… Il aura peut-être fallu une guerre bactériologique pour que la Nature retrouve un peu de liberté… et un peu d’air frais !

Photo d’illustration De Gurgen Bakhshetyan / Shutterstock

Tags

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer