Musique

AI Eurovision : quand l’intelligence artificielle sert à composer des hits

Des organisateurs néerlandais ont eut l’idée d’organiser un concours qui propose d’utiliser l’intelligence artificielle pour composer des chansons inspirées de l’Eurovision.

Pandémie de Coronavirus oblige, le concours Eurovision a été annulé cette année. A la place, des petits malins ont eu l’idée d’organiser un concours de chansons complètement inédit : tous les hits présentés doivent être composés à l’aide de l’intelligence artificielle (IA) !

AI Song Contest : l’IA aux platines: Lancée juste après l’annulation de l’Eurovision 2020, l’AI Song Contest est une idée de Karen Van Dijk, productrice chez VPRO, diffuseur néerlandais qui s’est occupé d’organiser le projet, avec la bénédiction de l’Union européenne de radio-télévision. Le concours a rassemblé 13 participants, dont l’Allemagne, les Pays-Bas ou encore l’Australie. Ces derniers ont été invités à utiliser l’intelligence artificielle pour composer leur musique.

À LIRE AUSSI :
Trois festivals d'été s'engagent pour la protection de l'environnement.

Les morceaux ont ensuite été jugés selon 3 critères : le processus d’application de l’IA, les utilisations créatives des algorithmes et la qualité globale de la chanson. Pour désigner le vainqueur, les organisateurs ont adopté le fonctionnement de l’Eurovision : les chansons ont été évaluées par des juges d’experts mais également soumises au vote du public.

De la bonne musique ou pas ? Les résultats sont aléatoires

C’est toute une variété de morceaux qui a été proposée lors de l’AI Song Contest : des airs pop mais aussi des mélanges complètement insolites, presque grotesques. Prenons par exemple la chanson proposée par le participant allemand, Dadabots x Portrait XO : « I’ll Marry You, Punk Come » propose une combinaison très dérangeante d’acapella des années 50 ainsi que de death metal et de babillages incompréhensibles.

La chanson « Beautiful The World » d’Uncanny Valley, l’entreprise de technologie musicale qui représente l’Australie, semble beaucoup plus traditionnelle avec ses airs pop et entrainants. Que nenni ! Le morceau a été élaboré à l’aide d’une intelligence artificielle qui a généré des chœurs à partir des sons produits par les koalas, les kookaburras et les diables de Tasmanie. Cette création originale, baptisée « synthé koalas, » est un hommage aux animaux qui ont péri lors des terribles feux de brousses de 2019-2020. Le résultat reste tout de même agréable pour les oreilles, permettant ainsi à « Beautiful The World » de remporter le concours le 12 mai 2020.

Les compositeurs ont-ils du souci à se faire ?

Les avis sur la question sont mitigés. Pour Georges Taylor, Directeur général du BPI (l’organisme britannique du commerce de la musique) et responsable des Brit Awards, l’intelligence artificielle pourrait représenter une menace pour l’industrie musicale et culturelle.

« Nous devons nous prémunir contre le risque que l’IA puisse à certains égards être déployée pour supplanter la créativité humaine ou saper l’économie culturelle tirée par les artistes. Un tel résultat aggraverait nos sociétés et nos cultures. » a-t-il déclaré.

À LIRE AUSSI :
Xenobots, les toutes premières « machines vivantes » créées avec l’IA et des cellules souches de grenouilles

D’autres, comme Ed Newton-Rex, fondateur de la startup de composition britannique Jukedeck, affirment cependant que l’intelligence artificielle ne pourra jamais surpasser l’Homme en matière de composition musicale. Pour Newton-Rex, l’IA est un formidable outil pour stimuler la créativité et trouver de nouvelles idées, mais sans plus. Il est catégorique : « A quoi ressemble la musique de l’IA ? Cela ne ressemble à rien sans élément humain. »

La preuve avec les morceaux proposés à l’AI Song Contest : il n’y a aucune chance qu’ils soient un jour classé au hit parade ! Envie de vous faire votre propre opinion ? Vous pouvez en juger par vous-même, car toutes les chansons ont été partagées sur YouTube.

Photo d’illustration De maxuser / Shutterstock

Remarque : nous pouvons percevoir une commission lorsque vous achetez par le biais de liens sur notre site, sans frais supplémentaires pour vous. Cela n'affecte pas notre indépendance éditoriale. Pour en savoir plus, cliquez ici.
 

Andy RAKOTONDRABE

Il n’y a pas de réussites faciles ni d’échecs définitifs.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page