Biot : un couple invente une machine qui transforme les déchets de fruits en bûches de bois pour le chauffage

Au cœur de l'Argentine, un projet audacieux vise à transformer les déchets de cidre en une source durable de chauffage, réduisant ainsi l'impact sur nos forêts.

Les forêts sont des lieux précieux qu’il faut préserver à tout prix ou presque. Ce sont des puits de carbone, qui absorbent le CO2 dans l’atmosphère. Les forêts sont également des lieux où la faune et la flore s’épanouissent, mais elles ont aussi une autre fonction : nous fournir du bois pour nous chauffer l’hiver. Si, en France, la plupart des bois fournis pour le chauffage sont issus de forêts gérées durablement, ce n’est pas le cas dans tous les pays. Les alternatives au charbon et au bois de chauffage sont donc toujours les bienvenues pour tenter de préserver au maximum les forêts. En Argentine, José Alberto Aramberri, travaille sur un projet étonnant : récupérer les déchets de producteurs de cidres, pour en faire un combustible capable de remplacer le bois et le charbon. Découverte.

Quel est le projet de cet entrepreneur ?

En Argentine, José Alberto Aramberri s’investit dans un projet visant à réduire les déchets, envisageant ainsi d’apporter un soutien aux producteurs de cidre de pomme du pays. Dans ce pays, où l’asado est au centre de toutes les familles, ils utilisent des quantités astronomiques de charbon de bois. Rappelons que l’asado est le nom du barbecue argentin, qui se cuisine généralement les dimanches en famille. L’objectif du dirigeant de l’entreprise Biot est de trouver une solution pour convertir les résidus de la production de cidre en bois de chauffage et en substituts de charbon de bois. Les producteurs de pommes et de cidre sont aussi nombreux en Argentine et les déchets des cidreries sont très peu réutilisés.

José Alberto Aramberri et son invention.
José Alberto Aramberri et son invention. Crédit photo : Biot Leña de Orujo de Fruta / José Alberto Aramberri (capture d’écran vidéo Facebook)

Pourquoi choisir les déchets de pomme ?

Comme évoqué ci-dessus, les cidreries sont nombreuses en Argentine, et les déchets composés de pulpe, de peau et de pépins sont difficiles à séparer et à recycler. De plus, ces déchets possèdent des propriétés énergétiques équivalant au bois traditionnel. Aramberri cherche à exploiter cette pulpe, souvent reléguée au simple rejet, comme substitut au bois de chauffage et au charbon de bois, qu’il nomme la « souche bio » au sein de sa société Biot. Pour ce faire, il commence par sécher puis comprimer la pulpe récupérée pour la transformer en briques utilisables en remplacement du bois de chauffage ou du charbon de bois.

Un procédé entièrement naturel pour transformer tout ce marc pâteux en bûches qui peuvent être utilisées comme source de chaleur et pour la cuisson.
Un procédé entièrement naturel pour transformer tout ce marc pâteux en bûches qui peuvent être utilisées comme source de chaleur et pour la cuisson. Crédit photo : Biot Leña de Orujo de Fruta / José Alberto Aramberri (capture d’écran vidéo Facebook)

Son seul allié est le Soleil à qui la mission du séchage est confiée à plusieurs reprises, comme l’explique cette vidéo publiée par @theimpactstory : les producteurs de cidre pourraient voir d’un très bon œil cette initiative puisque cela ajouterait une valeur à leurs déchets et les déchargerait des coûts d’élimination. En parallèle, ces producteurs pourraient également utiliser une partie des déchets comme compost ou aliment pour les animaux.

Pourquoi l’Argentine pour cette invention ?

Dans le marché argentin où les grillades jouissent d’une longue tradition, convaincre les consommateurs d’adopter le noyau de pomme comme alternative pourrait représenter un défi. Cependant, à un prix attractif, cela pourrait séduire les acheteurs à faible revenu comme une alternative viable au charbon traditionnel. Pour le moment, il reste encore quelques tests à effectuer avant une commercialisation. Mais avec un peu de chance et le soutien des fournisseurs et des clients, cette initiative pourrait rencontrer un succès retentissant.

José utilise les rayons du soleil et le vent pour sécher le marc qui est ensuite passé dans une machine qu'il a lui-même inventée.
José utilise les rayons du soleil et le vent pour sécher le marc qui est ensuite passé dans une machine qu’il a lui-même inventée. Crédit photo : Biot Leña de Orujo de Fruta / José Alberto Aramberri (capture d’écran vidéo Facebook)

L’invention du charbon de bois aux déchets de pomme sera-t-elle l’invention de l’année ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais cela limiterait la déforestation et permettrait aux Argentins de profiter de l’asado dominical de manière plus écologique. Plus d’informations : Biot Leña de Orujo de Fruta (Facebook). Que pensez-vous de cette initiative ? Donnez-nous votre avis ou partagez avec nous votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Goodness-exchange.comTechacute.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page