Innovation

Kumulus : ils inventent un appareil qui convertit l’humidité de l’air en eau potable

Au Maghreb, un quart de la population tunisienne, marocaine et algérienne n'a pas accès à l'eau potable, mais le Kumulus pourrait bien être la solution à ce problème !

En Europe et dans de nombreux pays du monde, il suffit de tourner un robinet pour remplir un verre d’eau et le boire. Il suffit de tourner un autre robinet pour sentir l’eau couler sur son corps en prenant sa douche… Et il suffit de tirer une chasse d’eau pour voir de l’eau absolument potable filer vers les égouts ! Dans nos pays, nous n’avons pas tous conscience que l’eau potable est un luxe. Et pourtant, selon les Nations Unies, même si l’accès à l’eau potable est un droit pour tous, force est de constater que plus de 2 milliards d’êtres humains n’y ont pas accès ! En Afrique, un être humain sur quatre seulement dispose d’un accès à l’eau potable. Et c’est justement d’Afrique du Nord, de Tunisie que nous vient cette nouvelle invention qui transforme l’air ambiant en eau potable. Présentation.

Le concept en détails

Kumulus, c’est le nom de cette technologie qui se calque sur le phénomène de la rosée du matin. Leur machine peut capturer l’humidité de l’air ambiant afin de la transformer en eau potable. Iheb Triki, l’un des co-fondateurs de Kumulus, explique que son concept est de répliquer la rosée matinale. Il explique que l’air ambiant, chargé d’humidité entre dans la machine et passe dans un filtre qui le dépollue, puis l’air ainsi nettoyé pénètre dans la machine qui condense l’humidité capturée. Un principe simple qui pourrait donner accès à l’eau potable dans certaines parties du pays.

L'équipe de Kumulus Water
Crédit photo : Kumulus Water

Premiers tests dans une école

Dans la petite ville d’El Bayadha, située toute proche de la frontière avec l’Algérie, c’est l’école primaire de la ville qui bénéficie la première de cette invention locale. Il faut savoir que dans cette région située à l’Ouest de la Tunisie, l’accès à l’eau potable n’est pas une évidence pour tout le monde. Installer une machine comme le Kumulus dans une école primaire, c’est comme l’installer dans un centre névralgique, qui voit passer beaucoup de monde. De plus, apporter de l’eau potable dans une école, c’est aussi faire diminuer les maladies liées à la consommation d’eaux souillées.

“quelque 2,2 milliards de personnes ne disposent pas de services d’alimentation en eau potable gérés en toute sécurité*, 4,2 milliards sont privés de services d’assainissement gérés en toute sécurité et 3 milliards ne possèdent même pas d’installations de base pour se laver les mains.” OMS

La machine Kumulus-1
Crédit photo : Kumulus Water

Ils attendent désormais l’homologation

Même si le Kumulus est en test dans l’école primaire, pour le moment, il n’est pas homologué par les autorités sanitaires du pays. Mais, d’après les inventeurs, cela ne saurait tarder. Le Kumulus permettrait de fournir entre 20 et 30 litres d’eau potable par jour, sans aucun branchement électrique ni source annexe d’eau. Dans les trois pays d’Afrique du Nord que sont la Tunisie, le Maroc et l’Algérie, environ un quart de la population de chaque pays n’a pas accès à l’eau potable.

À LIRE AUSSI :  Comment économiser facilement et simplement l'eau (potable) à la maison et au jardin

Pourtant, Audrey Azoulay, directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) rappelle que “l’accès à l’eau est un droit humain vital pour la dignité de chaque être humain. Pourtant, des milliards de personnes en sont toujours privées”. Il serait judicieux que les autorités tunisiennes se penchent sur le Kumulus, et l’homologuent; il permettrait à des dizaines de personnes de voir ce droit vital et humain enfin respecté. Nous on valide l’idée, qui semble en plus, assez simple à mettre en place… Et vous ? Plus d’infos : kumuluswater.com

une machine pour transformer l’air ambiant en eau potable
Crédit photo : Kumulus Water

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page