Innovation

T Power H2O : un Brésilien affirme avoir inventé une moto capable de parcourir 500 km avec 1 seul litre d’eau

Le « moteur à eau » existe-t-il vraiment ? Un Brésilien fait le tour de la toile, avec une vieille moto Honda qu'il aurait transformée pour qu'elle fonctionne avec de l'eau et de l'hydrogène.

Depuis quelques années, une information fait le tour de la toile et du monde. Un jeune inventeur brésilien explique qu’il aurait inventé un moteur à eau, qui lui permettrait de parcourir 500 km avec un seul et unique litre d’eau. La moto H20, inventée par Ricardo Azevedo, serait évidemment une invention capitale si ses dires se vérifiaient. Dans son garage de Sao Paulo, il a en fait transformé une vieille moto Honda de 1993, en véhicule qui fonctionne à l’hydrogène, donc « avec de l’eau comme carburant ». Révolutionnaire ou grosse “Fake News”, impossible de le vérifier bien sûr, mais ce qui est certain, c’est qu’il est désormais connu dans le monde entier ce Ricardo ! Présentation de son invention.

Comment fonctionne cette drôle de moto ?

« Le moteur brise les molécules d’eau pour les transformer en oxygène et en hydrogène, l’hydrogène est produit en grande quantité, et je l’utilise pour faire tourner le moteur. », relate le site Euronews dans un article aujourd’hui supprimé. Concrètement, la moto H₂O est dotée d’une batterie de voiture qui produit de l’électricité, et isole l’hydrogène grâce à l’électrolyse. Comme sur tous les moteurs à hydrogène, c’est la combustion qui fait avancer le véhicule. L’inventeur a travaillé plusieurs mois, dans son garage, afin d’améliorer son concept, et il pense, à juste titre, que son idée pourrait contribuer à réduire la pollution dans le monde entier. Logiquement, cette moto n’émet aucun gaz polluant puisque de la vapeur d’eau sort du pot d’échappement. Selon lui, il aurait pu parcourir 500 km avec son prototype de moteur à eau.

Le concept consiste à combiner de l'eau et une seule batterie de voiture externe, qui est utilisée pour produire de l'électricité et séparer l'hydrogène de la molécule d'eau.
Le concept consiste à combiner de l’eau et une seule batterie de voiture externe, utilisée pour produire de l’électricité et séparer l’hydrogène de la molécule d’eau. Crédit photo : AP Archive (capture d’écran vidéo YouTube)

L’avis des spécialistes brésiliens

Pour l’instant aucune validation de ce moteur à eau n’est encore prévue. Mais, « chaque nouvelle invention doit être respectée, et même si celle-ci parait un peu folle, ou issue d’un bricolage maison », rappelle Marcelo Avires, professeur d’université à Sao Paulo. Le professeur explique également, que l’hydrogène, un gaz non toxique, inodore et incolore, est très abondant et qu’il est probablement l’avenir des carburants fossiles. « L’avantage de cette moto qui fonctionne à l’hydrogène qui provient de l’eau est qu’elle n’émet que de la vapeur d’eau par l’échappement, alors qu’un moteur thermique produit du monoxyde de carbone. », relate le Dailymail.

À LIRE AUSSI :  Cet appareil qui détecte les fuites d'eau est classé dans le top des 200 plus grandes inventions de 2022

Le moteur de la moto H₂O serait capable de fonctionner avec de l’eau potable ou non, et ne demanderait donc aucune « assistance électrique » pour fonctionner ! Marcelo Avires pointe aussi du doigt le fait que les véhicules électriques, vendus pour être « propres et verts », sont finalement dépendants aussi des énergies fossiles, puisqu’il faut de l’électricité pour les faire avancer ! Ce qui n’est pas le cas du moteur à hydrogène qui fonctionnerait uniquement avec de l’eau. Une invention à suivre…

Mais, au fait, qui a inventé le premier « moteur à eau » ?

L’histoire de l’invention du premier moteur à eau remonte aux années 1970, lorsque Jean Chambrin, ingénieur rouennais, s’associe à Jack Jojon. Ils déposent alors un brevet pour un « dispositif d’aménagement d’un moteur à combustion en vue de son alimentation avec un carburant additionné d’eau », en 1974. Les deux hommes utilisent un dispositif ressemblant à une marmite de Séguin qui casse la molécule d’eau entre oxygène et hydrogène. Le moteur de Chambrin et Jojon fonctionne en réalité avec 60 % d’eau et 40 % d’alcool, ce qui, à l’époque, aurait permis de faire chuter la consommation de carburant fossile de 50 %.

