Innovation

Un inventeur dévoile une machine innovante qui transforme les sacs plastiques en carburant

Une nouvelle invention pour recycler les plastiques ? L'idée étant de rendre aux sacs leur forme originelle : du pétrole brut !

Ah les déchets plastiques ! Nous en parlons beaucoup, et nous savons désormais qu’ils sont un véritable fléau pour l’environnement, dont les océans. Saviez-vous par exemple que les Américains utilisaient 100 milliards de sacs en plastique chaque année ? Et que ces milliards de sacs sont fabriqués avec 12 millions de barils de pétrole ! Un sac en plastique, si petit soit-il, met environ 1 siècle à se dégrader dans la nature. Et encore, il ne se désagrège pas totalement mais se transforme en microplastiques, polluants et destructeurs pour la faune et la flore maritimes. Un inventeur japonais du nom d’Akinori Ito propose une solution intelligente et innovante pour recycler ce type de déchets. Grâce à son invention, il promet de convertir le plastique des sacs en carburant. Intéressant non ? On vous explique tout !

Quelle est cette invention ?

Akinori Ito a créé un appareil électroménager qui va convertir les sac plastiques en carburant donc. Ne pensez pas que vous allez pouvoir le mettre dans le réservoir de votre voiture, le combustible fabriqué ne peut être utilisé que pour générer de la chaleur. Et il part d’une idée toute simple: puisque les sacs en plastiques sont fabriqués à base de pétrole, ils peuvent redevenir du carburant ! Rappelons que le pétrole brut, lorsqu’il est raffiné, termine dans nos réservoirs et est aussi utilisé pour les poêles et générateurs !

Un inventeur japonais a construit une machine qui transforme les sacs en plastique en huile
Un inventeur japonais a construit une machine qui transforme les sacs en plastique en huile. Crédit photo : UN University/YouTube

Pourquoi cette invention ?

L’inventeur Japonais explique qu’un kilo de plastique peut produire un litre de pétrole et que le processus de conversion nécessite environ 1 kWh d’électricité (environ 20 cents aux Etats-Unis). Certes, le produit final émettra bien du CO2 puisqu’il sera brûlé, mais cette méthode de recyclage pourrait révolutionner le monde et aider à traiter les déchets plastiques. De plus, son invention fonctionne pour un usage domestique, ce qui permettrait à ceux qui la possède de tendre vers l’indépendance énergétique, un autre bon point !

À LIRE AUSSI :
Chimie verte : des scientifiques transforment des déchets plastiques en arôme de vanille

Mais comment ça marche ?

La machine utilise une technique de pyrolyse qui transforme un composé en un autre plus petit en le chauffant à des températures très élevées. Elle peut traiter différents plastiques comme le polypropylène, le polystyrène ou le polyéthylène mais ne peut pas traiter les bouteilles en plastique. Le plastique est chauffé puis introduit dans un four sous pression, sans oxygène, qui chauffe à 427°C. Le plastique devient alors liquide et la machine le transforme en gaz, qui est ensuite piégé et refroidi; la vapeur qui se condense quand elle refroidit produit du pétrole brut ! Le mélange obtenu est un amalgame d’essence, de diesel, de kérosène et d’huile.

L’inventeur explique que sa machine ne produit aucune substance toxique mais seulement une petite quantité de résidus de charbon inerte qui peut être jetée dans les ordures ménagères classiques. Les inventions et innovations en matière de traitements, recyclages ou récupérations des plastiques sont nombreuses. Pourtant, ces déchets plastiques semblent de plus en plus présents sur notre planète. Quand les autorités du monde entier prendront-elles conscience qu’il faut agir à la base, donc sur ces plastiques pour tenter de limiter les dégâts ? Il faudra des centaines d’années pour parvenir à nettoyer les océans du plastique, il serait peut-être temps qu’on arrête d’en rajouter non ?

