Beth Koigi, une jeune femme originaire du Kenya a mis au point un système permettant de transformer l’humidité de l’air en eau potable grâce à l’énergie solaire

Le manque d’eau potable est un fléau mondial et aujourd’hui encore ce sont des milliers d’enfants qui meurent chaque jour d’avoir bu de l’eau souillée par obligation. On compte aujourd’hui 1,2 milliards de personne sans accès à l’eau potable et ces chiffres devraient passer à 1,8 milliards en 2025, c’est un constat alarmant qui mérite que certains s’y intéressent de très près.

C’est à partir de ces tristes chiffres que Beth Koigi, une jeune chef d’entreprise kenyane a eu l’idée de créer un système qui permet de transformer l’humidité contenue dans l’air en eau potable ! Et pour se faire, elle utilise une énergie renouvelable : le soleil ! Découvrez le projet « Magik Water » en détail.

C’est à la suite d’une sècheresse impliquant de grosses restrictions d’eau que Beth Koigi qu’elle a d’abord conçu des filtres pour épurer l’eau souillée qui coulait des robinets de son université. Elle s’est ensuite associée à Clare Sewell, une économiste anglaise et Anastasia Kaschenko, une scientifique américaine pour développer son invention.


A lire également :

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Insolight, une nouvelle génération de panneaux solaires aux performances impressionnantes

En sachant qu’il y 6 fois plus d’eau dans l’air que dans toutes les rivières qui coulent dans le monde, il y avait là un créneau à exploiter. Le principe du Magik Water est simple ! Il utilise des matériaux hydrophiles (gels de silice) pour capturer l’humidité de l’air, le gel est ensuite chauffé grâce aux panneaux solaires. Une fois la transformation de la vapeur en eau, celle-ci est filtrée par du charbon actif et devient potable. Cette invention demande très peu d’investissement et ne coûte quasiment rien (0.10€ les 10 litres d’eau produite)

Le premier prototype testé par la NASA californienne donne déjà d’excellents résultats. Magik Water a d’ailleurs été primé lors du Prix EDF Pulse Africa et concourra pour le prix Afrique de la Royal Academy of Engineering, un avenir bien prometteur que les trois inventeuses qui aimeraient voir le projet aboutir rapidement. C’est presque une question de survie pour certaines populations reculées d’Afrique notamment. C’est avec des petits ruisseaux que l’on fait de grandes rivières non ? Alors souhaitons à ce projet que l’eau coule bientôt à flot pour tous ces enfants qui n’ont pour le moment pas d’autres choix que de boire de l’eau souillée et de risquer leur jeune vie chaque jour !

Crédit photo de couverture : Pénurie d’eau De Riccardo Mayer/Shutterstock