Innovation

Il invente des toilettes innovantes sans eau ni électricité mais avec un réservoir de sable à la place de l’eau

Apporter l'hygiène là où les gens font encore leurs besoins à l'air libre, voici l'ambitieux et essentiel projet de Sandi, des toilettes très ingénieuses !

En Europe, lorsqu’une envie pressante nous prend, nous nous rendons aux toilettes, puis tirons la chasse d’eau « potable » … Un geste que nous faisons plusieurs fois par jour et qui nous semble naturel. Ce geste, 500 millions de personnes dans le monde ne peuvent pas le faire, faute de toilettes, et font donc leurs besoins dans la nature. Ce manque d’assainissement provoque chaque année, directement ou indirectement 750 000 décès dans le monde, liés aux bactéries qui se développent dans les déchets humains. Un homme, Archie Read, diplômé de l’université Brunel à Uxbridge, Royaume-Uni, a inventé une solution de toilettes durables destinées aux zones rurales, le « Sandi » … Une véritable bénédiction pour toutes ces populations. Présentation.

Quelle est cette solution Sandi ?

Alors qu’il travaillait pour une société fabricant des toilettes, LooWatt, Archie Read a pensé à un système de toilettes uniques et durables, qui se destineraient aux populations qui n’ont pas accès à l’eau ni à l’électricité: Sandi va collecter les déchets dans un film polymère biodégradable, garantissant la sécurité sanitaire aux utilisateurs… C’est un concept qui se destine encore aux villes, mais s’il venait à devenir une réalité, il pourrait fournir une solution sûre pour les endroits reculés du monde.

Une solution de toilettes durables destinées aux zones rurales
Une solution de toilettes durables destinées aux zones rurales. Crédit photo : Archie Read

Comment fonctionne Sandi ?

Read explique qu’il veut concevoir un système qui puisse être entretenu par les populations elles-mêmes… Pour lui, il est impossible de devoir compter sur une maintenance extérieure, et il faut que son produit soit réparable à 90% par les utilisateurs eux-mêmes. Les toilettes hors réseaux existent déjà dans le monde, mais Sandi se distingue par le fait que l’appareil se compose de trois éléments : un tapis roulant qui évacue les excréments quand l’eau n’est pas disponible; une chasse d’eau mécanique pour les endroits où il n’y pas d’électricité, et un séparateur qui se trouve à l’intérieur de la cuvette, qui sépare les flux de déchets afin qu’ils puissent être réutilisés comme engrais.

À LIRE AUSSI :
Pourquoi l'abandon du bidet est dramatique pour l'environnement ?

Les excréments sont séparés à la base dans deux compartiments distincts : l’un guide l’urine dans un récipient placé en dessous, tandis que l’autre présente un tapis roulant basique, recouvert d’une fine couche de sable, qui se renouvelle à chaque fois que quelqu’un tire la chasse. L’inventeur a choisi le sable, une matière qui permet aux excréments de ne pas salir le convoyeur, mais il précise que de la terre ou de la sciure de bois peuvent également convenir. Une fois les besoins effectués, il suffit d’actionner la chasse d’eau mécanique, qui va faire pivoter le tapis roulant et envoyer les excréments dans les réservoirs.

Un entretien très facile…

Selon l’inventeur, les toilettes Sandi ne coûteront que 74 dollars, et peuvent être installées partout dans le monde… Que ce soit dans les villages reculés, mais également comme toilettes sèches dans les tiny houses, ou dans les complexes locatifs. Les Sandi restent hygiéniques car un film biodégradable vient recouvrir les déchets humains à chaque actionnement de chasse « de sable » ! L’urine peut être directement utilisée comme fertilisant pour les sols, et les excréments peuvent être enterrés puis utilisés comme compost, ou recyclés pour être transformés en énergie.

les toilettes Sandi coûtent moins de 75 euros
les toilettes Sandi coûtent moins de 75 euros. Crédit photo : Archie Read

Les déchets peuvent être traités dans une gamme de systèmes, allant de petits digesteurs décentralisés à de plus grands sites de traitement gérés par les services publics. Ils peuvent être convertis en biogaz pour produire de l’électricité, du gaz de cuisine ou des engrais organiques. Aujourd’hui, Loowatt  a permis de collecter et de traiter 1240 tonnes de déchets, a généré 154 MWh d’énergie et permis de réduire les émissions de CO2 de 356 tonnes équivalent carbone… En voilà une belle idée pour recycler les déchets humains et apporter une sécurité sanitaire aux populations qui ne l’ont pas encore ! Plus d’informations : Sandi-Sustainable-Toilet.

Source
behance.net

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

5 commentaires

  1. Nous savons depuis un bon moment que les films polymères ne sont jamais complètement compostable, et, non, le sable ne se composte toujours pas… quand au coup de transport du sable, et au fait que c’est une matière première qui est, elle aussi en pénurie sur la planète… ça pose vraiment problème et beaucoup de questions !

    Un bon toilette sèche classique, en bois avec un bac à sciure c’est le meilleur procédé… Équation d’un bon compostage? Matières organiques( caca pipi!) + matieres carbonnés (végétaux, bois broyés ou en sciure) et oxygène… le booster peut être une poignée d’humus avec plein de micro organismes qui sont nos amis pour la vie ! Et c’est tout ! Il ne faut rien d’autre, pas de film plastique, pas de sable !

  2. Rien de nouveau les ancien utilisait déjà les toilettes sèche. Les cosmonautes aussi utilise leurs déchet fécale pour la culture de tomate bio spaciale . Quel moderniste de faire 6 pas en arrière enfin on ouvre les yeux prochaine étape la révolution du peuple 1789 on prend la Bastille et on sort la guillotine pour le roi

  3. C’est une litière pour chat en gros…. Super l originalité, si tu es dans la nature loin de l eau et l’électricité, doit pas y avoir grand monde dans le coin, autant allez creuser un trou dehors pour aller chier ;).

    De plus vous parlez d’un chiotte à 74 dollars en gros, ok sauf que dans les pays dit “riche”, il ne doit pas y avoir bcp de campagne sans eau ou électricté, le produit s adresse à des pays pauvres, pays pauvres ou pour bcp 75 dollars c’est le salaire mensuel !.

  4. Bonjour, pourquoi les pays pauvres ? Je pense au contraire que ce type de toilettes devraient être obligatoire dans tous les pays riches, puisque nous avons les moyens de mettre en place le traitement des déchets. Et ce qui nous amènerait peut être à reconsiderer l’eau comme une richesse, une chance et non comme un dû.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page