Rarement un petit produit high tech ne se fait aussi attendre que le Raspberry Pi. Informations au compte-goutte, sorties surprise et culte du secret, la fondation Raspberry Pi évolue dans une discrétion rare dans le milieu. Pourtant, à l’occasion d’une interview auprès de nos confrères de chez tomshardware.com, le créateur du Raspberry Pi et PDG actuel de la Raspberry Pi Trading (la branche commerciale de la fondation Raspberry Pi) Eben Upton, s’est permis de lâcher quelques indiscrétions concernant le futur de Raspberry et l’hypothétique Raspberry Pi

Depuis de nombreuses années maintenant, la fondation Raspberry Pi propose sur le marché des mini ordinateur presque tout-en-un (comprenez avec processeur, gestion audio/vidéo, connections USB, réseau et connectivités sans fil…), le tout, dans un format “carte de crédit” et pour un prix historiquement modeste (35$ depuis son lancement en 2012). Sur la base des information recueillies par nos confrères de chez tomshardware.com (en anglais), voici ce que l’on sait du prochain Raspberry Pi 4 :

1. POUR 2019, UNE CROIX TU FERAS.

Bon, on va pas vous mentir, une quelconque sortie en 2019 ne semble pas du tout prévue ni envisageable. “Je n’ai pas de route pour faire quelque chose cette année”, a-t-il déclaré. “Je ne pense pas que nous ayons un plan défini pour transformer ce travail en un produit fini cette année.” Mince. Mais du coup, on sait qu’ils sont malgré tout en train de bosser dessus et qu’ils sont en train de définir les prochaines fonctionnalités du Pi4 !

2. DU RASPBERRY PI 4, TU PARLERAS.

(Bonne nouvelle?) La Fondation Raspberry Pi ne semble pas intéressée à suivre la mode des renommages à outrance (Iphone X, XS, Windows 8 à Windows 10…).  “Il serait insensé de ne pas l’appeler Raspberry Pi 4”, a déclaré le CEO de la marque.

3. DES ENVIES DE TES UTILISATEURS, TU T’INSPIRERAS.

“Je pense que la liste de souhaits de chacun pour ce produit est identique : plus de processeur, plus de RAM, un réseau plus rapide et des E/S non-multimédia plus rapides”. Eben Upton en est bien conscient. A ce jour, le Raspberry Pi 3 est limité à 1 Go de RAM, à un processeur ARM Cortex-A53 quad-core à 1,4 GHz (sur le 3A+/B+) et à un bus USB 2.0. La plupart des fans du Raspberry seraient en droit d’espérer 2 ou 4 Go de RAM et (enfin…) l’apparition de l’USB 3. Un processeur plus rapide serait bien évidemment aussi le bienvenu.

Concernant les connectivités, finalement le dernier Pi3B+ s’en sort plutôt très bien avec le support du double bande 802.11ac et Bluetooth 4.2 ! On regrette juste que l’Ethernet “gigabit” soit en réalité bridé à une vitesse maximale de 300Mb/s, du au partage de la bande passante du bus USB 2…

4. PREUVE DE FINESSE, TU FERAS.

Une information qu’on savait déjà, puisque l’équipe a été très claire à la sortie du Pi3B+ : le 3B+ sera le dernier Raspberry Pi à être équipé de processeurs gravé en 40 nm. Même si la technologie est fiable et éprouvée, elle en est aussi aujourd’hui arrivée à ses limites, comme nous le rappelle Eben Upton : “l’architecture actuelle de 40 nm ne peut pas traiter plus de 1 Go de RAM et est bloquée avec l’utilisation de la mémoire LPDDR2 à l’ancienne.” Il faudra donc passer par des processeurs plus fins pour gagner en performances. On peut facilement estimer qu’ils s’orientent vers des processeurs en 28nm. Mais certainement pas plus fin : “Sur des géométries de processus plus petites, il devient plus difficile (ou du moins beaucoup plus coûteux) de fabriquer des entrées.” Exit donc probablement le 7 nm.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
RASPBERRY PI : La PlayStation Classic DIY arrive !