Source
Interestingengineering.comThecivilengineer.org

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

16 commentaires

  1. C’est combien cette machine ? et en avoir ici chez nous nous souffrons des déchets plastiques j’ai un projet pour la gestion des déchets plastiques

  2. Bonjour Mr Akinori…..
    Nous vous informons comme suit:

    Plusieurs procédés en Europe et aux États-unis ainsi qu’en Angleterre et en Espagne ont des unités qui traitent depuis quelques centaines à plusieurs milliers de tonnes par le procédé de Pyrolyse.
    ALTERRA ENERGY à Akron aux États-Unis, ainsi que QUANTAFUEL Norvège a Skyve au Danemark.
    Tous deux ont déjà des usines qui traitent 20000 Tonnes par an sur le même principe de la pyrolyse des dechets plastiques.
    CYNAR PLC a Almeria en Espagne traite également par pyrolyse 5000 Tonnes de déchets plastiques par an
    Plusieurs petit industriels tel Heawark “crysalis ” a puget dans les Alpes maritimes travaillent également sur la pyrolyse des dechets plastiques pour alimenter les camions des communes qui adopteront leurs procédés.

    En ce qui nous concerne dans ce cadre nous allons présenter prochainement un nouveau procédé de pyrolyse totalement différent dans sa technologie, qui devrait permettre de traiter plusieurs centaines de milliers de tonnes par an de pneus usagés.

    Cette étude est proposée par nos services avec les Américains et Norvégiens. Viendrons ensuite se joindre à nous plusieurs dirigeants de la péninsule Arabique.

  3. Le procédé que propose Mr Akinori est une valeur qui devrait également intéresser les communes.
    Souhaitons bonne chance à tout ces hommes qui recherchent une issue dans l’intérêt général, car n’oublions pas qu’il est prouvé que la décomposition des déchets plastiques ont commencé à empoisonner les océans et la chaîne alimentaire.

  4. Le procédé à été inventé par une indienne voilà plus de quinze ans…Alka Zadgaonkar, professeure dans une petite université de la ville de Nagpur, a vu son procédé testé et validé par la Indian Oil Corporation (IOC), l’une des plus grandes compagnies pétrolières indiennes.
    Mais,c’est une femme et une indienne, alors….

  5. Ce n est pas son invention car un professeur indien l’a déjà inventer et reproduit déjà dans le monde et même en France la machine en france s’appelle chrysalide et le produit fini et même déjà mis dans des camions poubelles
    Sur lequel est marqué “je roule au plastique”.

  6. Il faut arrêter de demander à la personne qui écrit des articles quoi que ce soit. C’est pas son job.

  7. « la machine ne produit aucun déchet toxique »
    Mouais, à condition qu’on filtre bien les types de plastiques qu’on lui fait ingurgiter, vu le nombre de substances que contiennent certains plastiques.

  8. Toutes ces machines sont merveilleuses mais resterons à l’état de prototypes.
    Les gouvernements sont aux ordres des lobbies qui les récompensent grassement. Et les verts prônent le retour à l’ère sovietique (entasser les gens dans les villes, faire d’immenses champs pour nourrir la planète etc). Entre les deux, il y a nous les gens normaux, si veulent vivre en harmonie avec la nature. Ca fait pas vibrer mais qu’est ce que ce serait bon d’être ‘ombreux et d’imposer notre vision a tous…

  9. Je m’étais renseigné il y a quelques mois sur cette machine
    Prix avec frais de transport : 15 000 euros

  10. Le mieux est quand même d’arrêter au maximum la production de plastiques car les utiliser comme carburant pour le chauffage contribuera toujours au réchauffement climatique avec l’émission de gaz à effet de serre…

  11. Testé dans notre entreprise ya des années, peut être domestique ok, mais processus très difficile a controler pour des batch en continu, R & D abandonné…Bonne chance ! Une entreprise a Québec, rive sud, fait le recyclage du polystyrène, en passant…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page