Innovation

L’invention d’un banc rafraichissant pour lutter contre les îlots de chaleur

Utiliser l'air frais des carrières parisiennes pour se rafraichir par le biais d'un banc, un concept intelligent qui verra peut-être bientôt le jour...

À m’asseoir sur un banc, cinq minutes, avec toi, et regarder les personnes, tant qu’y en a, chantait Renaud dans son célèbre Mistral Gagnant. Et si ce banc ne vous permettait pas seulement de poser vos fesses, mais aussi de vous rafraîchir ? Un banc étonnant et insolite, en pierre, avait été installé dans le 13ᵉ arrondissement de Paris, captant l’air rafraîchi dans les carrières de la ville, puis le rediffusant. Ce banc, qui se trouvait sur la place Jeanne d’Arc était un « banc test », destiné à lutter contre les îlots de chaleur. Installé à l’été 2021, nous ne savons ce qu’il est devenu mais le concept était intelligent. Retour sur une invention qui pourrait bien resurgir un jour !

Quel était donc ce banc innovant ?

Vous ne le savez peut-être pas, mais la ville de Paris est construite en partie sur 280 à 300 km de carrières, principalement sous les 5e, 6e, 13e 14e et 15e arrondissements. Carrières interdites de visites soit-dit en passant, sous peine d’une amende de 68 €. Dans ces carrières, la fraîcheur est de mise, et le prototype du banc climatique détourne la technique du puits provençal (ou puits canadien) pour puiser l’air frais des carrières et le renvoyer en surface. Concrètement, dès que la température de 25° C est atteinte, une sonde déclenche un mécanisme de ventilation, et l’air frais remonter par des fentes situées sur les côtés du banc. Il est fabriqué avec un matériau local, puisqu’il est en grès parisien.

Un banc rafraîchissant inspiré du principe du puits provençal (ou puits canadien)
Un banc rafraîchissant inspiré du principe du puits provençal (ou puits canadien). Crédit photo : Air des Carrières / Rocamat

Qui a eu cette idée géniale ?

On vous l’accorde, pour que cela fonctionne, il faut que le sous-sol abrite des carrières « remplies » d’air, sinon ça ne fonctionne pas. L’idée vient de deux designers, Emma Lelong et Rémi Nguyen, et de trois architectes urbanistes de l’agence Alt (Rocamat), Frédéric Blaise, Guillaume Duranel et Julia Lenoir. Le projet a été proposé dans le cadre du programme FAIRE du Pavillon de l’Arsenal. Soutenu par de nombreux partenaires et par la mairie du 13ème arrondissement, le banc est non seulement une idée formidable, mais en plus, il est un mobilier urbain agréable à regarder.

À LIRE AUSSI :  Belgrade s'équipe de mobilier urbain "photobioréacteur" qui capture le CO2 et le transforme en oxygène

D’autres bancs plus insolites, en Pologne, et en Belgique !

En Pologne, il existe un « banc de discussion », et c’est une belle manière de lutter contre l’isolement des personnes âgées ou des célibataires. Dans la ville de Cracovie, des bancs appelés « Happy to chat » ne sont pas faits que pour s’asseoir. Si vous vous asseyez seul sur ce banc, ne soyez pas étonnés que une personne s’installe à côté de vous, et engage la discussion. Les bancs Happy to chat sont là pour ça ! Peu importe la raison pour laquelle on a envie de parler à quelqu’un, en s’asseyant sur ce banc, vous avez toutes les chances de trouver une personne pour parler de la pluie et du beau temps, ou plus si affinités. En Belgique, c’est aux mamans allaitantes que pense la ville de Courtrai. Elle a en effet, installé un banc d’allaitement, où il est possible de trouver un tire-lait et un coussin… Deux places sur ce banc, en quinconce pour que deux mamans puissent discuter en allaitant bébé. Un banc pratique, mais qui délivre aussi un message de tolérance à ceux qui pensent que l’allaitement ne devrait pas se faire en public.

Source
Paris.fr

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page