Innovation

L’invention d’une « poubelle » qui transforme les sacs plastiques en « briques »

Compresser les sacs et emballages plastiques directement chez les particuliers pour qu'ils ne soient plus une source de pollution, c'est l'idée géniale de l'entreprise Clear Drop basée au Texas !

Souvenez-vous, dans les années 1980, lorsque vous passiez à la caisse d’un supermarché, vous aviez des sacs plastiques à volonté en sortie de caisse. Ils étaient gratuits et pratiques, mais également très polluants. En France, ces sacs plastiques ne sont plus autorisés depuis 2016 et ont été remplacés par des sacs cabas payants, mais échangeables à vie généralement. En revanche, dans de nombreux autres pays du monde, ces sacs plastiques polluants sont toujours autorisés, ce qui n’est pas une excellente nouvelle pour la planète. Certes, ils peuvent servir plusieurs fois. Cependant, ils sont particulièrement légers, et par conséquent, peuvent s’envoler et se retrouver accrochés à un arbre ou à flotter dans les océans. Ils sont un danger non seulement pour la nature, mais également pour la faune qui peuple cet environnement où ils se retrouvent ! Pour tenter de recycler correctement les sacs plastiques, l’entreprise Clear Drop invente des briques conçues à base de sacs plastiques pressés. Découverte.

Clear Drop, pour quoi faire ?

L’entreprise veut rationaliser le recyclage des sacs plastiques en les compressant dans des briques. En réalité, chaque brique est fabriquée avec des sacs plastiques compressés maintenus au fur et à mesure de l’assemblage par une fine couche de plastique fondu. Ce procédé entend résoudre le problème des sacs plastiques difficiles à séparer et à stocker avant qu’ils ne partent au recyclage. Dans les centres de tri, nombre de ces sacs finissent par s’envoler et vont polluer la nature environnante. C’est donc pour résoudre ce problème que l’entreprise imagine un nouveau mode de stockage de ces contenants. Le Clear Drop SPC est conçu pour vous aider, en comprimant vos sacs en briques compactes.

Comment ça marche ?

Après l’avoir vue, la SPC (Soft Plastic Compactor) ressemble à une poubelle de cuisine ordinaire, mais avec une petite différence. En effet, elle se remplit uniquement de sacs plastiques. Des sacs et des films plastiques que l’on peut trouver autour des aliments (saucisses de Francfort, fromage, charcuterie). À chaque ajout de matière, une presse vient tasser les plastiques et dépose une fine couche de plastique pour les maintenir au fond de la brique.

Placer seulement tous les plastiques souples : sacs, emballages, emballages dans le SPC.
Placer seulement tous les plastiques souples :
sacs, emballages, emballages dans le SPC. Crédit photo : Cleardrop

Lorsque la brique est pleine, une autre petite couche de plastiques non compressés vient faire office de poignée pour la déplacer. Selon la société Clear Drop basée au Texas, un procédé breveté empêche le SPC de dégager des fumées toxiques « à des niveaux supérieurs à ceux acceptés par les réglementations et les normes sanitaires » lors de la fusion du plastique.

Une brique en plastique prête à être recyclée.
Une brique en plastique prête à être recyclée. Crédit photo : Cleardrop

Un nouveau moyen de recyclage pour les particuliers ?

La brique SPC ne se destine pas exclusivement aux centres de recyclage, mais également aux particuliers. Clear Drop devrait vendre cette innovation au prix de 295 $ dès l’année prochaine et entend faire entrer les briques SPC dans les foyers. L’idée étant que les utilisateurs forment leurs briques avec leurs propres déchets plastiques, puis les déposent en mode compactées sur le trottoir. Ces dernières seront ramassées et livrées au centre de recyclage par le service de collecte des ordures ménagères. Une fois les briques arrivées à bon port, les employés pourront enlever les fines couches de maintien, pour trier les emballages plastiques qui pourront être recyclés. Plus d’informations sur ce concept ? Rendez-vous sur le site Clear Drop SPC.


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, je m'épanouis dans l'exploration et la communication des actualités, de l'environnement, ainsi que des domaines liés aux sciences et à la psychologie. Depuis que j'ai entamé mon parcours dans le monde de la rédaction, j'ai constamment été inspirée par la diversité et la richesse des sujets abordés dans ces domaines, cherchant à les rendre accessibles et captivants pour mes lecteurs. Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens.

Un commentaire

  1. Lorsque les sacs plastiques se retrouvent disséminés dans la nature, c’est souvent que le transporteur des déchets a négligé de vérifier les attaches de son filet au-dessus des déchets, et que ceux-ci ce sont déployés à travers la campagne portés par le vent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page