Innovation

Une éolienne en kit « IKEA » inventée par un adolescent de 15 ans fournira de l’électricité au Kenya

Le projet Angaza Africa a pour objectif de fournir de l’électricité aux communautés kenyanes touchées par les catastrophes naturelles et aux établissements qui se trouvent dans des zones reculées, loin du réseau électrique. La source d’énergie utilisée sera une éolienne de poche, créée en 2018 par Douglas Macartney, et développée ensuite par une équipe de jeunes ingénieurs.

L’énergie éolienne figure parmi les options possibles pour remplacer les énergies fossiles. Ces dernières années, différents types de recherches ont été menés afin de rendre cette technologie plus accessible à tous. En 2018, un Écossais de 15 ans dénommé Douglas Macartney a inventé un type de turbine éolienne destiné à fournir de l’énergie abordable, fiable et à faible émission carbone à des communautés rurales. Un prototype a été récemment développé grâce au travail d’une équipe d’ingénieurs de premier cycle du Glasgow Caledonian University (GCU). Il sera déployé au Kenya dans le cadre du projet Angaza Africa.

La source d’inspiration

Macartney a élaboré la turbine lorsqu’il étudiait au Royal High School d’Edimbourg. D’après ses explications, ce serait le concept d’un abri pour réfugiés en kit du géant suédois Ikea qui l’a inspiré. Ayant apprécié la simplicité du kit, il a voulu concevoir quelque chose qui pourrait fournir de l’énergie dans un camp de réfugiés. Selon le jeune homme, travailler avec l’équipe du GCU a été formidable et la transformation de son idée sur papier en prototype fonctionnel est vraiment incroyable. Actuellement, Macartney a 19 ans et étudie les mathématiques à l’Université de Cambridge.

Les plans de l'invention de Douglas MaCartney
Les plans de l’invention de Douglas MaCartney. Crédit photo : (Capture d’écran vidéo YouTube / PrimaryEngineer)

Une éolienne de poche

D’après Andrew Cowell, maître de conférences au GCU et chercheur principal de l’étude, l’éolienne a été conçue afin de produire suffisamment d’électricité pour alimenter une lampe et deux prises USB dans une zone de secours ou un camp de réfugiés. Des panneaux solaires ont été ajoutés au système, suivant l’idée originale de Macartney et les conseils d’un chercheur d’Innovate UK. D’un autre côté, le système plat de l’éolienne facilite son déploiement et réduit de façon significative les coûts énergétiques d’installation et de transport. De plus, étant totalement autonome et hors réseau, elle convient très bien aux environnements ruraux. L’équipe espère que les communautés locales soient capables de procéder elles-mêmes à l’assemblage, à l’utilisation et même à la fabrication locale du dispositif après quelques formations,.

Le projet Angaza Africa, une coopération entre plusieurs entités

En 2019, un concours national a été organisé par Primary Engineer, une organisation à but non lucratif qui se trouve en Écosse. Le projet a été sélectionné parmi les 11 000 candidatures et a ensuite été présenté pour la première fois durant le COP26. En 2020, l’équipe du GCU a collaboré avec d’autres partenaires afin de ramener la technologie au Kenya. Ainsi, le cabinet de conseil en innovation durable DeCourcy Alexander, basé à Londres, et l’entreprise kenyane E-Safiri Charging Limited se sont associés au GCU pour la mise en place du projet. Notons que cette compagnie africaine est chargée de la recherche et des solutions innovantes pour l’accès à l’énergie durable.

La somme dédiée au projet permettra de mettre en relation le monde universitaire britannique et la petite industrie rurale du Kenya. Le projet fait partie de 64 projets financés par le programme Innovate UK Energy Catalyst du gouvernement britannique. Plus de 30 millions d’euros (26 millions de livres sterling) ont été octroyés pour leur réalisation. Le projet d’installation de l’éolienne au Kenya est appelé Angaza Africa, ce qui veut dire illuminer ou donner de la lumière en swahili. Il devrait débuter le 1er mars prochain et durer un an. Des essais sur le terrain seront menés aussi bien au Kenya qu’en Écosse. Plus d’informations : gcu.ac.uk

Source
eandt.theiet.org

Lydie RABE

J'aime lire, m'informer et surtout partager les connaissances que j'ai acquises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page