Environnement

« Un arbre magique aux capacités extraordinaires », le bois de paulownia va servir à fabriquer des Tiny House

À Locmélar, en Bretagne, les frères Jérôme et Stéphane Guéguen, producteurs laitiers, ont choisi de diversifier leur exploitation en se tournant vers le Paulownia, un arbre souvent qualifié de magique pour sa croissance rapide.

Lorsque l’on est agriculteur, la diversification des activités semble inévitable. Certains proposent des gîtes à la ferme, d’autres se lancent dans des activités maraîchères ou produisent des granulés de miscanthus. En Bretagne, du côté de Locmélar, Jérôme et Stéphane Guéguen, producteurs laitiers, ont choisi une autre branche si l’on peut dire. En effet, pour diversifier leurs activités, ils ont fait le choix du paulownia, un arbre que l’on qualifie souvent de magique face à son exceptionnelle rapidité de croissance. Selon eux, ils pourraient valoriser leur exploitation dans 8 à 10 ans seulement. Mais, qu’est-ce que le paulownia ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Et comment le cultiver chez soi de manière raisonnée ? On vous explique tout !

Le paulownia arrive en Bretagne !

L’un des frères avait un paulownia dans son jardin et il a entendu parler de ses « pouvoirs magiques ». Il s’est alors rapproché de l’entreprise Arbre Paulownia, située à quelques kilomètres de leur exploitation. Ils entrent donc en contact avec Julien Kloesmeyer et Sandrine Berkel, les dirigeants de l’entreprise. L’entreprise conseille alors le paulownia hybride Phoenix pour une plantation en Bretagne, et les deux frères effectuent une première plantation en juin 2022, puis une seconde en mai 2023. Cette plantation a même déjà trouvé un client, un constructeur de tiny house local recherchant du bois léger, qui pourrait être leur premier acheteur. Rappelons que le paulownia est réputé pour sa croissance rapide.

Un constructeur local va construire des Tiny House avec des paulownia
Un constructeur local va construire des Tiny House avec du paulownia. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Par ailleurs, il peut atteindre une hauteur considérable en relativement peu de temps, d’où l’intérêt du fabricant de tiny house. De plus, ce bois est léger, facile à travailler, notamment pour concevoir des produits artisanaux, des menuiseries, des planches de surf ou encore des instruments de musique. Enfin, dans les villes qui font le choix du paulownia, il permet de créer rapidement des zones vertes, qui apportent de l’oxygène et des zones d’ombres importantes.

Le paulownia, des qualités, mais également des inconvénients

Nous avons vu que le paulownia avait de nombreuses qualités. Cependant, il possède aussi quelques inconvénients qu’il faut connaître avant de vous lancer dans leur plantation. Les Paulownias sont connus pour leur croissance rapide. Cela peut entraîner une concurrence sévère avec les espèces indigènes, les évinçant souvent et modifiant la composition végétale naturelle d’un environnement. Les paulownias peuvent créer des changements significatifs dans les écosystèmes, déplaçant les espèces indigènes et modifiant les cycles de reproduction et de croissance des plantes qui font normalement partie intégrante de l’écosystème. De plus, leurs racines, très gourmandes en eau, peuvent augmenter le stress hydrique des sols dans certaines régions. Enfin, le paulownia peut vite devenir invasif et sa culture difficile à maîtriser. Le site « Coachjardins » recommande d’ailleurs de ne pas planter cet arbre à moins de 5 m d’une maison. En effet, le paulownia, comme d’autres espèces d’arbres, est susceptible de causer des problèmes de racines, dans un avenir plus ou moins assez éloigné.

Le Paulownia, un « super » arbre.
Le Paulownia, un « super » arbre. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit photo : Shutterstock

Comment éviter les désagréments liés aux paulownias ?

Pour éviter que vos paulownias colonisent votre jardin, vous avez la possibilité de les cultiver comme « arbuste ». L’idée étant de ne pas le laisser pousser jusqu’à 12 m de haut ! Il faudra alors le tailler chaque année, en mars, afin qu’il ne dépasse pas 50 cm de hauteur. Les tiges de l’année suivante ne dépasseront pas 3 ou 4 m, mais pourront vous procurer des feuilles de 70 cm de diamètre. Une fois le printemps arrivé, les tiges seront tendres et faciles à couper. Cependant, il faudra effectivement le tailler chaque année, car comme vous le savez, il pousse rapidement ! Les grands arbres seront plutôt réservés aux collectivités, qui devront toutefois veiller à un entretien régulier de ce type d’arbre qui, rappelons-le, n’est pas une espèce indigène. Que pensez-vous de cette diversification d’activité chez certains agriculteurs ? N’hésitez pas à partager votre avis, vos remarques ou nous signaler une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Actu.frJardizone.be

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Un commentaire

  1. Grand jardin en Bourgogne du Sud, 1 Paulo nia. Oui croissance rapide les 3 premières années, depuis il végète et ne fait des fleurs qu’une année sur deux. Nb:si vous le taillez il ne fait pas de fleurs pendant au moins 2 ans (je ne l’ai pas taillé…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page