Des potagers partagés à Limoges pour cultiver la solidarité et la nourriture au cœur de la ville

Au cœur de Limoges, les bacs à fleurs ne contiennent plus que des pétales, mais également des légumes frais et bio ! Découvrez comment la ville se transforme en une oasis nourricière urbaine.

Vous vivez en appartement et n’avez pas la chance de pouvoir cultiver un potager ! Si en revanche, vous habitez cet appartement dans la capitale du Limousin, alors vous pourrez peut-être satisfaire vos envies de légumes frais ! Limoges, seconde ville de la région Nouvelle-Aquitaine après Bordeaux se définit comme la « ville nourricière », depuis son engagement à nourrir ses habitants avec des légumes cultivés localement et de manière biologique. Cette initiative novatrice s’étend sur 4 000 mètres carrés de serres et quatre hectares de champs, faisant de Limoges un exemple inspirant de ville axée sur l’agriculture urbaine. Une idée fantastique, menée par la municipalité qui pourrait éveiller d’autres villes à cette nouvelle manière d’offrir du « bon » et du « frais » aux habitants.

D’où vient l’idée des potagers en centre-ville à Limoges ?

À l’automne 2022, une idée prometteuse a germé : étendre la culture au cœur même de la cité. Les bacs à fleurs et parterres qui ornaient les espaces publics ont été transformés en potagers. Cette transformation métamorphose, non seulement le paysage urbain, mais encore la façon dont les habitants interagissent avec leur environnement. Devant l’hôtel de ville, autrefois décorés de fleurs, ces espaces accueillent désormais une variété de légumes. Les citoyens sont encouragés à participer à cette aventure nourricière en récoltant, eux-mêmes, les produits frais. Cette démarche contribue à créer un lien direct entre les habitants et leur source alimentaire, renforçant le sentiment d’appartenance à la communauté. « On réapprend un métier, on se forme, c’est une forme de résilience » explique Thomas Benoiteau, jardinier paysagiste municipal sur Radio France.

Une distribution de légumes issus des potagers municipaux à Limoges.
Une distribution de légumes issus des potagers municipaux à Limoges. Crédit photo : 7ALimoges (capture d’écran vidéo YouTube)

Le potager limougeaud, comment cela fonctionne-t-il ?

Thomas Benoiteau, le jardinier paysagiste, explique que lorsqu’il plante un romarin dans l’un des anciens parterres, il a le sentiment de réapprendre son métier. De plus, cela incite les jardiniers à chercher de nouvelles variétés pour allier le côté nourricier, au côté esthétique. Il a, par exemple, sélectionné des variétés comme l’oseille sanguine pour créer des compositions aussi belles que des parterres de fleurs. Depuis le début de l’année 2023, Limoges a récolté dix tonnes de légumes, provenant majoritairement des serres et des champs municipaux. Ces récoltes ne sont pas destinées uniquement à l’ornement des parcs, mais servent également à nourrir les plus jeunes.

Les repas des crèches et des cantines scolaires bénéficient de ces produits locaux et bio. La municipalité a par ailleurs mis en place des distributions gratuites, une initiative saluée par la population. À travers ces distributions, dix tonnes de légumes ont trouvé leur chemin vers les foyers limougeauds. Une habitante partage son expérience : « avec une petite retraite, ce n’est pas facile de se nourrir. Ici, au moins, c’est du bon, c’est du bio ».

Des légumes qui proviennent de potagers urbains, c'est une réalité à Limoges.
Des légumes qui proviennent de potagers urbains, c’est une réalité à Limoges. Crédit photo : 7ALimoges (capture d’écran vidéo YouTube)

Des distributions gratuites qui connaissent un franc succès !

De son côté, Nadine Rivet, adjointe au maire chargée de la ville nourricière, souligne l’importance de maintenir la gratuité des distributions. Nous tenons à cette gratuité, pour que les habitants s’approprient l’espace urbain, au travers de leur alimentation. La prochaine distribution, prévue avant Noël, promet d’être un moment de partage et de solidarité renouvelé. Limoges, comme ville nourricière, continue de faire germer des idées novatrices pour un avenir plus durable et connecté à la nature. Que pensez-vous de cette initiative de la ville de Limoges ? Aimeriez-vous qu’elle soit transposée dans votre ville ? Donnez-nous votre avis, ou partagez avec nous, votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page