Jean Chambrin, garagiste rouennais.
Jean Chambrin, garagiste rouennais. Capture d’écran vidéo YouTube

Après le dépôt de brevet, et la promenade d’une Citroën équipée de ce moteur, qui parcourt 100 km sans encombre, les autorités françaises lancent une série d’expertises. Des expertises qui ne valideront pas l’invention du moteur à eau ! De leur côté, les deux inventeurs dénoncent l’industrie automobile et le lobby pétrolier qui s’accrochent comme des huîtres à leur rocher, au lucratif carburant classique. Il est également important de rappeler qu’il n’existe pas (encore) de moteur fonctionnant uniquement avec de l’eau. À méditer peut-être ?

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

10 commentaires

  1. En tant qu’ingénieur en Énergétique spécialité turbomachines, je peux indiquer que la molécule d’eau est une des molécules les plus stables chimiquement. Il faut donc beaucoup d’énergie pour dissocier les atomes d’hydrogène de l’atome d’oxygène pour pouvoir recréer la réaction de combustion (oxydation) afin de transformer la chaleur en travail. Donc dans ce processus il n’y a aucune production d’énergie et le bilan est même négatif du simple fait que les rendements de chacune des transformations sont inférieurs à 1en raison de pertes inhérentes à toute transformation physique dans notre monde. Par conséquent, le moteur à eau uniquement ne peut exister et fournir du travail (déplacer une masse) dans source d’énergie extérieure. Désolé de vous décevoir et briser vos rêves

  2. 1 litre d’eau contient environ 140 g d’hydrogene. Une voiture consomme environ 1kg d’hydrogene pour 100 km. 1 litre d’eau pour 500 km en moto représente donc environ une consommation 35 fois moindre qu’une voiture ce qui parait peu crédible mais surtout, ce qui n’est indiqué nulle part, c’est combien de fois notre “chercheur” doit recharger sa batterie pour consommer un litre d’eau… et là le bilan avec une batterie disons de 3KWh et 33 kwh pour 1 kg d’hydrogene, nous donne 33*0,14= 4,6 kwh d’hydrogene dans le réservoir nécessitant, avec un rendement de 25% pour l’électrolyse, 18 KWh de batterie soit encore 6 recharges. Mais comme le chercheur sous-estime sa consommation réelle d’un facteur de l’ordre de 10, on peut estimer qu’il faut environ 60 recharges de batterie pour consommer son litre d’eau. C’est évidemment moins vendeur mais certainement plus conforme à la réalité.

  3. À votre avis pourquoi Nestlé est en train de mettre la main sur l’eau autour de la planète ? 1 pour nous la vendre car notre corps en à besoin. 2 car quand la transition et l’emenuisement du fossile le moteur à eau/hydrogène sera la norme.

  4. Si le frérot a vraiment réussi a faire brulé de l’eau…
    c’est que la physique viens de se bridé, mais attend…. ça veux dire que c’est un Orks de Warhammer 40000

  5. Je vous aime bien neozone mais parfois c’est limite comme ce post qui sous entend une chose que la
    Science actuelle ne valide pas .
    ça nourrit le complotisme industriel de nourrir le doute et l’espoir sur le moteur à eau

  6. Ils sont prêt à raconter les pires salades pour vendre leur pub.
    Et pour Alkane, Nesté peut encore prendre beaucoup d’eau avant d’avoir vidé les océans, surtout que l’hydrogène consommée par les moteurs refabrique l’eau avec lequel il a été fabriqué.
    Ceci dit c’est par cobtre vrai que Nestlé privatise l’eau “potable” de façon très inquiétante.

  7. Pourquoi vous ne parlez jamais de jean-Luc Perrier?
    Il a fabriqué dans les années 1980 un concentrateur parabolique solaire qui faisait tourner une turbine pour un alternateur et une électrolyte de l’eau. Pour remplir des bouteilles d’hydrogène gazeux et prouver qu’on pouvait faire rouler une sumac 1000 à l’énergie solaire…il était prof d’enseignement technique…
    Il est dcd suite à un accident.
    Mais il a fait un livre la dessus. Avec photos et commentaires de journalistes et scientifiques…parlez en
    Car c’était du concret. Pas des fakes news….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page