Innovation

Il invente un interrupteur innovant, sans fil ni batterie pour économiser jusqu’à 50 % de câblage électrique

Ce chercheur en génie électrique de l’Université de l’Alberta, au Canada, a conçu un interrupteur d’éclairage sans fil alimenté à l’énergie générée par les signaux de radiofréquence. Il pourrait permettre à ses utilisateurs d’économiser jusqu’à 50 % du coût de câblage d’une maison.

Le premier interrupteur d’éclairage à coupure rapide a été inventé en 1884 par l’ingénieur électricien John Henry Holmes. Ce composant sert à contrôler l’ouverture et la fermeture d’un circuit électrique. À l’état désactivé, il ressemble à un circuit ouvert qui empêche le courant de passer. À l’état activé, un fil conducteur ferme le circuit, allumant le système grâce à la circulation du courant. Au fil du temps, cette technologie s’est améliorée et s’est déclinée en plusieurs variantes (unipolaire, bipolaire, « va-et-vient », double, inverseur, à minuterie modulaire, sans fil, etc.).

Les interrupteurs sans fil existent depuis plusieurs années. Il est déjà démontré que ces dispositifs permettent de réduire grandement le coût des travaux d’installation électrique d’une maison. Les modèles plus anciens sont équipés de piles, mais les plus récents sont autonomes. Dans cette étude récente, l’ingénieur Kambiz Moez est d’ailleurs parvenu à créer un nouveau type d’interrupteur d’éclairage autonome, sans fil et sans pile. Cette innovation a la particularité d’utiliser l’énergie produite par les signaux de radiofréquence environnants pour fonctionner. Décryptage.

L'ingénieur et professeur de l'université d'Alberta Kambiz Moez présente son invention, l'interrupteur RF.
L’ingénieur et professeur de l’université d’Alberta Kambiz Moez présente son invention, l’interrupteur RF. Crédit photo : Capture d’écran University of Alberta (Geoff McMaster)

Comment fonctionne cette nouvelle technologie ?

Ce système est composé d’un émetteur au niveau de l’interrupteur et d’un récepteur au niveau du luminaire. Selon son concepteur, cette nouvelle technologie est unique, car ses commutateurs fonctionnent sans piles. Kambiz Moez affirme que cela représente un grand avantage puisque les propriétaires ne perdent plus leur temps à remplacer les piles de ces équipements dans leur maison. Ce nouveau dispositif capte l’énergie provenant des sources ambiantes, dont les signaux de radiofréquence (RF). Pour cela, il est nécessaire d’équiper d’un ou de deux émetteurs de puissance RF chaque étage du bâtiment pour alimenter l’ensemble des interrupteurs qui y sont installés.

Quelles sont ses diverses applications ?

Cet ingénieur canadien a réalisé un prototype d’interrupteur sans fil fonctionnant à l’énergie des signaux RF en dépensant moins d’un euro. Selon lui, cette nouvelle technologie peut être installée sur tous les types de mur du bâtiment. Elle serait évolutive, facile à reproduire, efficace et simple d’utilisation. Le système peut d’ailleurs être fabriqué en sur-mesure afin de répondre exactement aux exigences des utilisateurs (propriétaires, entreprises, organismes de réglementation, etc.). Il peut également être connecté à des capteurs d’humidité, de température et d’occupation. Cela permet à des foyers de réaliser des économies d’énergie significatives. Les résidents peuvent contrôler sans fil l’électricité dans leur logement. En outre, Kambiz Moez a affirmé que son invention pourrait aider à alléger les coûts de construction de maisons au Canada. Ce qui atténue probablement la crise actuelle du logement dans ce pays.

Conseils pour installer un interrupteur d’éclairage sans fil

Les interrupteurs sans fil sont faciles à poser. Mais pour des questions de sécurité, il convient de confier cette tâche à un installateur professionnel. Tout d’abord, il convient de bien vérifier la distance entre l’interrupteur et le micromodule au niveau de la lampe, en respectant la portée indiquée par le fabricant. Avant de réaliser les travaux, l’alimentation électrique de la pièce concernée doit être coupée en actionnant le disjoncteur sur le tableau électrique. L’installateur peut ensuite brancher le micromodule à côté du luminaire. Enfin, il reste à fixer la commande sur un mur à l’aide d’une vis ou d’un adhésif. Avec le nouvel interrupteur sans fil de Kambiz Moez, il faut aussi prévoir l’installation des émetteurs de puissance RF dans le bâtiment. Schneider Electric France avait dévoilé en 2020, un interrupteur sans fil sans pile d’Odace fonctionnant sur un autre principe (vidéo ci-dessous). Plus d’informations : ualberta.ca. Que pensez-vous de cette invention ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
techxplore.com