5. TA TIRELIRE, TU NE CASSERAS PAS.

Depuis son lancement en 2012, le Raspberry Pi a toujours visé comme objectif un prix de vente ne dépassant pas les 35 dollars. C’est d’ailleurs assez rare dans l’univers de la high tech une telle stabilité à travers les années et les générations de Pi ! Bonne nouvelle donc, puisque Eben Upton affirme que la compagnie continue de travailler à maintenir cet objectif pour le Pi 4, malgré les évolutions technique et l’inflation depuis 2012 (35$ de 2012 correspondent à 38$ aujourd’hui…). Bravo donc !

6. TES BOÎTIERS, TU CONSERVERAS.

L’un des avantages du Raspberry Pi, c’est sa forme. Compacte, facile à insérer dans vos différents projets… mais la force de Raspberry surtout, c’est d’avoir conservé ce désormais célèbre “form factor” depuis plusieurs générations de Pi, offrant la possibilité à un large marché de boîtiers et d’accessoires d’émerger peu à peu, quelque soit le modèle de Raspberry dont vous disposez. Et ça c’est top !

Et bien bonne nouvelle, puisque comme l’a déclaré le CEO de la marque, “le form factor d’origine est et restera une carte de crédit. C’est l’original. Notre point d’ancrage est la taille d’une carte de crédit… Je ne peux pas imaginer vouloir la changer, d’autant que nous n’avons vraisemblablement pas de nouvelle interface à intégrer en plus” Bonne nouvelle pour les posseceurs d’un boitier de chez RetroFlag ou de chez Nuxii.fr, qu’on a déjà eu l’occasion de tester ici !

7. DU MICRO USB, TU TE PASSERAS…

On aborde ici un point problématique : l’alimentation. La plupart des nouveaux téléphones et de nombreux nouveaux ordinateurs portables et tablettes utilisent maintenant l’USB Type-C pour le chargement, car cette norme peut transporter beeaaaaucoup plus d’électricité et de données que le vieux connecteur micro USB, présent sur tous les modèles de Raspberry Pi.

Et bien bonne nouvelle, puisque la firme semble être en train de réfléchir à passer sur de l’USB Type-C ! Cette connectique permet des tensions mais aussi des intensités plus élevées, permettant donc à la carte de développer plus de puissance. watt = ampère × volt, ou P=UI, pour ceux qui se rappellent de leurs cours de physique de 4ème…

8. … OU PAS.

Plusieurs problèmes se posent : plus de puissance veut aussi dire PLUS DE CHALEUR à devoir gérer. Sur une petite carte non-ventilée, ce n’est pas une mince affaire. De plus, Eben Upton a aussi déclaré qu’il n’est vraiment pas impressionné par la durabilité de l’USB type-C, et ne pense pas que le connecteur de type C soit suffisamment robuste pour de nombreux utilisateurs. “Dans le type d’environnement assez rude dans lequel le Pi est utilisé, si le connecteur est tordu ou s’il y a de la poussière, vous pouvez exposer les paires différentielles à grande vitesse de ce connecteur à des tensions assez élevées”. D’autant que globalement, il semble que Eben Upton soit plutôt satisfait de l’offre assez complète des Pi3B/3B+, qui comprend une sortie HDMI pleine taille, quatre ports USB standard, un port Ethernet et une alimentation micro USB…

AFFAIRE A SUIVRE…

Article original : Tom’s Hardware (en anglais)


MATÉRIEL RECOMMANDÉ NÉCESSAIRE POUR BIEN COMMENCER AVEC RECALBOX : 

TUTORIEL COMPLET : 

==> https://ouiaremakers.com/posts/tutoriel-diy-montez-votre-console-de-jeu-retrogaming-multi-plateformes-avec-recalbox