Innovation

Des chercheurs sont parvenus à créer une batterie électrique durable à base de coquilles de crabe

Aux États-Unis, une équipe de chercheurs affirment avoir réussi à développer un nouveau type de batterie qui promet d’être durable. Utilisant un électrolyte obtenu à partir de coquilles de crustacés, le dispositif serait aussi performant qu’un accumulateur conventionnel.

Le recours aux énergies renouvelables est l’une des solutions incontournables pour lutter contre le réchauffement climatique. Malheureusement, l’utilisation de batteries non durables pour le stockage de l’énergie produite reste un problème majeur. « Par exemple, les séparateurs en polypropylène et en polycarbonate, qui sont largement utilisés dans les batteries lithium-ion, mettent des centaines ou des milliers d’années à se dégrader et alourdissent la charge environnementale », a expliqué Liangbing Hu, directeur du Center for Materials Innovation de l’Université du Maryland et auteur principal d’une nouvelle étude parue dans la revue Matter. L’article décrit le développement d’un nouveau type d’accumulateur qui est censé résoudre ce problème.

Le chitosane comme ingrédient principal

La principale particularité de cette batterie au zinc mise au point par Hu et ses collaborateurs réside dans le fait qu’elle utilise un électrolyte biodégradable obtenu à partir de coquilles de crabe. L’électrolyte en question prend la forme d’un gel. Comme le rapporte notre source, il est issu d’un matériau biologique appelé chitosane, lequel se trouve notamment dans les exosquelettes des crustacés (crabes, crevettes, etc.), mais aussi dans les parois cellulaires des champignons et au niveau des enclos des calmars.

À LIRE AUSSI :  Lithium-ion : une technologie innovante permettant de prévenir les incendies et explosions des batteries

Une décomposition rapide

L’utilisation d’un électrolyte biodégradable comme celui-ci signifie que la batterie pourra se décomposer rapidement grâce à l’intervention des microbes. D’après les explications des auteurs de la recherche, l’électrolyte de chitosane qu’ils ont crée a fait preuve d’une vitesse de décomposition assez surprenante: il ne lui a fallu que cinq mois pour se désagréger complètement. « Le zinc est plus abondant dans la croûte terrestre que le lithium », a assuré Hu. « D’une manière générale, les batteries au zinc bien développées sont moins chères et plus sûres », a-t-il ajouté.

De grandes quantités de batteries sont produites et consommées, ce qui soulève la possibilité de problèmes environnementaux", explique l'auteur principal Liangbing Hu
“De grandes quantités de batteries sont produites et consommées, ce qui soulève la possibilité de problèmes environnementaux”, explique l’auteur principal Liangbing Hu. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Une batterie biodégradable et à haut rendement

La batterie au zinc et au chitosane nouvellement développée promet en outre une efficacité particulièrement élevée. Selon l’article qui décrit la recherche, après 1000 cycles de recharge/décharge, le dispositif a conservé près de 99,7 % de sa capacité initiale, ce qui en fait une solution de stockage potentielle pour les énergies solaire et éolienne. Bien entendu, l’équipe n’en restera pas là. Elle continuera à améliorer le concept afin de contribuer au perfectionnement des solutions de stockage d’énergie actuelles. « À l’avenir, j’espère que tous les composants des batteries seront biodégradables », a conclu Hu.

Source
techxplore.com

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page