Tsiory Laurence

Titulaire de Licence en communication et en langue française, j’exerce le métier de rédactrice francophone web depuis une dizaine d’années. Avant de rejoindre l’équipe de rédaction de Neozone, j’ai collaboré avec quelques agences de communication web locales, ce qui m’a permis de consolider mon expérience et mes connaissances en matière de création de contenus web. J’accorde une grande attention à chaque article que j’écris afin de vous fournir des informations, des solutions, des conseils ou des idées pour nous faire avancer. Je suis capable de traiter divers thèmes, mais je préfère surtout les sujets autour de l’innovation, de la technologie, du voyage, de l’immobilier et des actualités en général. À travers les articles que je rédige pour Neozone, j’espère vous faire connaître des inventions et des produits utiles au quotidien, ainsi que des inventeurs et des entreprises novatrices en France, en Europe et dans le monde entier. « La vie est une grande école où à chaque instant l’Homme s’enrichit et tire une leçon de ses propres expériences ». Cette citation de Maude Anssens m’inspire dans tout ce que j’entreprends au quotidien. J’aime aussi suivre les actualités politiques et économiques internationales. Je pense que donner le meilleur de soi et s’adapter aux évolutions du monde autant que possible sont des valeurs importantes qui peuvent nous aider à progresser et à rester toujours efficace. Je suis sur Linkedin si vous voulez me faire passer un message.

19 commentaires

  1. Ah ouai… Le type révolutionne la domotique sans apport énergie avec 1 interrupteur quand enocean fait depuis des années….
    Réinventer la roue carrée quand t’as une roue ronde faut se questionner quand même

  2. Euh je devrais pas le dire mais ça fait au moins 10 ans que Schneider a le même interrupteur (sans fil, sans pile) dans leurs catalogue…

    1. Pour en avoir en piezo, l’intérêt est de pouvoir avoir des interrupteurs plus silencieux et potentiellement plus fiable.
      Sans compter, comme l’indique l’article (pour ceux qui l’ont lu avant de commenter) la possibilité d’alimenter des capteurs (comme un interrupteur présentiel) ce qui est impossible en piezo.

  3. Cela augmente les rayonnements électromagnétiques à l’intérieur des bâtiments
    Quid des personnes electrosensibles et des perturbations électromagnétiques
    Les modules d’émission des ondes RF et les récepteurs sont consommateurs d’énergie électrique réseau et enlèvent l’intérêt d’avoir un interrupteur “passif”
    Mieux, utiliser un interrupteur qui en appuyant sur un bouton, génère l’énergie pour transmettre un ordre à un récepteur qui consomme de l’énergie, on gagne au moins en s’affranchissant des émetteurs RF

  4. C’est bien, il vont encore blinder nos baraques d’informatique, pour rendre notre quotidien encore plus infernal : je parle de la dictature des mises à jour pour “question de sécurité”, du besoin d’activer du Wi-Fi parce que ces guignols sont incapables de faire sans (on a vu ça avec les ampoules à LED muticolores), ou d’avoir un smartphone Androïd pour piloter/mettre à jour/blablabla.

    Hors de question que je laisse ça rentrer chez moi, j’ai déjà bien assez de taf sur mon PC avec l’incompétence généralisées des informaticiens ou “développeurs”. Et QUID du petit con qui va s’amuser à balancer des ondes RF calibrées pour actionner tes lumières à distance…

    N’importe quoi. Un monde d’économie c’est un monde capitaliste où on fout du placo-plâtre partout, où l’architecture est réduite à du minimalisme cubique déprimant, et où ton mobilier IKEA est constitué de vulgaires planches et même pas foutu de tenir droit. Donc rogner sur les câbles et me coller plus d’informatique, ça va merci.

  5. Bonjour
    c’est bien joli cette technologie mais êtes-vous vraiment en phase avec la réalité du monde d’aujourd’hui.
    Si effectivement alimenter le point lumineux en direct et le piloter via un interrupteur non connecté électriquement ou un smartphone est une bonne solution et une réduction de risque d’incendie.
    Il n’est pas la solution vis-à-vis d’une commotion d’énergie réduite.
    Les piles 2032 utilisées pour ce genre de technologie sont à changer au maximum une fois par an, si beaucoup d’utilisations.
    Nous avions exploré cette technologie il y a 3 ou 4 années afin de pouvoir diagnostiquer des pannes réseau électrique au niveau des transformateurs.
    Un manque d’envie ou d’initiative ne l’a pas confirmé. Après une tempête comme nous avons pu subir en Bretagne les jours derniers cette technologie nous aurait certainement aidé, que ce soit côté panne, ou calibration en fonction des besoins. Linky est censé résoudre le problème ( mais bien plus consommateur d’énergie, de maintenance et d’entretien mais certainement garantie mieux les résultats grâce au réseau itineris un retour fiable) .

  6. La particularité de fonctionner avec une énergie résiduelle présente dans l’environnement est innovante. Félicitations à vous, Monsieur Kambiz

  7. Mettre des emetteurs RF à chaque étage pour faire fonctionner cette pseudo innovation me paraît une connerie car vous créez une pollution et une consommation pire que les piles, les câbles sont durables et recyclable, fausse bonne idée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page